INAUGURATION DU RÉSEAU D'EAU VILLAGEOISE À BOHICON (BÉNIN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INAUGURATION DU RÉSEAU D'EAU VILLAGEOISE À BOHICON (BÉNIN)

Message par Asulf le Ven 4 Nov 2011 - 19:04

Coopération décentralisée
12km de réseau d'adduction d'eau villageoise inauguré à Bohicon (Bénin) avec l'Agglomération Seine-Eure

Après 2 ans et demi de projet, le réseau d'adduction d'eau villageoise de Bohicon, co-financé par la Communauté d'agglomération Seine-Eure dans le cadre de sa compétence Coopération décentralisée, a été inauguré vendredi 28 octobre 2011.

Pour l'occasion une foule importante s'est réunie autour de Luc Atrokpo, maire de Bohicon, de Franck Martin, président de la Communauté d'agglomération Seine-Eure, d'Hubert Zoutu, vice-président en charge de la coopération décentralisée, d'Isabelle Edet, première conseillère à l'ambassade de France, de Thierry Victor, représentant la fondation Veolia et de nombreuses personnalités d'Abomey et de Bohicon. Visites d'école et cérémonie officielles sont succédées au cours de la journée.

L'Agglomération Seine-Eure consacre le 1% des recettes d'eau et d'assainissement de son budget depuis 2009 avec l'objectif de dédier ce financement à des projets portant sur l'accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique. Elle a choisi d'accompagner la commune de Bohicon (4ème rang au Bénin avec plus de 113 000 habitants) qui s'est dotée d'un plan directeur d'urbanisme très complet assorti de projets d'aménagement et d'amélioration du cadre de vie.

Technicité, solidarité et pugnacité
Le réseau donne accès à une eau potable de qualité, enjeu majeur de santé publique, à plus de 10 000 habitants (20 000 à terme). Long de 12km, composé de 13 bornes fontaines et raccordant deux écoles sur le territoire, le réseau a coûté 488 000 €, dont 99 012 € pour la cuve de 100 m3, 125 580 € pour la conduite d'eau, 6 860 € pour la pompe immergée, 12 104 € pour les 13 bornes fontaines ou encore de 32 014 € pour le forage (à 60m de profondeur) nécessaire au captage. La Communauté d'agglomération, outre le transfert de compétences et l'ingénierie, y a contribué à hauteur de 78 000 €.

L'eau potable est un élément essentiel pour les villageois qui peuvent continuer à utiliser l'eau des réserves pour un usage domestique et profiter d'une eau potable de qualité grâce au réseau. Une pompe permettant la chloration légère du réseau sera installée dans les jours à venir. Cet ajout de chlore va permettre de renforcer la qualité de l'eau. Afin de sensibiliser les habitants à l'intérêt de l'eau potable, notamment pour les plus fragiles (enfants, femmes enceintes, personnes âgées, ...), des actions d'information ont été menées en parallèle de la mise en service du réseau.
Initialement prévues au nombre de 12, une treizième fontaine a été ajoutée pour permettre aux populations plus éloignées de s'alimenter en eau.
Ce réseau fonctionne en régie municipale et a permis de créer une vingtaine d'emplois (fontainiers, techniciens, ...).

Cette installation, très technique, a nécessité de nombreux échanges itératifs entre les équipes techniques de Bohicon, de la CASE et de l'agence de l'eau. Du cahier des charges à la réalisation sur le terrain, les équipes n'ont pas cessé d'échanger, d'améliorer les processus. C'est ainsi que l'entreprise retenue pour mettre en œuvre le réseau a été obligée de s'adapter, et de faire un bond qualitatif considérable. L'accent a également été mis sur la sécurité du chantier notamment pour la construction à mains d'homme du château d'eau de 25 mètres de haut et des 12km de tranchées, sur les phases de test à échelle réelle, sur les techniques liées à l'installation des vannes pour maîtriser les problèmes liés à la pression de l'eau sur le réseau.
Cette coopération décentralisée a pu fonctionner grâce à la pugnacité des équipes béninoises et françaises. Elle a notamment reposé sur la fraternité, le transfert de compétences, le dialogue constant et des préoccupations communes : l'accès à l'eau potable, le développement durable, la bonne gouvernance des projets.

Des latrines écologiques pour les scolaires
L'inauguration a été l'occasion dans un premier temps de visiter les deux écoles raccordées au réseau d'eau potable, et notamment celle dans laquelle des toilettes sèches ECOSAN ont été installées. Ces deux latrines fonctionnent sur le principe de toilettes sèches, les urines et excréments étant récoltés séparément pour en faire un usage écologique pour le maraîchage. Les enfants utilisent des cendres qui ont la propriété de détruire les odeurs et d'assainir. Des panneaux peints en noir augmentent la chaleur du soleil et chauffent les fosses septiques pendant plusieurs mois. Les excréments devenus humus sont ensuite réutilisés comme compost auprès des maraîchers proches mais également dans les jardins des écoles.
Le déplacement de la délégation sur place a été l'occasion de faire un point sur le fonctionnement du réseau, de prendre connaissance des freins et des points à améliorer, de mettre en place la pompe nécessaire à la chloration de l'eau.sur ce réseau d'eau potable.
La coopération devrait se poursuivre dès 2012, avec un soutien au projet de micro-crédits destinés aux femmes.


Les partenaires : Communauté d'agglomération Seine-Eure, Fondation Veolia, Agence de l'eau Seine Eure, Ministère de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire, commune de Bohicon, Région Haute-Normandie et l'association Collectif Tiers Monde.

La coopération décentralisée, une longue histoire en Seine-Eure
La Communauté d'agglomération avait déjà mené un projet de coopération décentralisée au Niger en 2003. Le projet a consisté à équiper un puits d'une pompe alimentée par des panneaux solaires. Un petit réseau de refoulement/distribution a été installé permettant le remplissage d'un réservoir et l'alimentation en eau d'un dispensaire et d'une maternité, qui jusqu'alors en été dépourvu.
Les panneaux solaires permettent également de délivrer l'énergie nécessaire au fonctionnement de ces deux équipements médicaux (éclairage, réfrigérateur).
Les 6.000 habitants du village touareg de Timia, située à 1 journée de route de la première ville commerçante Agadez, bénéficient depuis de cet équipement.


Assez rare et comme personne n'en parle, j'ai fait un post.
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum