Sauver la cloche Antoinette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sauver la cloche Antoinette

Message par Virginie le Jeu 10 Mar 2011 - 9:53

Sauver la cloche Antoinette



Ding, ding, dong... Les habitants d’Aunay-sur-Odon (Calvados) se mobilisent pour sauver la cloche de leur église. Insolite...

"Antoinette est fêlée". Le président de l’association des randonneurs du pré-Bocage ne parle pas de sa voisine mais d’une... cloche ! Et pas n’importe quel bourdon. Il était une fois l’histoire d’un carillonnage plutôt insolite. En plein coeur du bocage, à mi-chemin entre Vire et Caen, la commune d’Aunay-sur-Odon se mobilise pour sauver sa cloche blessée, la belle Antoinette. Nom de baptême donné à cette jolie pièce de plus d’une tonne.

Signe de Dieu...

La cloche vieille de 112 printemps doit être en principe refondue et une nouvelle l’a déjà remplacée. Sauf que les habitants se refusent à mettre Antoinette au rebus, définitivement. Pour lui épargner la vie et la conserver à Aunay, comme témoignage du temps passé, il en coûte près de 10 000 euros. C’est le montant fixé pour la racheter au fondeur de Villedieu, en déduction de la nouvelle cloche, réplique fidèle d’Antoinette et bénie au début de l’année.

Alors, quelques habitants se mobilisent et font la quête : à votre bon coeur pour sauver l’ancienne cloche d’Aunay ! Le curé, le père Claude Hardy, y voit un joli signe de Dieu. Un petit miracle ? “Qu’une communauté tout entière soit si attentive à son patrimoine, c’est plutôt rassurant, non ?, dit le prêtre. Je ne peux voir cela que de manière bienveillante”.

Et dans la bouche du jeune curé d’Aunay installé ici depuis cinq ans, la religion n’a que peu à voir avec cette histoire de cloche. “C’est un patrimoine d’abord communal. Une cloche, lorsqu’elle carillonne, appelle autant les croyants que non croyants. Elle n’appartient pas à une seule communauté, elle est de l’histoire commune de tous.” Voilà bien pourquoi Aunay d’une certaine façon, se mobilise pour sauver le seul bien qui lui reste des bombardements de 44. “La ville a été entièrement rasée pendant la bataille de Normandie”, rappelle un de ses habitants. “Il ne reste rien du temps d’avant, sauf précisément Antoinette, qui fut sauvée des bombardements avec deux autres carillons”. Liliane, une habitante d’Aunay se souvient avoir entendu son père dire qu’à son retour de captivité, le carillon de la belle Antoinette l’avait guidé pour retrouver son chemin au milieu des ruines !

Les plus anciens se souviennent aussi qu’au lendemain de la guerre, il fallut la démonter du clocher ébranlé, promis à la démolition. Le père Hardy s’amuse de l’anecdote : “C’est un anticlérical convaincu, l’ancien charpentier du pays, qui avait voulu à tout prix sauvegarder à l’époque Antoinette”. Quand la nouvelle église fut reconstruite, Antoinette reprit sa place dans le clocher jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus de sonner, il y a quelques mois maintenant, après 112 ans à rythmer la vie du pays, annoncer les bonnes et les mauvaises nouvelles....

La petite fille du charpentier milite aujourd’hui dans l’association qui a pris fait et cause pour la cloche fêlée. Le petit groupe fait du porte à porte auprès des habitants d’Aunay. Et le défi est en passe d’être gagné. En à peine trois mois, plus des trois quarts de la somme nécessaire ont été récoltés. Des chèques de quelques euros à plusieurs centaines, selon les donateurs généreux. Antoinette va pouvoir rester au pays. La victoire a sonné !

Alain Fergent
Pratique. La cloche Antoinette est actuellement exposée à l’intérieur de l’église d’Aunay. Les dons sont toujours les bienvenus. A adresser à la mairie d’Aunay.



:arrow: La Manche Libre
09/03/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum