Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Virginie le Mer 16 Mar 2011 - 21:37

Le centime régional de TIPP va préfinancer la ligne nouvelle Paris Normandie

Les éléments d’information disponibles en matière de recettes 2011 pour la Région Haute-Normandie laissent planer beaucoup d’interrogations sur les finances de la collectivité, ont fait savoir lundi Alain Le Vern, président de la collectivité, et Marc-Antoine Jamet, vice-président chargé des finances au cours d’une séance plénière qui ne comportait pas de décisions importantes à son ordre du jour. M. Le Vern a toutefois annoncé qu’il réservera le centime régional de TIPP au préfinancement de la ligne nouvelle Paris Normandie.

Dans une communication qui n’a pas donné lieu à un vote, M. Jamet a établi un pré-bilan des premiers effets de la réforme des collectivités notamment par la suppression de la taxe professionnelle remplacée par la CVAE (Contribution sur la valeur ajoutée des entreprises) et l’IFER (Imposition forfaitaire des entreprises de réseaux). La recette estimée est inférieure moitié aux prévisions inscrites au budget primitif de 2011 : 104 M€ au lieu des 208 M€ attendus. Selon les services du conseil régional, la CODAH et la CREA (agglomérations du Havre et de Rouen) subiraient également des pertes de recettes d’ampleur : -50% pour la CODAH, - 25% pour la CREA. En plus de la perte de recettes, la majorité de gauche reproche à la réforme des collectivités de réduire l’autonomie fiscale de la Région qui n’est plus maître que de 6% du montant de ses ressources, le reste étant des dotations ou compensations fixées par l’Etat.

Si l’exécutif de la Région parle « d’improvisation et d’incohérence », l’opposition de droite réfute une vision alarmiste. Pour preuve, a répliqué Jean Bazin (UMP), les premiers versements de l’Etat pour 2011 restent identiques à ceux perçus en 2010.

La liberté de la région de fixer les taux d’imposition a été ramenée à la seule carte grise, mais aussi à une fraction régionale de tarif de TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers) qui rapporte 20 M€ par an. Pour ce qui concerne la Haute-Normandie, cette part de TIPP (1 ct par litre de carburant) représente un montant de 20 M€ qui sera affecté à un fonds de concours que la Région va ouvrir en vue de participer au financement de la ligne nouvelle Paris Normandie. D’ici 2020, le fonds pourrait alimenter par la Région à hauteur de 200 M€ pour un projet qui demandera une mobilisation de l’ordre de 6 à 12 milliards d’€ selon les options choisies. Devant le conseil régional, M. Le Vern a indiqué que d’autres collectivités de Haute-Normandie sont disposées à rejoindre ce fonds de concours, même s’il reste théorique, les collectivités n’ayant pas le droit de jouer les écureuils en la matière.

:arrow: drakkaronline
16/03/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Berthon37 le Mer 16 Mar 2011 - 21:57

............................................................................
avatar
Berthon37


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Virginie le Mer 6 Juil 2011 - 20:23

Inquiétudes autour du futur TGV Paris-Mantes-Rouen


MANTES-LA-JOLIE. Une nouvelle étude remet en cause la ligne TGV Paris-Mantes-Rouen (ici, un TGV en provenance de Marseille). Des spécialistes s’interrogent sur l’intérêt d’une telle liaison, sachant que la vitesse du train sera limitée à 160 km/h jusqu’à Mantes. (LP/M.G.)

Les nouvelles se succèdent de façon contradictoire autour de la future ligne de TGV Paris-Rouen. Lancé en octobre 2009 par l’ancien secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau, annoncé pour 2020, le dossier avait acquis une plus grande consistance à la faveur d’un audit récent évaluant son coût à une dizaine de milliards d’euros.
On croyait donc le projet sur les rails, mais voilà qu’une nouvelle étude remet en cause sa faisabilité.

Le financement de certaines lignes critiqué

Le TDIE (Transport, développement, intermodalité, environnement), un groupe qui réunit des experts, des élus et des professionnels des transports, vient de publier un rapport critique sur le financement de certaines lignes TGV en France, dont le Paris-Mantes-Rouen. « Un certain nombre de problèmes sont relevés, note Olivier Deleu, délégué général de TDIE. Sur le plan financier, je ne crois pas que la Haute et Basse-Normandie puissent apporter un financement conséquent à l’heure où l’Etat réduit ses dépenses. »

Ce spécialiste s’interroge également sur l’intérêt réel d’une ligne à grande vitesse : en région parisienne, les TGV ne dépassent pas les 160 km/h, ce qui réduit leur efficacité à celle d’un train corail. Ce n’est donc qu’en quittant Mantes-la-Jolie que la vitesse d’un TGV entre en ligne de compte. Or, la ville n’est qu’à une vingtaine minutes en train de Rouen et à 150 km de Caen. « Est-on prêt à financer autant pour si peu? » demande un spécialiste. Ces doutes sont également partagés par le député de la Drôme Hervé Mariton (UMP), qui met en cause le manque de financement du schéma national des infrastructures de transport.

Mais des raisons d’être optimiste demeurent. La ligne Paris-Normandie est située dans l’axe du Grand Paris, l’un des dossiers prioritaires de Nicolas Sarkozy. Ce dernier vient d’ailleurs de lancer une mission de financement de la desserte. « La volonté politique est intacte et indiscutable, assure Cécile Dumoulin, députée UMP de Mantes-la-Jolie. Souvenons-nous du RER E : son prolongement était évoqué depuis vingt ans et il verra finalement le jour bientôt, et ce grâce à une volonté politique. »



:arrow: Le Parisien
05/07/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Virginie le Ven 16 Sep 2011 - 8:51

eh bien on apprend des choses lors des réunions des conseils de quartier. Ainsi lors du conseil de quartier du centre-ville d'Evreux, pour la présentation aux habitants du projet d'aménagement du secteur Pannette, un habitant a interpellé le maire sur le manque d'informations sur l'avenir de la gare d'Evreux.

Pragmatique, un autre riverain a relevé un « manque » d'information quant à l'avenir de la gare. La Ville d'Evreux ayant fait acte de candidature pour accueillir la Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN). « Si Evreux est retenue, vraisemblablement, il faudrait une autre gare. Elle se situerait près de la BA 105 », déclare Michel Champredon qui souhaite toutefois « garder la gare actuelle si, techniquement, c'est faisable ».

Aller coller une gare à plus de 5 km du centre-ville, en voilà une idée lumineuse !


:arrow: Paris Normandie
16/09/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Virginie le Sam 17 Sep 2011 - 21:34

Ligne grande vitesse Paris Normandie : la chambre d'agriculture de l'Eure vigilante

AMENAGEMENT .La Chambre d'agriculture sera vigilante sur le tracé proposé pour la future ligne à grande vitesse. De nombreuses terres seront concernées.

C'est ce que beaucoup ont retenu du projet du « Grand Paris » : la ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) qui, de la capitale, après un tronçon commun restant à déterminer, desservira Rouen (Seine-Maritime) et Le Havre d'un côté et Caen (Calvados) de l'autre. Dans tous les cas de figure, puisque plusieurs hypothèses existent, l'Eure sera fortement impacté par le tracé de la ligne à grande vitesse (LGV) qui, forcément, traversera la campagne.
On imagine que le monde rural suit l'affaire de près. A commencer par la Chambre d'agriculture qui aura sûrement un lourd dossier foncier à porter quand il s'agira de neutraliser des parcelles. C'est bien son premier souci. Emmanuel Join-Lambert, son président, confirme. « Nous ne souhaitons pas prendre position pour un tracé plus qu'un autre. » En revanche, « les contraintes de découpage et les disparitions de terres agricoles en faveur de l'installation de la ligne ferroviaire dans l'Eure toucheront, à l'évidence, des gens de la profession ». De plus, des impératifs plus techniques ou simplement géographiques viendront influencer le choix du parcours qui devrait permettre de relier Paris au Havre en une heure et quart et à peine plus pour aller de Caen à Paris.

la suite :arrow: Paris Normandie

--------------------------------------------

Le train rapide normand cherche sa voie ?

Transport ferroviaire : le débat public est lancé du 3 octobre jusqu'au 3 février 2012

Colonne vertébrale du projet Grand Paris et du développement de l'axe Seine, la ligne nouvelle Paris-Normandie (ligne à grande vitesse) sera au cœur des préoccupations des Normands pendant quatre mois avec l'organisation de nombreux débats publics pour recueillir l'avis de la population et des usagers de la SNCF.

Des reunions publiques

La CPDP organise 23 réunions publiques, de 19 h à 22 heures, au cours du débat : une réunion d'ouverture, 16 réunions locales, 5 réunions thématiques et une réunion de clôture.
La réunion d'ouverture, les 5 réunions thématiques et celle de clôture seront diffusées en direct sur internet (www.debatpublic-lnpn.org) et des questions pourront être posées au cours de la réunion. Voici les principaux rendez-vous dans notre région
lundi 3 octobre : réunion d'ouverture à Rouen, halle aux T oiles. Après une présentation générale du projet, cette réunion donnera lieu aux premiers échanges et prises de position.
jeudi 13 octobre : Le Havre, centre havrais de commerce iInternational quai Georges V.
jeudi 20 octobre : Evreux, Le Cadran.
mardi 8 novembre : Rouen, halle aux Toiles.
mardi 15 novembre : Dieppe, salle Paul-Eluard
mardi 29 novembre : Vernon, Espace Philippe-Auguste.
mardi 6 décembre : Bernay, salle des fêtes.
jeudi 8 décembre : Val-de-Reuil, théâtre des Chalands.

Des réunions thématiques diffusées en direct sur internet se tiendront également avec le public et des experts et acteurs du territoire autour des questions clés.
mardi 13 décembre : Caen, centre de congrès, aménagement du territoire.
jeudi 15 décembre : Rouen, halle aux Toiles, développement économique.
mardi 10 janvier 2012 : Le Havre, centre havrais de commerce international, transport de marchandises.
jeudi 12 janvier 2012 : Evreux, Le Cadran, impacts sur l'agriculture et l'environnement.
mardi 17 janvier 2012 : Paris, cinéma Max Linder, 24 bd Poissonnière, financement et rentabilité du projet.
lundi 30 janvier : Caen, centre de congrès, réunion de clôture diffusée en direct sur internet.

Enjeux, Traces et couts, gares, Financement, Calendrier, Le débat public est officiellement lancé : donner l'information aux citoyens
:arrow: Paris Normandie

--------------------------------------------

Projet de ligne Paris-Normandie : la Côte fleurie met les chances de son côté

En conseil de la communauté de communes, Coeur Côte fleurie, ce matin, le président Philippe Augier a dévoilé la création d'un «cahier d'acteur» ventant les atouts de la communauté de communes et tout l'intérêt que lui apporterait cette ligne TGV reliant Paris à la mer de Normandie en 1 h 15. «Ce projet est estimé à 10 millions d'euros, a rappelé le président. Voilà pourquoi il faut que chaque territoire fasse de même en expliquant ses atouts.» La Côte fleurie espère ainsi peser dans le débat public qui s'ouvrira début octobre sur ce projet.
Ouest-France

:arrow: maville.com


avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Berthon37 le Dim 18 Sep 2011 - 18:45

peut être un jour je ferais le TGV le havre/paris au boulot !!! Cool Cool Cool
avatar
Berthon37


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Steinn le Mar 20 Sep 2011 - 17:22

Charte commune aux principales collectivités bas-normandes pour la Ligne Nouvelle Paris-Normandie

Communiqué de presse du 16 septembre 2011

Conférence des Exécutifs :
une charte commune aux principales collectivités bas-normandes pour la Ligne Nouvelle Paris-Normandie

Réunie ce vendredi, la Conférence des exécutifs bas-normands, présidée par Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie et rassemblant les trois Présidents de Conseils Généraux – Calvados, Manche et Orne - et les cinq Présidents d’Agglomération – Communauté Urbaine d’Alençon, Caen La Mer, Communauté Urbaine de Cherbourg, Communauté d’Agglomération de Flers et Communauté d’Agglomération Saint-Loise - a décidé de porter une position commune en faveur de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie (LNPN) lors du débat public sur ce projet. Celle-ci traduit la forte mobilisation depuis deux ans des exécutifs bas-normands en faveur de ce projet qu’ils considèrent comme prioritaire.




Pour la Basse-Normandie, la perspective de cette ligne nouvelle est une opportunité historique de développement. Aussi les collectivités bas-normandes ont-elles décidé de s’en saisir au travers d’un projet commun de territoire.



Alors que le débat public, qui débute dans quelques jours, sera l’occasion pour la région d’exprimer ses souhaits, les élus bas-normands, par le biais d’une charte commune de cahier d’acteurs, demandent unanimement :



- un objectif de raccordement de Caen à Paris en 1h15, de Cherbourg à Paris en 2h15, permettant de favoriser des synergies entre la Basse-Normandie et l’Ile-de-France tout en augmentant son potentiel touristique.



- une liaison de Rouen à Caen en 45 minutes (contre 1h30 aujourd'hui), afin de favoriser les échanges intra-normands et permettre le développement de toute la Normandie.



- des liaisons aux villes normandes afin que l’ensemble du territoire bénéficie de la LNPN, en s’appuyant sur un maillage utilisant le réseau ferroviaire existant et sur des mises en correspondances efficaces.



- des arrivées à Paris la Défense et Saint-Lazare, permettant un accès optimum au centre de la capitale.



- une interconnexion à la plateforme aéroportuaire de Roissy afin de contribuer à l’attractivité économique et touristique de notre région au niveau international.



- une interconnexion au réseau grande vitesse national et européen pour démultiplier les effets de la ligne sur la mobilité vers et depuis notre région et en développer l’attractivité.



- des services de transport favorisant l’accessibilité à tous et des fréquences attractives.



En outre, ils ont exprimé leur volonté de prendre part activement au projet du «Grand Paris» en travaillant sur un périmètre élargi (Paris, Rouen, Le Havre, Caen et Cherbourg), c'est-à-dire l’espace Paris-Seine-Normandie, mis en évidence par les travaux des six agences d’urbanisme de la vallée de la Seine (23 mai 2011).



Cette charte commune, adoptée à la veille du lancement du débat public, conclut une première phase de la mobilisation bas-normande pour la LNPN et permettra à la Basse-Normandie de participer efficacement à ce débat.



Si le consensus des collectivités bas-normandes constitue une condition sine qua non à la réalisation de cette nouvelle liaison ferroviaire avec Paris, c’est bien la participation de tous les bas-normands au débat public qui permettra de voir aboutir la LNPN. A cet égard, les élus appellent les acteurs du territoire (économiques, sociaux, éducatifs, culturels, sportifs, etc.) à participer très activement à cette phase cruciale de débat public en rédigeant eux-mêmes des cahiers d’acteurs thématiques afin de renforcer la position bas-normande.



L’unité des exécutifs bas-normands sur ce projet doit être le point de départ d’une mobilisation de l’ensemble des bas-normands à l’occasion des 6 réunions de débat public qui seront organisées à Caen, Cherbourg, Lisieux et Saint-Lô d’ici janvier 2012. C’est ainsi que la volonté bas-normande de ligne nouvelle vers Paris pourra être couronnée de succès.



Calendrier du débat public

Réunion d'ouverture :

Lundi 3 octobre à la Halle aux Toiles à Rouen



Réunions locales :

Mardi 11 octobre au Centre de congrès à Caen

Jeudi 13 octobre au Centre Havrais de Commerce International au Le Havre

Mardi 18 octobre à l’école de Musique à Mantes la Jolie

Jeudi 20 octobre au Cadran à Evreux

Jeudi 3 novembre au Centre culturel Jean Patounas à Saint-Lô

Mardi 8 novembre à la Halle aux toiles à Rouen

Mercredi 9 novembre à la Salle Boris Vian à Achères

Jeudi 10 novembre au Parc des expositions à Lisieux

Mardi 15 novembre à la Salle Paul Eluard à Dieppe

Mercredi 16 novembre à l’ESSEC à Cergy

Mardi 22 novembre à la salle Pierre Montécot à Cherbourg

Jeudi 24 novembre à UGC Ciné cité à La Défense

Mardi 29 novembre à l’espace Philippe Auguste à Vernon

Jeudi 1 décembre à la salle le Triplex à Houilles

Mardi 6 décembre à la salle des fêtes de Bernay

Jeudi 8 décembre au théâtre des Chalands à Val de Reuil



Réunions Thématiques

Mardi 13 décembre « Aménagement du territoire » au centre de congrès à Caen

Jeudi 15 décembre « Développement économique » à la Halle aux toiles à Rouen

Mardi 10 janvier 2012 « Transport de marchandises » au Centre Havrais de Commerce International au Havre

Jeudi 12 janvier 2012 « Enjeux agricoles et environnementaux » au Cadran à Evreux

Mardi 17 janvier 2012 « Financements » au Cinéma Max Linder à Paris



Réunion de Clôture

Lundi 30 janvier 2012 au centre de congrès à Caen



Toutes les réunions publiques se tiendront de 19 à 22 heures sauf celle de la Défense qui aura lieu de 18 à 21 heures.



Contact presse : Caroline Monnot – tel : 02-31-06-96-27 – portable : 06-30-94-10-35

Source :arrow: cr-basse-normandie
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Steinn le Mer 21 Sep 2011 - 8:24



Participez au débat sur le TGV Paris-Normandie :arrow: http://www.debatpublic-lnpn.org/participer/preparez-votre-cahier-d-acteur.html
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Virginie le Jeu 22 Sep 2011 - 7:47

Pas question de jouer un rôle de sas
L’Eure veut devenir le “maillon stratégique“de la future LNPN



Les principales institutions de l’Eure (*), avec à leur tête le Département, demandent que le tracé de la LNPN (Ligne nouvelle Paris Normandie) passe par Evreux, en retenant l’option B parmi les trois (A, B et C) qui seront examinées lors du Débat public sur ce projet qui débute le 3 octobre.
Réuni en séance plénière extraordinaire, le conseil général a adopté mardi un Cahier d’Acteur qui place l’Eure comme un « maillon stratégique du développement de l’axe Seine ».
« Les forces vives de l’Eure se prononcent pour une desserte de la LNPN dans les agglomérations d’Evreux et de Louviers/Val-de-Reuil afin de contribuer à une mise en oeuvre cohérente du Grand Paris. Cette desserte devra également intégrer l’ouest du département », indique en préambule le cahier d’acteur.
L’unanimité des conseillers généraux, toutes tendances confondues, est d’autant plus forte qu’ils avaient exprimé les plus vives inquiétudes à la lecture des premières esquisses de ligne nouvelle en 2009. « L ‘Eure et Evreux avaient été rayées d’un trait de plume », a estimé Michel Champredon, maire PRG d’Evreux. Et pour son collègue socialiste de Bourgtheroulde, Bruno Questel, « il ne faudrait surtout pas que l’Eure ne soit qu’un sas entre la Seine-Maritime et la région parisienne ».
C’est donc l’option dite “B“ qui a les faveurs de l’Eure dans la mesure où son tracé dessert le grand Evreux, remonte ensuite vers le nord où s’opère une bifurcation vers l’ouest et la Basse-Normandie, puis dessert Louviers – Val-de-Reuil, Rouen et Le Havre.
L’argument repose sur le poids économique des territoires traversés. « La Seine, axe central du projet Paris-Seine-Normandie, irrigue un système urbain dense (Evreux, Vernon, Louviers, Val-de-Reuil) fort de 230.000 habitants, 100.000 emplois et 10.000 entreprises, lit-on dans le cahier d’acteur. La densité de cette zone équivaut à celle de l’agglomération caennaise, soit 230 hab/km2. »
La comparaison avec la capitale de la Basse-Normandie n’est pas fortuite. Il lui fallait « faire toucher du doigt cette réalité là, comme l’a exprimé le président (PS) du conseil général, Jean Louis Destans, parfois difficilement perceptible parce que notre territoire apparaît clairsemé et n’a pas l’unité de commandement d’une grande agglomération ».
Tout aussi ferme a été l’exigence « que les promesses pour le futur ne suppriment pas les promesses pour aujourd’hui ». « Ça ne doit pas se faire au détriment des dessertes actuelles », a martelé Claude Lacourt, (UMP, Vernon), alors que plusieurs conseillers généraux ont demandé que la modernisation se poursuivent, comme l’électrification de la section Elbeuf-Saint-Aubin – Serquigny. « Les engagements de SNCF doivent être tenues », a insisté Jean Louis Destans.

* Cahier d’Acteur pour le Débat public sur le projet de LNPN réalisé par les communautés d’agglomération Seine-Eure, Grand Evreux, Portes de l’Eure, les villes de Bernay, Vernon, Val de- Reuil, Eure Expansion, les chambres d’Agriculture, de Commerce et d’industrie, de Métiers et de l’Artisanat.
Le dossier complet du débat public sur www.debatpublic.lnpn.org

:arrow: fil-fax
21/09/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le TGV Normand (ou LGV ou LNPN)

Message par Steinn le Sam 24 Sep 2011 - 16:03


Train : Basse et Haute-Normandie d'une même voix


Alain Le Vern (à gauche) et Laurent Beauvais, les deux présidents des deux Normandie,
côte à côte hier à la session du conseil régional bas-normand
.

Les deux régions sont d'accord pour un train plus rapide et fiable pour les rapprocher de Paris. Les deux présidents (PS) ont affiché cette belle union devant les conseillers régionaux bas-normands, hier à Caen.

Laurent Beauvais ne se souvient pas d'avoir vu un président de Haute-Normandie s'exprimer devant l'assemblée bas-normande. En invitant Alain Le Vern, hier matin, il voulait afficher l'union des deux régions sur la Ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN) avant quatre mois de débat public à partir du 3 octobre. « Je pourrais faire mienne la plateforme commune que les exécutifs bas-normands (Région, départements, agglos) présenteront à ce débat », a confirmé Alain Le Vern. Pour le sénateur PS de Seine-Maritime « les grands défis de la modernité de cette ligne nouvelle doivent dépasser les intérêts partisans et les frontières ».

Pas un TGV

Avant d'en redonner les contours « une ligne de haute performance, le désengorgement des noeuds ferroviaires dans le Mantois à l'entrée de Paris et à Rouen. La gare de Rouen est saturée alors que 27 ha de terrains sont prévus pour une nouvelle gare à Saint-Sever, sur la rive gauche. Tout cela mettra Cherbourg à 2 h 15, Caen et Le Havre à 1 h 15 et Rouen à moins d'une heure de Paris. »

Attention à la sémantique. On ne dit plus TGV ou Ligne à Grande vitesse. « Le projet normand c'est un nouveau train à 250 km/h qui n'existe pas encore en France. Entre le Corail Intercités à 200 km/h et le TGV à plus de 300. » En Normandie, les distances avec Paris ne sont pas assez longues pour un TGV qui ne ferait gagner que quelques trop chères minutes. Laurent Beauvais s'empresse d'ajouter : « La part des collectivités demandées par la SNCF pour un TGV ne cesse d'augmenter. Jusqu'au tiers du financement. Sans compter des réservations et billets plus chers. Nous ne nous laisserons pas imposer le modèle économique du TGV. »

Pour le financement dont les clés de répartition entre collectivités, Réseau ferré de France (RFF), le maître d'oeuvre, et l'État ne sont pas encore connues, Alain Tourret (PRG) soumet l'idée d'un grand emprunt. « À l'échelle des deux régions ? Pourquoi pas ? », répond Alain Le Vern.

François Dufour (Europe-Ecologie-Les Verts), vice-président à l'agriculture, s'inquiète de voir « de nouvelles gares au milieu de nulle part. Il faut un bon drainage des territoires y compris ruraux et ne pas concentrer l'activité économique. On l'a vu avec les voies rapides comme l'A84. » Alain Le Vern rassure : « Nous ne partons pas de rien. Les usagers existent. 63 % se rendent dans les gares à pied, en métro ou bus. Il faut donc qu'elles soient dans les villes ou à proximité. Pas dans des champs de betteraves. »

Quant au coût exorbitant de 9 à 13 milliards, pour lequel les Verts sont opposés à cette ligne nouvelle, Alain Le Vern l'a rapproché « des centaines de millions d'euros que les deux régions consacrent aujourd'hui à des trains qui fonctionnent mal. C'est un amortissement sur 30 ans. » La Haute-Normandie provisionne déjà 20 millions d'euros par an depuis trois ans.

Xavier ORIOT

Source :arrow: Ouest-france
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum