Marie-Anne-Charlotte de Corday d'Armont, retenue par l'Histoire sous le nom de Charlotte Corday

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marie-Anne-Charlotte de Corday d'Armont, retenue par l'Histoire sous le nom de Charlotte Corday

Message par Steinn le Lun 26 Sep 2011 - 8:27



Dernière édition par Steinn le Lun 26 Sep 2011 - 8:36, édité 1 fois
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Anne-Charlotte de Corday d'Armont, retenue par l'Histoire sous le nom de Charlotte Corday

Message par Steinn le Lun 26 Sep 2011 - 8:45

Pourquoi Charlotte Corday a-t-elle tué Jean-Paul Marat ?


« L’assassinat de Marat, c’est la dernière pièce de Corneille » - Catherine Decours, écrivain.

Le 13 juillet 1793, vers 19h, Marie-Anne Charlotte de Corday d’Armont assassine, d’un coup de couteau, le député montagnard Jean-Paul Marat, à son domicile, alors qu’il était dans son bain.

Ce fait historique est connu. La figure de Marat ensanglanté dans sa baignoire a été immortalisée par le peintre David. Marat lui-même, une des figures de la Révolution Française, est célèbre. Mais de Charlotte Corday, que sait-on vraiment ? Sa vie ? Son parcours ? Les raisons qui l’ont motivée à ôter la vie de ce révolutionnaire engagé, député à la Convention, et auteur du journal « L’Ami du Peuple » ? Eclaircissons le voile obscur qui entoure cette jeune femme d’à peine vingt-cinq ans…

Les faits

Le 9 juillet 1793, Marie-Anne Charlotte de Corday d’Armont, qui préfère se nommer elle-même simplement Charlotte Corday, part en diligence de Caen, en Normandie, sa région natale qu’elle n’a jusque là jamais quittée, pour Paris. Son objectif : assassiner Jean-Paul Marat.

Le voyage dure deux jours. Le 11 avril, elle arrive dans la capitale et s’installe à l’Hôtel de la Providence, dans la rue des Augustins. Là, elle apprend que Marat, trop malade, ne peut plus siéger à la Convention et qu’il travaille chez lui.

Le 13 juillet au matin, elle se rend au Palais-Royal chez le coutelier Badin. Elle y achète un simple couteau de cuisine. Puis elle se prépare à aller chez Marat. Cependant, la tâche n’est pas facile. Marat étant régulièrement victime de menaces de toutes sortes, il est protégé par son entourage qui ne laisse entrer que ses plus fidèles alliés. Charlotte Corday fait deux tentatives qui se soldent par des échecs. Elle ne se laisse pour autant pas intimider et revient, une troisième fois vers 18h30, en prétextant à Simone Evrard, compagne du député, avoir des nouvelles de Caen de la plus haute importance. Marat, qui entend la conversation de sa chambre, ordonne qu’on la laisse entrer.

Le spectacle qui s’offre à elle est certainement loin de ce qu’elle avait imaginé. Marat, en effet, atteint d’une maladie de peau qui lui ronge les chairs, est immergé dans un bain curatif au soufre, seul remède à ses douleurs. Seuls ses bras sortent de l’eau ; devant lui est posée une planche de bois sur laquelle il écrit et travaille.

Pendant une demi-heure environ, Charlotte Corday et Jean-Paul Marat discutent. Puis c’est le meurtre. La jeune femme plante le couteau qu’elle avait caché dans son corsage dans la poitrine du député. Le coup est faible mais transperce le poumon, l’aorte et le cœur. Marat crie, Charlotte Corday peut-être aussi, et tout le monde accoure. On immobilise la criminelle (qui n’oppose d’ailleurs aucune résistance) pendant que la victime se vide de son sang. La mort est rapide.

Mais pourquoi une jeune femme de vingt-cinq ans en est-elle arrivée à cet acte et quelles vont en être les conséquences pour elle, mais aussi sur le cours de la Révolution ?

Charlotte Corday au cœur de la tourmente révolutionnaire

Charlotte Corday a vingt-et-un ans lorsque la Révolution éclate, en 1789. Elle vit alors dans la solitude de l’abbaye aux Dames de Caen où son père, aristocrate déclassé et peu fortuné, l’a envoyée avec sa sœur, alors qu’elle n’avait que treize ans. Toutes ces années, la jeune femme s’est enfermée dans le monde de la lecture et de la méditation. Elle lit toutes sortes d’ouvrages : religieux, mais aussi philosophiques et politiques. Autre fait marquant, Charlotte Corday est descendante en droite ligne de Pierre Corneille, le dramaturge auteur du célèbre Le Cid ou encore de Horace. Elle connaît donc les tragédies inspirées de l’Antiquité écrites par son illustre ancêtre et l’esprit de sacrifice qui y règne.

En 1790, avec les nouvelles mesures révolutionnaires prises contre le clergé, l’abbaye aux Dames ferme ses portes. Charlotte, ne sachant où aller, se rend alors, ou plutôt s’invite, chez sa tante Madame de Bretteville, qu’elle connaît pourtant peu, et qui réside à Caen, rue des Carmes. Cette rue est l’une des parties de la ville où la violence est la plus manifeste. Des crimes atroces y sont commis au nom de la Révolution, événements que l’on connaît sous le nom de Terreur, qui prend naissance dès le 10 août 1792, avec la chute de la royauté.

Remettons les faits dans leur contexte. En cette date du 10 août 1792, le roi et sa famille sont incarcérés à la Prison du Temple. On ne veut plus de monarchie, même parlementaire. Les idées républicaines deviennent majoritaires. Louis XVI est guillotiné le 21 janvier 1793 et l’on craint alors une invasion de la part des pays européens étrangers. Cette inquiétude n’est pas sans fondements. En effet, les monarchies européennes, redoutant une contagion révolutionnaire sur leurs propres terres, s’unissent et déclarent la guerre à la France. La Convention Nationale, assemblée au pouvoir depuis la chute du roi, lève alors une armée de 300 000 hommes, provoquant parallèlement une guerre civile : la Vendée, majoritairement royaliste, ainsi que d’autres régions de France se soulèvent. D’autre part, en plus de ce climat de guerre européenne et de guerre civile, s’ajoute une lutte de factions. En effet, la Convention se compose alors de deux camps : les Girondins, plutôt républicains modérés, et les Montagnards (dont les membres les plus connus sont Maximilien Robespierre, Georges Danton, et… Jean-Paul Marat), beaucoup plus radicaux. Le pouvoir va pencher en faveur de ces derniers : au printemps 1793, les Montagnards parviennent à arrêter et expulser les députés Girondins, qui se réfugient en Province, et plus particulièrement à Caen. Là, ils préparent leur riposte, multiplient les réunions politiques et mondaines (les fameux « salons »), auxquelles Charlotte Corday participe.

Peu à peu, nourrie de ses lectures d’auteurs des Lumières ainsi que des idées girondines, Charlotte devient républicaine. Libérale sur certains points, elle est cependant conservatrice sur d’autres, ce qui fait d’elle une modérée. Pourtant, sa famille, issue de la noblesse, ne partage pas ses points de vue : ses frères se sont engagés dans les armées contre révolutionnaires et appartiennent à l’aristocratie réactionnaire. Charlotte est donc en opposition politique avec sa famille.

Néanmoins, bien que républicaine, elle ne supporte pas les dérives violentes de la Révolution. De Caen, elle a eu écho des massacres de septembre 1792 où la foule parisienne, animée par des bruits de complots et de trahisons anti-révolutionnaires, se ruent sur les détenus des prisons de Paris. La plupart des victimes sont des femmes, des prêtres réfractaires et des prisonniers de droit commun. A Caen, les tueries sont aussi fréquentes. De sa fenêtre, Charlotte voit nombre d’exécutions sommaires, de meurtres. Le sang est versé quotidiennement, d’autant plus que la guillotine est arrivée dans la ville normande.

Pour elle, le seul responsable de cette situation est Marat. A Caen, outre les accusations des Girondins, des « Placards », que l’on pourrait qualifier d’affiches politiques de l’époque, font souvent référence au député montagnard pour tout ce qui se rapporte aux crimes de sang, et notamment les massacres de septembre 1792. Par ailleurs, fait important, lors du procès du roi, il avait interdit l’appel au peuple sur la question de la mort du souverain. Or, ce n’est pas l’idée que Charlotte Corday se fait de la liberté et de la justice. Sa haine pour Marat ne fait que croître.

Est-elle réellement justifiée ? Ce que l’on peut en tout cas dire, c’est qu’effectivement, depuis 1790, Marat appelle systématiquement à la violence, notamment par l’intermédiaire de son journal « L’Ami du Peuple ». Représentant la tendance la plus extrême de l’élite révolutionnaire, il est le journaliste le plus virulent de la Révolution. Sa publication, bien que peu lue (on ne peut l’obtenir que par souscription), n’en est pas moins extrêmement engagée, agressive et surtout, d’une écriture faite pour être lue en public. Marat va donc profiter de ses talents d’orateur pour exercer une sorte de fascination sur les foules et faire passer ses idées. Il devient l’homme du peuple, adoré par les sans-culottes.

Diabolisé par les contre-révolutionnaires, Marat devient aussi la bête noire des Girondins et des modérés dans leur ensemble, au point que ces derniers le croient tout puissant. Pourtant, dans le milieu montagnard, auquel il appartient, il est à peine écouté et considéré. En fait, son pouvoir est surtout populaire et médiatique.

Il n’en reste pas moins que Marat devient la figure de la Terreur, pour laquelle une partie de la population le tient responsable. Charlotte Corday pense alors que sans Marat, la Révolution pourrait prendre un autre tournant, plus calme et tempéré…

Le parcours personnel de Charlotte Corday

Outre le fait qu’elle ne supporte pas la violence de la Révolution pour laquelle elle considère Marat coupable, Révolution qui par ailleurs n’est pas conforme à l’idée qu’elle se fait de la République, on peut aussi expliquer l’acte criminel de Charlotte Corday par son parcours biographique, voire même, peut-être, psychologique.

En effet, reprenons les événements marquant sa vie depuis le début. Elle naît dans une famille de la petite noblesse normande, où son père, aristocrate déchu et appauvri, cumulant les dettes, doit cultiver lui-même ses champs. Sa mère meurt alors qu’elle n’a que treize ans. C’est à ce moment qu’elle est envoyée, avec sa sœur, à l’abbaye des Dames de Caen où, malheureuse, elle s’enferme dans les livres.

Sa vie est insignifiante, sans but, d’autant plus qu’il semble qu’elle n’ait jamais émis le désir de rentrer dans le moule social des jeunes filles de son époque, à savoir se marier et avoir des enfants. Au contraire, influencée par ses lectures, notamment par celles des Lumières et des tragédies antiques de Pierre Corneille, il apparaîtrait que Charlotte Corday ait rêvé d’un destin hors du commun. Il faut qu’elle réalise un acte marquant pour exister, pour sortir de sa banalité et, peut-être, pour redorer le blason familial qui manque grandement de reconnaissance. S’est-elle identifiée aux héros tragiques de Corneille, au point de mourir pour la patrie ? Aurait-elle eu des tendances suicidaires ? Ce sont des hypothèses…

Toujours est-il qu’elle trouve le courage de réaliser son crime, mais non sans hésitation. On retrouvera, dans sa chambre de l’Hôtel de la Providence, un écrit où elle inscrivit « Le ferais-je ? Ne le ferais-je pas ? », marquant alors la prise de conscience des limites de son courage et des conséquences d’un tel acte. Cette incertitude se confirme aussi lors de son entrevue avec Marat. En effet, lorsqu’elle entre chez lui, elle trouve un homme malade, affaibli, qui ne tardera pas à mourir, qu’elle agisse ou non. De plus, elle ne le tue pas de suite, mais au bout de longues minutes d’une conversation où elle prétexte avoir une liste de traîtres girondins à remettre au député. Peut-être son cœur bat-il fort, en tout cas elle avouera plus tard qu’elle s’apprêtait à renoncer. Mais c’est lorsqu’elle pose la question à Marat sur le sort qu’il réservera à ces soi-disant traîtres, et qu’il répond qu’il les fera tous guillotiner, qu’elle trouve la force d’enfoncer le couteau dans sa poitrine.

Le procès de Charlotte Corday : la prise de parole politique d’une femme

Aussitôt le meurtre commis, Charlotte Corday est arrêtée. La nouvelle de la mort de Marat se répand comme une traînée de poudre. Rappelons qu’il est vénéré du peuple. Paris bouillonne, on craint l’émeute, à tel point que l’on se demande si le transfert de Charlotte vers la Prison de l’Abbaye ne va pas se transformer en lynchage. Pendant plusieurs jours, on ne peut croire qu’une femme ait commis un tel acte. On va même jusqu’à penser qu’il s’agit d’un homme travesti, ou même que Charlotte Corday a agi par raison passionnelle, pour venger un amant ou un proche assassiné. Toutes les raisons sont valables, sauf la plus évidente : celle relevant de la motivation politique personnelle.

Le procès commence le 17 juillet 1793 au matin. Arrivée devant le Tribunal Révolutionnaire, institution exceptionnelle créée pour juger les ennemis de la Révolution, Charlotte Corday, dont l’avocat commis d’office connaît à peine le dossier, assure seule sa défense. Plus que le crime en lui-même, elle va utiliser cet espace et ce temps impartis pour exprimer ses opinions et revendiquer son geste.

En effet, l’accusateur public, Antoine Fouquier-Tinville, tente de lui retirer la paternité de son crime. Tout comme ceux qui pensaient que le meurtre avait été accompli par un homme déguisé en femme, il ne peut croire qu’une femme puisse avoir agi. En tout cas, elle n’a pu agir seule. Il essaie, tout au long de l’audience, de faire avouer à la jeune fille que ce sont les Girondins qui ont fomenté le complot et l’ont incitée à commettre le crime. Charlotte se rebelle vivement : elle n’a pris cette décision que de sa propre conscience et volonté, sans jamais en parler à qui que ce soit.

Elle se montre courageuse et inébranlable tout le long de la séance. Elle revendique son acte, au nom de la justice. Elle cherche à émouvoir l’opinion sur une République plus juste, contre la tyrannie. Visiblement, elle n’a pas peur de la mort et utilise son procès comme moyen d’expression : elle existe, enfin.

Par ailleurs, elle en profite aussi pour tourner au ridicule le pouvoir des hommes. Par son acte et sa prise de parole engagée, elle bouleverse la vision des rapports entre hommes et femmes pendant la Révolution. En effet, ces dernières ont été marginalisées et exclues de la vie politique. Elles ne sont pas concernées par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et il n’existe pas de femmes députées à la Convention. Pourtant, elles ont, que ce soit dans le camp révolutionnaire ou contre révolutionnaire, des opinions politiques cohérentes, organisées et militantes. Il existe plusieurs visages de ces femmes engagées : Manon Roland, ardente républicaine qui joue un grand rôle dans le milieu girondin ; Olympe de Gouges qui, en réponse à la Déclaration déjà citée, rédigera la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne… Presque toutes ces femmes connaîtront le destin tragique de la guillotine. Pourquoi une telle discrimination ? L’explication en est toute simple : le monde politique n’est pas une affaire féminine. Le rôle de la femme est restreint à la sphère domestique et maternelle, là est leur place.

Charlotte Corday représente donc une menace pour le pouvoir masculin. En s’exprimant publiquement, elle agit politiquement. Pour l’audience masculine et l’imaginaire collectif, il s’agit d’une véritable castration symbolique.

Les conséquences de l’assassinat de Marat

Charlotte Corday est sans surprise, à l’issue de son procès, déclarée coupable et condamnée à la guillotine. Avant d’être ramenée à sa cellule, elle exprime un dernier souhait : que l’artiste Jean-Jacques Hauer réalise son portrait. Faut-il voir dans cette demande un désir de postérité ? C’est fort probable. Charlotte Corday est certaine d’avoir accompli un acte historique qui changera le destin de la Révolution.

Le 17 juillet, à 17h, elle est conduite à l’échafaud, vêtue de la chemise rouge des assassins. Pendant tout le trajet, elle regarde les Parisiens droit dans les yeux, fière et courageuse. Sa dignité lors de son exécution (curieuse, elle aurait même, alors que le bourreau Sanson lui cachait la vue de la guillotine pour ne pas l’effrayer, demandé à voir cette dernière car elle n’en avait encore jamais admiré) la fait entrer dans la légende.

Pourtant, l’acte commis par Charlotte Corday a-t-il porté ses fruits ?

Pour ce qui est de son désir de postérité historique, c’est en effet une victoire. Durant les deux cent années qui ont suivi sa mort, on a parlé d’elle. Outil de propagande politique pour les uns (notamment par Louis-Philippe sous de la Monarchie de Juillet), héroïne tragique de pièces de théâtre pour les autres (Daniel Colas a mis encore récemment en scène son personnage), Charlotte Corday fait désormais partie du patrimoine historique de notre pays.

Quant aux effets politiques de son meurtre, il en est tout autre. Certes, la mort de Marat marque une bifurcation dans la Révolution, mais pas celle que la jeune femme désirait. Le souhait de Charlotte Corday était de limiter le nombre de victimes, les massacres, faire de la France un pays républicain où règne l’ordre et la justice. Or, son crime va au contraire précipiter l’institution officielle de la Terreur, déjà entamée dans les faits. Les Montagnards, en effet, voient toujours dans ce crime un complot des Girondins. Ces derniers sont arrêtés et exécutés. Marat devient un martyr de la Révolution, son corps, transféré au Panthéon, devient un objet de culte populaire.

Même si Charlotte Corday a échoué dans son objectif politique, on ne peut cependant nier sa volonté de se faire entendre en tant que femme et il n’est peut-être pas anachronique de voir en elle, à son insu, une des premières féministes de l’Histoire.

Source :arrow: Agoravox.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Anne-Charlotte de Corday d'Armont, retenue par l'Histoire sous le nom de Charlotte Corday

Message par Invité le Lun 26 Sep 2011 - 10:19

Je suppose que c'est un film d'époque (lol). Very Happy
Ce que l'on dit moins, c'est que le criminel apatride Marat (suisse d’origine hispano-sarde, présenté avec complaisance comme révolutionnaire engagé) n'était même pas français (et ça lui faisait ni chaud ni froid, que d'envoyer des français à l'échafaud).

Les scénaristes, vont dans le sens du courant jacobin, sans chercher plus avant. A-t-on un papier écrit de la main de Charlotte, se qualifiant de révolutionnaire (libérale-conservatrice-modérée) ? Autrement que révolutionnaire, c’était une suffragette avant l’heure.
Il est écrit: On ne veut plus de monarchie, même parlementaire… qui on, les français ou les parisiens… (on oublis que 11 ans après, l’Empire rétablit une certaine noblesse en 1804, et puis il y eut aussi la Restauration… en 1814…) ? On, ce sont certaines gens peut-être, mais pas les français… Et concernant le texte, comme il est écrit : « ce sont des hypothèses… ».
Louis XVI fut assassiné sous le faux prétexte des placards…, et ça arrangeait bien l’intelligentsia autoproclamée en place.
La « guerre de Vendée » ne fut pas une guerre civile, mais un génocide, le mot n’existait pas à l’époque certes, mais le terme « Populicide » fut créé à l’occasion par : Gracchus Babeuf.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Marie-Anne-Charlotte de Corday d'Armont, retenue par l'Histoire sous le nom de Charlotte Corday

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum