La filière camembert AOP de Normandie fait campagne pour défendre ses valeurs

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Camembert : les producteurs assignent des industriels en justice...!!!

Message par JPL27 le Mer 21 Mar 2012 - 10:12

Touche pas à mon camembert. Telle pourrait être la devise des producteurs de camembert d'appellation d'origine protégée (AOP) "camembert de Normandie" ...l'article ici...
avatar
JPL27


Revenir en haut Aller en bas

Re: La filière camembert AOP de Normandie fait campagne pour défendre ses valeurs

Message par Asulf le Mer 21 Mar 2012 - 11:42

ouais, pas touche au camembert Diable
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Le camembert de Normandie en justice pour défendre son appellation

Message par Steinn le Jeu 22 Mar 2012 - 10:00


L'Association de défense et de gestion de l'AOC Camembert de Normandie vient d'assigner Lactalis, Bongrain et Isigny Sainte-Mère. La mention « Fabriqué en Normandie » est en cause.

Célèbre parmi tous les fromages français, le camembert de Normandie vient de quitter la table pour les prétoires des tribunaux. En cause, les emballages de ces fromages produits par les sociétés Lactalis, Bongrain et Isigny Sainte-Mère qui indiquent la mention « Fabriqué en Normandie » alors qu'ils ne sont pas des AOC (appellations d'origine contrôlée).
« Obtenue en 1983, l'AOC a permis de maintenir la fabrication dans son terroir normand originel, la tradition du lait cru et du moulage à la louche », indique l'association de défense et de gestion de l'AOC Camembert de Normandie, basée à Caen (Calvados). Chargée de défendre cette spécificité et de maintenir vivante cette tradition, elle associe tous les professionnels concernés de la filière (producteurs de lait et fromagers).
« Elle entend faire respecter un cahier des charges particulièrement strict et contraignant permettant de garantir la qualité des produits bénéficiant ainsi de cette AOC, en particulier au regard de leur provenance et de leurs conditions de fabrication », souligne Thierry Graindorge, son président, lui-même fabricant installé à Livarot.

Stopper les pratiques abusives

Depuis juin 1996, il bénéficie en outre de l'AOP (appellation d'origine protégée), signe officiel européen de qualité, lui permettant de bénéficier d'une protection juridique sur l'ensemble des pays formant la Communauté européenne. « Il s'agit de faire cesser les pratiques abusives et illicites de ces fabricants considérées comme une violation des dispositions communautaires et des dispositions de droit interne, et comme constitutives d'une concurrence déloyale et de nature à induire le consommateur en erreur », précise M e Johanna Azincourt, installée à Rennes et chargée de défendre les intérêts de l'association. Trois juridictions ont été saisies (Caen, Rennes et Colmar). Selon l'association, le recours à la justice s'expliquerait par l'échec de multiples tentatives de règlement, « initiées depuis de nombreux mois », auprès des industriels concernés, mais aussi des différents pouvoirs publics et organismes compétents. « Je suis désolé de cette procédure. Il est dommage de s'étriper ainsi entre fabricants d'une même région », souligne Claude Granjon, directeur général adjoint de la coopérative d'Isigny Sainte-Mère. D'autant que la procédure risque de s'étendre au-delà de l'année 2012. Déjà en 2007, une bataille avait été menée pour la défense et le maintien du lait cru, donnant l'avantage aux petits fromagers face aux industriels.
L'AOP Camembert de Normandie regroupe 9 producteurs de fromages et 500 producteurs de lait. Seuls 5 % des camemberts, contre 10 à 15 % dans les années 2007-2008 sont aujourd'hui fabriqués dans le cadre de cette AOP, soit 4.300 tonnes par an.

philippe legueltel

Source :arrow: Lesechos.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: La filière camembert AOP de Normandie fait campagne pour défendre ses valeurs

Message par Virginie le Lun 2 Avr 2012 - 7:49

La Normandie bataille pour son camembert
Les producteurs artisanaux reprochent aux industriels de tromper les consommateurs, qui n’y voient que du feu…



Des camemberts présentés au Salon de l'agriculture (Reuters)

Depuis quatre ans, une trêve miraculeuse semblait s’être imposée au pays du fromage. Des producteurs artisanaux viennent de la faire voler en éclats, en relançant la guerre du camembert. Ils ont assigné, il y a quelques jours, en justice les industriels Bongrain, Lactalis et Isigny-Sainte- Mère, ainsi que les enseignes Leclerc, Monoprix, Lidl, Intermarché et U. L’objet de leur courroux: l’étiquette "Fabriqué en Normandie" qui orne leurs camemberts industriels, trop proche, selon les artisans, de leur "Camembert de Normandie", appellation d’origine protégée (AOP *). "Il s’agit de concurrence déloyale, et d’une tromperie de nature à induire le consommateur en erreur", attaque l’avocate de l’organisme de défense de l’AOP, Me Johanna Azincourt. D’autant que cette mention régionale, longtemps tolérée, est illégale depuis un décret de 2008.

Selon une enquête des artisans, en se fiant à la boîte, neuf clients sur dix sont incapables de différencier ce fromage au lait cru et moulé à la louche de sa version industrielle. Ils réclament donc un retrait de la vente et la suppression des étiquettes. Il y a urgence : les camemberts AOP ne représentent plus que 5% de la production annuelle, contre 15 % avant la "bataille du lait cru", en 2008. Seuls un fromager fermier et huit ateliers fabriquent encore ce produit d’exception. Quant aux 600 producteurs de lait cru, leur lourd cahier des charges (alimentation, pâturage, contrôles sanitaires) les oblige à restreindre leurs tonnages. "On touche une prime de 25 euros pour 1.000 litres. Ce n’est plus rentable", s’inquiète l’éleveur Benoît Duval, à Sainte-Honorinela- Guillaume (Orne). Avec la libéralisation des quotas laitiers en 2015, certains seront tentés de passer au tout-industriel.

Plusieurs groupes fabriquent les deux versions du produit
Du côté des industriels, on dément la tromperie. Et l’on refuse de voir dans cette bataille un combat de David contre Goliath. Car plusieurs groupes fabriquent les deux versions du produit. C’est le cas du géant Lactalis, qui possède deux enseignes en AOP. "L’intérêt de tous est de maintenir cette cohabitation", dit-on. À la coopérative Isigny-Sainte-Mère, le directeur, Claude Granjon, semble touché. Il répète: "C’est désolant que les fabricants d’une même région en arrivent à des choses comme ça."

À terme, la version "originale" de ce fromage né sous la Révolution pourrait disparaître. "Si les primes des éleveurs ne sont pas revues à la hausse, c’est un risque, ce qui porterait un coup au camembert en général", pointe ainsi le sociologue Pierre Boisard**. Diable! Selon lui, dans cette bataille cruciale, les producteurs artisanaux devraient néanmoins obtenir gain de cause : "La mention de la Normandie, certes vendeuse, n’a plus de raison de figurer sur des fromages industriels et pasteurisés sans lien avec le terroir, hormis le fait que ces usines sont historiquement implantées dans la région." La justice tranchera d’ici à un an.

* Protection européenne remplaçant l’ex "Appellation d’origine contrôlée" (AOC).

** Auteur du Camembert, mythe français (Odile Jacob).

Juliette Demey - Le Journal du Dimanche/25/03/2012
:arrow: le jdd.fr
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum