La tapisserie de Bayeux animée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La tapisserie de Bayeux animée

Message par Steinn le Jeu 7 Oct 2010 - 20:38


Revenir en haut Aller en bas

Re: La tapisserie de Bayeux animée

Message par Steinn le Dim 1 Avr 2012 - 23:04


Un kebab dans la Tapisserie de Bayeux ?


600 ans avant que la cuisine turque arrive en France, les Normands de Guillaume le Conquérant
préparaient la viande d’une façon étonnamment familière…

La Tapisserie de Bayeux est un faux, le kebab qui y figure en est la preuve. Voici résumée, en quelques mots, la conférence donnée par l’historien britannique Robert Chenciner à Oxford en 1990.

Ce spécialiste des broderies et des tapis persans affirmait alors que la viande cuite façon kebab, visible sur la scène de banquet de la Tapisserie, remettait en cause l’authenticité de la célèbre broderie médiévale. Chercheur renommé, Robert Chenciner a passé plus de vingt ans à étudier les textiles persans, orientaux et européens. Il demanda que la Tapisserie soit authentifiée grâce à une datation carbone 14. Chenciner pointait du doigt plusieurs éléments prouvant, celui lui, que la Tapisserie était un faux ou une copie : le "style pauvre et maladroit" des dessins, l’absence de contours tracés à l’encre, les marques de trous d’épingles et la fixation du fil, dénotant une technique de copie.

C’est en visitant le musée de la Tapisserie un an avant, en 1989, que Chenciner avait commencé à ses poser des questions. L’une des scènes décrit le banquet donné par le duc Guillaume en Angleterre, peu de temps avant la bataille d’Hastings. Wadard, l’un des serviteurs de Guillaume supervise le festin, constitué de poisson, de viande et de vin. Un homme grille des morceaux de viandes enfilés sur des longues broches.

Intrigué par ce barbecue médiéval, Chenciner interrogea le centre archéologique de York, qui lui répondit qu’aucun document médiéval ne faisait référence à ce type de cuisson. Au 11e siècle, la viande était toujours désossée et découpée, mais jamais coupée en petits cubes comme dans la Tapisserie. Les Normands de 1066 se seraient-ils préparés un repas oriental juste avant la bataille ? Difficile à croire. "Il a fallu attendre que les Ottomans visitent Versailles, vers 1722, pour que la cuisine turque soit introduite en France", rappelait Chenciner.

En l’entendant parler, beaucoup d’historiens français et britanniques manquèrent de s’étouffer. Il ne tardèrent pas à lui répondre, avec des arguments sans doute moins spectaculaires, mas aussi moins farfelus.

À suivre.

Publié par F.O le 26/01/2012 à 09h14

avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: La tapisserie de Bayeux animée

Message par Virginie le Sam 21 Avr 2012 - 21:02

:arrow: lamanchelibre.fr
21/04/12

Tapisserie de Bayeux : faucons, vrais mystères


La Tapisserie n’en finit pas de surprendre. Les faucons qui y sont brodés sont-ils un symbole de noblesse ou de faiblesse ?

Les historiens se prennent le bec autour des faucons figurant sur la Tapisserie de Bayeux. Notre chroniqueur Charles-Henry Groult nous éclaire.

La Tapisserie de Bayeux fourmille d’animaux en tous genres. Il y a des fauves dans les bandeaux, des chevaux dans les batailles, et des poissons... dans les assiettes. Mais ce sont les faucons de la broderie qui nous intéressent aujourd'hui. Ne sont-ils que des oiseaux de proie ? Au Moyen-Âge, il était courant d’associer les différentes espèces d’oiseaux aux différents rangs sociaux.
Les faucons pèlerins, par exemple, étaient traditionnellement réservés aux earls anglais (l’équivalent de nos comtes). Dans sa main, l’Anglais Harold (futur vaincu d’Hastings) tient un faucon d’une autre espèce. Faut-il voir dans l’association de Harold à cet oiseau, de rang inférieur au faucon pèlerin, un signe du mépris des brodeurs de la Tapisserie pour le comte anglais ? Cette thèse fut un temps défendue par deux ornithologues allemands avant d’être contestée par un Anglais : "la distinction des oiseaux de proie ne date que du XVe siècle, elle était inconnue à l’époque de la Tapisserie", écrivit-il.
Dès qu’on aperçoit un faucon, on pense bien sûr à la chasse. Pourtant, les manuscrits médiévaux n’indiquent pas qu’Harold ait participé à une quelconque partie de chasse avec Guillaume. Le but de sa visite était tout autre : jurer sur des reliques qu’il laisserait Guillaume s'asseoir sur le trône d’Angleterre à la mort d’Édouard le Confesseur. Pour l’historien David Bernstein, il s’agit d’une chasse symbolique : Harold est la future proie, Guillaume est le chasseur. Les bandeaux hauts et bas de la Tapisserie valideraient cette idée. À côté de Harold sont brodés des oiseaux enchaînés, un lion attaquant un agneau, un fauve capturant un cerf... Harold serait donc cet agneau effarouché, ce cerf aux abois.
Trêve de bavardage ! protestèrent d’autres spécialistes. Si Harold porte sur sa main un faucon, c’est parce qu’il veut en faire cadeau à Guillaume. Le duc de Normandie ne porte-t-il pas l’oiseau sur son épaule quelques scènes plus loin ?
Mais, si le faucon est symbole de noblesse, il est peut-être aussi la marque d’un pouvoir bien plus grand : celui de Dieu... À suivre.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: La tapisserie de Bayeux animée

Message par Asulf le Dim 22 Avr 2012 - 10:32

des kebabs? il est sûr? c'est pas plutôt des hamburger? Joker
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Re: La tapisserie de Bayeux animée

Message par Virginie le Sam 13 Avr 2013 - 20:43

Des habitants d'Aurigny apportent la touche finale à la Tapisserie de Bayeux

:arrow: normandie.france3.fr
13/04/2013

400 des 2 400 habitants de la petite île anglo-normande viennent de mettre un point final à un défi insolite : compléter la Tapisserie de Bayeux. So British !


©️ France 3 Basse-Normandie L’idée démangeait, les habitants d'Aurigny l'ont fait : broder la toute dernière scène, celle qui manque, à la plus célèbre œuvre anglo-normande, la Tapisserie de Bayeux

Kate Russel, la bibliothécaire de ce petit bout d’Angleterre situé au large de la pointe de la Hague, explique avoir toujours été fascinée par la tapisserie de Bayeux.

Elle a donc eu l'idée de composer la scène finale de la plus célèbre tapisserie de l'ouest, la Tapisserie de Bayeux, qui raconte l'hisoire de la conquête de l'Angleterre par le normand Guillaume le Conquérant. Le seul à ce jour à avoir réussi à envahir la perfide Albion. C'était en 1066 !...

Kate Russel, donc, "a installé une grande table dans la bibliothèque, a acheté quelques livres spécialisés, et s’est mise au travail avec ses amis", raconte le site Histoire normande. Un travail très sérieux, qui respecte l'histoire, le style, le contenu de la tapisserie originale et reprend les matériaux utilisés il y a 947 ans.

La commune d’Aurigny a donné 350 euros pour l’achat du tissu en février 2012 et une artiste locale, Pauline Black, s’est ensuite attelée à la réalisation des dessins qui serviraient de guide aux brodeuses. Un an plus tard, l'ouvrage est terminé

Les brodeurs anglo-normands ont mis en scène le couronnement de Guillaume, devenu William 1er roi d'Angleterre, le 25 décembre 1066.

Parmi eux, des hôtes prestigieux, comme le Prince Charles et son épouse qui se sont livrés à quelques travaux d'aiguille lors d'une visite à Aurigny en juillet 2012.

Seul petit arrangement avec l’histoire, assumé par les brodeuses : un blason qu'elles ont inventé de toute pièce et ont ajouté à leur broderie pour que leur chère petite île soit représentée. "Notre île est connue pour ses macareux, nous en avons donc brodé un, entouré d’une queue de lion pour montrer que Guillaume en avait le contrôle", explique Kate Russel.


Voyez le reportage ci-dessous de Stéphanie Potay et Sylvain Rouil, avec (entre autres) Kate Russell, l'initiatrice du projet et Sylvette Lemagnen, conservatrice du musée de la Tapisserie de Bayeux :

avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum