Bruno Le Maire juge "inacceptables" ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bruno Le Maire juge "inacceptables" ...

Message par Steinn le Lun 4 Avr 2011 - 9:32

Bruno Le Maire juge "inacceptables" les contrats proposés par les industriels aux producteurs laitiers

La contractualisation entre les producteurs de lait et les industriels est entrée en vigueur aujourd'hui.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a jugé vendredi "inacceptables" les premiers contrats laitiers proposés aux paysans, tout comme la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), premier syndicat de producteurs, qui a appelé à ne pas les signer en l'état. "J'ai lu avec attention les premiers contrats. Ce qui vous a été proposé par les industriels ne convient pas. Il faut que les industriels revoient leur copie", a déclaré le ministre lors d'une rencontre avec la FNPL à La Lande-d'Airou, dans la Manche. "Je suis prêt à donner un gros coup de baguette sur les doigts des industriels qui ne respecteront pas le caractère équitable des contrats", a-t-il assuré. "Les contrats ne doivent pas être un instrument d'asservissement", a insisté le ministre, relevant qu'il était "tout à fait que inacceptable que certains contrats remettent en cause par exemple le droit d'association syndicale".

Entrée en vigueur ce vendredi avec pour objectif affiché de contribuer à la sécurisation des revenus des paysans, la contractualisation entre les producteurs et les premiers acheteurs est l'une des mesures-phares prévues par la Loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche, votée l'été dernier. Les syndicats agricoles (de la FNPL à la Confédération paysanne) dénoncent la fixation unilatérale des prix par les industriels et des clauses arbitraires, alors que les producteurs ne sont pas encore suffisamment regroupés pour négocier. "Nous sommes soumis au bon vouloir de nos acheteurs et c'est pourquoi nous incitons (les paysans) à ne pas les signer individuellement, mais à les négocier", a déclaré, jeudi, le président de la FNPL, Henri Brichard. "Il faut une massification de l'offre par l'organisation collective des producteurs. Mais les premières propositions de contrats sont arrivées sans cet échelon indispensable", a-t-il souligné, reprochant au ministre d'avoir "mis la charrue avant les boeufs".

Bruno Le Maire a exprimé son voeu que la réglementation européenne évolue rapidement pour que "les agriculteurs puissent se regrouper d'ici la fin de l'année pour négocier en position de force", évoquant des groupements jusqu'à "10 000" producteurs. Les producteurs laitiers, qui ont connu une crise majeure en 2009 avec l'effondrement de leurs revenus, font aujourd'hui face à une flambée des coûts de production, notamment l'alimentation du bétail et le carburant. Selon la FNPL, la France compte 90 000 exploitations produisant 23 milliards de litres de lait chaque année.

:arrow: Lepoint.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum