«J’assume ce que je suis»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

«J’assume ce que je suis»

Message par Steinn le Lun 28 Mar 2011 - 20:52

.
Christophe Rocancourt : «J’assume ce que je suis»


Un jour à Deauville, le lendemain à Saint-Trop ou Paname… Depuis des semaines pourtant, c’est à Rouen que les noctambules croisent parfois « l’Arsène Lupin des stars ». Nous avons rencontré l’ex-arnaqueur, toujours aussi sulfureux.

Rouen ?
« Pour ma sœur, que j’adore. Elle a monté une société de voyance et élève ses enfants. J’aime l’histoire et je trouve que Rouen est, visuellement, une jolie ville. C’est aussi une grande ville sans ses inconvénients et il y a ici un côté provincial mais pas dans le mauvais sens du terme. Il y a un petit côté bling-bling, avec des filles qui sortent leur Vuitton, mais pour un vieux renard comme moi… Il faut prendre du recul. J’aime aussi la bonne bouffe. Avec mon pote Tony, on va à la Couronne, ce vieux restaurant, on se prend une bonne côte de bœuf, avec un bon pinard et je me sens bien. J’aime les gens qui aiment rigoler. »


La Normandie ?
« J’aime la Normandie, où je reviens régulièrement. J’aime mes vaches et mes prés, les hôtels de luxe aussi bien que les belles chaumières : du moment que c’est vrai, c’est bien. J’aime le confort et le beau : j’aime Deauville autant que Beaumont-en-Auge (460 habitants dans le Calvados, NDLR). »


L’enfance ?
« Je suis né à Honfleur, puis ça a été l’orphelinat de Saint-Germain Village, le foyer d’Evreux, d’où je n’ai cessé de fuguer pour Paris, dès mes 15 ans. A 18, j’étais enfin à Paris et ça a été la rue, un an et demi. Mais une rue sympa : je n’en ai pas de souvenirs glauques. Ce que je vis, c’est l’incertitude mais c’est déjà de belles rencontres. »


Les parents ?
« Mon père est mort mais je vais lui porter le respect quatre ou cinq fois par mois. Il est à Lisieux. Ma mère, je ne lui parle plus. Je la respecte parce que c’est ma mère mais… Ne pas s’occuper de ses enfants est terrible et méprisable. Il y a plein de crimes qui ne sont jamais punis… »


Les Etats-Unis ?
« Je comprends très vite que la France est un pays « à cases sociales » et évidemment, je trouve cela réducteur. Je n’ai pas honte de le dire : je me sens beaucoup plus Américain. J’ai grandi là-bas, où l’ouverture d’esprit est beaucoup plus grande. »


Mickey Rourke escroqué, un mythe ?
« Mickey, c’était mon vrai pote et il a un vrai talent artistique. Jean-Claude Van Damme me l’a présenté. A ce moment-là, je vivais déjà des arnaques – pas des escroqueries à deux balles de 30 ou 40 000 € ça non – et j’étais équipé: 2 M$ rien que pour le parc de voitures. Mais j’étais pas forcément heureux."


Notre fâcherie ?
" J’étais en prison. Mike Tyson est venu me voir, je lui ai demandé de dire à Mickey de me sortir de là, ma caution était de 150 000€. Mais Mickey ne m’a pas sorti. Notre amitié s’est arrêtée là. Mais il n’y a jamais eu d’arnaque avec lui. »


Et Michel Polnareff ?
« Lui oui, je l’ai arnaqué et je ne le regrette pas ! Entre Palm Spring et Las Vegas, on était partis quatre jours à barouder. J’ai craqué 300 000€ en jetons. Il m’en a donnés pour 250 000€ et je ne les lui ai jamais rendus. »


La fuite au Canada ?
« Je suis parti en jet privé, que j’ai loué, pas tout seul. Oui, j’ai eu des coups de main : ma tête était mise à prix et elle en coûtait 500 000 $ ! Là-bas, je skiais et je regardais le golf à la télé. Tout en sachant que j’étais l’homme le plus recherché d’Amérique ! »


La prison ?
« J’ai fait douze ans en tout. Je suis devenu le Français le plus connu aux Etats-Unis et je m’en suis rendu compte en étant derrière les barreaux. Je voyais ça sur NBC, j’ai fait la Une du New York Times, Vanity Fair… En prison, on se rend compte qu’on est seul. Le premier livre que j’écris, c’est à l’isolement. Là, en cellule, entre quatre murs de béton, je me suis rendu compte que j’étais un mort-vivant. Je ne fais l’apologie ni du voyou ni de l’escroc, pas plus que du milieu carcéral mais la prison, ce n’est pas curatif. C’est un échec. »


Combien d’arnaques, combien d’argent ?
« Entre quinze et vingt personnes. J’ai fait des vrais millions. Mais être pauvre n’est pas une tare. Le problème qu’on a, par exemple quand j’étais prolétaire, c’est qu’on pense ne pas avoir de valeur. C’est ça, le complexe du pauvre. Mais « en bas », il y a beaucoup plus de valeur qu’« en haut ». Les vrais courageux sont ceux qui vont trimer tous les matins. »


Les rapports humains ?
« Je suis assez stoïque par rapport aux gens. La nature humaine n’est pas très « jo-jo ». On se targue d’être honnête, en fait, les gens sont de grands farceurs, ils donnent une image mais ils se mentent à eux-mêmes. On le voit au quotidien. J’ai fait quand même des rencontres sympathiques et j’ai énormément de chance. J’ai vu Marlon Brando, je suis allé aux Oscars… Même à l’Elysée en 2008 pour la remise d’une décoration à une réalisatrice: c’est la plus grande dinguerie et drôlerie, un pied de nez extra ! »


Le retour en France ?
« Je rentre il y a cinq ans, par Londres. J’avais quitté une France intellectuelle et sympa. Vingt ans plus tard, je trouve une France dépravée, une France au ralenti, avec beaucoup de faux intellectuels, pas que j’en sois un. C’en est pathétique. Bref. Je rentre, je rencontre la mère de ma fille (Tess, l’enfant de 4 ans qu’il a eue avec l’ex-miss France Sonia Rolland et dont il ne veut plus parler, NDLR). Je fais « Denisot » (le plateau du Grand Journal sur Canal +), j’écris trois livres et fais des émissions pour National Geographic, diffusées dans 144 pays. »


La fortune aujourd’hui ?
« Je suis à l’ISF et je paie 749 000 € d’impôts. Le 1,4 M€ que j’ai fait l’an dernier est légal : l’argent vient de la télévision, des scénarios (son histoire serait adaptée au cinéma par Thomas Langmann), des livres… »


Le plus beau « coup » ?
« Celui-là. Le plus intéressant – et je ne l’ai vu que plus tard – est que les gens m’aiment. C’est la revanche du peuple en quelque sorte… »


Le passé ?
« Puisque les autres le font, pourquoi pas moi ? J’assume ce que je suis. »

Le dernier « coup » ?
« Il est à venir. »



Propos recueillis par Jane Hitchcock

:arrow: Paris-Normandie.fr

.
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: «J’assume ce que je suis»

Message par Berthon37 le Jeu 31 Mar 2011 - 20:40

trop fort quand même !!!!!! :cheers: :cheers: :cheers:
avatar
Berthon37


Revenir en haut Aller en bas

Re: «J’assume ce que je suis»

Message par Asulf le Ven 1 Avr 2011 - 10:15

il est excellent
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum