Pêche : Bretons et Normands rament ensemble contre Bruxelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pêche : Bretons et Normands rament ensemble contre Bruxelles

Message par Steinn le Sam 17 Sep 2011 - 16:08


Vendredi 9 septembre à Granville, Stéphane Travert, conseiller régional de Basse-Normandie en charge de la pêche, de l'aquaculture et des ressources marines, et Isabelle Thomas, vice-présidente de la région Bretagne...


... se sont retrouvés pour une journée de discussions autour de trois principaux thèmes, la crise ostréicole, l'ensemencement des coquilles saint-jacques et la sécurité maritime.

“Nous ne sommes pas seulement voisins, explique Isabelle Thomas. Nous partageons un territoire maritime, des richesses communes comme la pêche et la conchyliculture, mais aussi… des problèmes communs.”

Représentant à elles deux plus de 3 000 kilomètres de côtes, les deux régions ont souhaité lors de cette journée partager les informations et faire un pas vers une meilleure coordination des politiques de pêche.

Peur de l’Europe
La poursuite de l'ensemencement des coquilles Saint Jacques en baie de Granville pour cinq ans (2009- 2013) a été ainsi évoquée longuement. “Notre région bas-normande continuera à accompagner financièrement cette initiative”, précise Stéphane Travert.

La crise ostréicole fut l'autre grand sujet de discussion. Depuis 2009, les cultures des deux régions sont touchées par une importante mortalité des naissains. Pour comprendre ce phénomène, la Basse- Normandie a fondé le Centre de référence de l'huître (CHR) à Caen, dont les rapports sont vivement attendus par la Bretonne.

Derrière ce développement de la coordination interrégionale se cache également une crainte de l’Europe et de ses directives. “La politique commune de la pêche (PCP) met en avant un modèle économique assez stéréotypé de la pêche alors qu'ici nous avons à faire une pêche artisanale et non-ultralibérale”, analyse Stéphane Travert. “Or, le résultat de l'étude d'impact de la PCP prévoit une suppression de 10 à 20 % des emplois embarqués, ajoute Isabelle Thomas. Il est donc indispensable de se grouper pour présenter nos revendications à Bruxelles.”
Le 12 octobre prochain, les deux régions seront dans la capitale européenne pour faire entendre leurs positions sur les questions maritimes.

Source :arrow: La Manche Libre
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum