La Normandie trône au salon de l'agriculture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Normandie trône au salon de l'agriculture

Message par Steinn le Mer 23 Fév 2011 - 8:26

.


Pendant dix jours, l'excellence de l'élevage normand est en force au salon de l'Agriculture qui ferme ses portes dimanche 27 février. Notre reportage photo.

La Normandie est la reine du Salon. Veaux, vaches, cochons, moutons sont les rois de cette semaine hors-normes qui se déroulent, cerise sur le gâteau, alors que les petits Parisiens sont tous en vacances. Ils s'en donnent donc tous à coeur joie pour venir toucher du doigt, caresser ou seulement approcher, ces animaux qu'ils n'ont pas vraiment l'habitude de rencontrer dans les rues de la capitale.
Lundi 21 février, une délégation d'élus de la Manche, presque tous vétérinaires, avait fait le déplacement pour venir à la rencontre des professionnels de la filière agricole. Sans doute une excellente opération de communication à un mois seulement des élections cantonales, ce fut aussi l'occasion pour certains de se plonger avec délice dans ce qui fait le terreau de notre territoire.
Visite en images

:arrow: La Manche libre.fr

.
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Normandie trône au salon de l'agriculture

Message par Virginie le Mer 23 Fév 2011 - 20:51

La Normandie inaugure son espace régional au salon de l'Agriculture

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y avait foule hier dans les allées du salon de l’agriculture. Même s’il conviendra d’attendre le dernier jour du salon pour comptabiliser le nombre de visiteurs, le cru 2011 devrait remplir toutes les attentes des professionnels venus eux aussi en nombre. Si la partie du salon la plus visitée est sans conteste le pavillon n°1 où sont regroupés une partie des animaux de la ferme (c’est là que vous pourrez aller à la rencontre des impressionnantes vaches charolaises, des normandes ou encore du porc de Bayeux, particulièrement bien mis en valeur cette année), le pavillon n°7 arrive juste derrière en terme de fréquentation. Sur deux niveaux, c’est là que vous pourrez aller à la découverte des régions de France. C’est également là que vous pourrez (re)découvrir la Normandie…

Les chiffres ont de quoi donner le vertige : 650 000 visiteurs en 2010 (dont 93 000 professionnels et 6 500 internationaux), plus de 1 000 exposants originaires de 22 pays, 3 500 animaux présents. De son côté, la Normandie n’est pas en reste pour cette édition 2011 : 3 600 produits présentés, 2 000 dégustations, 1 000 postulants et au final 384 échantillons pour représenter Haute et Basse-Normandie au Concours Général et la présence de quelques 250 producteurs répartis sur l’ensemble de la semaine…

C’est une nouvelle fois unie que la Normandie assure sa promotion au salon. 500 m² situés en plein milieu du pavillon des régions, où dégustation et promotion des territoires sont les maîtres mots. Un pavillon de « prestige » animé par l’IRQUA (Institut Régional de la Qualité Agroalimentaire) . Présente pour la première fois sur le salon, la filière bio normande bénéficie d’un espace de représentation destiné à la fois à la valorisation des matières premières et des produits bio finis made in Normandie.

« L’effet salon est incontestable. Pour les producteurs et les institutionnels qui sont ici présents se joue tout un pan de leur communication annuelle », explique Daniel Genissel, président de la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie. C’est en effet grâce à l’action de la chambre d’agriculture, soutenue par ses partenaires, que la région peut bénéficier d’une telle visibilité. Un engagement qui a un coût : 276 000 euros ! « C’est un montant certes important mais qui est justifié par les retombées que génère le salon et dont bénéficient nos producteurs », assure Daniel Genissel. Des retombées qu’attendent aussi tous ceux qui vont participer au Concours Général. Pouvoir associer au fruit de son travail le précieux macaron (médaille d’or, d’argent ou de bronze), cela équivaut généralement à une croissance des ventes de l’ordre de 30 à 40 %.



Infos pratiques : Le salon de l’agriculture est ouvert tous les jours de 09h00 à 19h00 avec une nocturne organisée jusqu’à 23h00, le vendredi 25 février. Tarif plein : 12 € ; 6 € de 6 à 12 ans. Prix spécial nocturne 6 € à partir de 19h00.



:arrow: Drakkaronline
23/02/2011
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Normandie trône au salon de l'agriculture

Message par Virginie le Jeu 24 Fév 2011 - 10:46

Un pavillon normand pris d'assaut...


Pour les festivités à venir du 1 100e anniversaire de la Normandie, son excellence Peter Beyer, ambassadeur du Royaume de Norvège, a inauguré le stand de la Normandie et a bu du lait de jument de la société normande Chevalait... / Photo : Claude Stefan

Bien placé hall 7 du Salon de l'agriculture, le pavillon Normandie est apprécié. Les élus s'y montrent en ordre... dispersé.
Long manteau élégant, son excellence Peter Beyer, ambassadeur du Royaume de Norvège, prend plaisir à détailler les stands et les richesses de la mer et de la terre normandes. Il semble regarder avec un oeil interrogatif le jeu subtil des élus inaugurant le stand, qui tantôt se parlent, tantôt se tournent le dos. Président de la Basse-Normandie, Laurent Beauvais (PS) est à l'heure et à l'aise pour commencer la visite protocolaire sans attendre son homologue haut-normand, Alain Le Vern (PS), coincé dans les embouteillages.

Voilà qu'arrive le sénateur de la Manche, Jean Bizet (UMP), pour ainsi dire bras dessus, bras dessous en compagnie de Gérard Larcher, le président du Sénat originaire de l'Orne, qui fait son tour de Salon. Voilà que José Bové, le parlementaire européen d'Europe Écologie pointe ses moustaches et vient dire bonjour à son compagnon de luttes François Dufour, lui-même vice-président de la région Basse-Normandie, chargé de l'agriculture.

Les élections cantonales d'abord, et la présidentielle sont dans toutes les têtes. A Paris, le Salon de l'agriculture joue à fond son rôle de caisse de résonance de l'ambiance politique du moment. Daniel Génissel, au nom des chambres d'agriculture, fait passer quelques messages aux élus régionaux. Alain Le Vern parle de son plan nutrition santé. Il aboutira à faire servir dans les lycées, dès la rentrée prochaine, des millions de repas issus de l'agriculture biologique.

Laurent Beauvais appelle tout le monde Guillaume et Mathilde, en l'honneur des festivités du 1 100e anniversaire de la Normandie. Il laisse son vice-président François Dufour, au-delà de ces festivités, rappeler que l'agriculture normande joue une course de vitesse. « La nouvelle politique agricole européenne doit être une opportunité pour reconnaître la spécificité herbagère de la région normande. J'en appelle à la solidarité effective entre éleveurs et céréaliers. Il y a nécessité de reconnaître l'utilité des petites fermes, si l'on ne veut pas que l'agriculture industrielle transforme tous les travailleurs de la terre, pour finir en esclaves. »

François LEMARCHAND Ouest-France
:arrow: Alençon.maville.com
Mercredi 23 février 2011
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

récompense salon de l'agriculture

Message par Asulf le Sam 26 Fév 2011 - 18:09

Avec 26 médailles engrangées lors de cette édition 2010 du salon de l’Agriculture, le département de l’Eure a de quoi s’enorgueillir. La qualité de ses exploitations et de ses entreprises vient en effet de décrocher les plus hautes distinctions en la matière, soit rien de moins que 9 médailles d’or et 2 de bronze pour la catégorie « élevage » et 4 médailles d’or, 6 d’argent et 5 de bronze pour la catégorie « produits fermiers ». Parmi ces lauréats, coup de projecteur sur la Ferme des Peupliers. L’entreprise est rentrée chez elle avec deux médailles, l’une en argent, l’autre en or…
L’émotion est plus que palpable. Propriétaire de l’entreprise, François Chedru a fait le déplacement jusqu’à la Porte de Versailles pour chercher sa récompense. Christelle Lefèvre, la directrice, est quant à elle restée à Flipou. C’est dans cette petite commune de l’Eure, non loin de la vallée de l’Andelle, qu’est installée cette entreprise familiale qui, depuis maintenant près de 50 ans, a fait du yaourt sa passion. Un terme qui résume assez bien la philosophie de François Chédru qui a plus facilement tendance à parler de sa production comme d’un dessert que d’un simple produit laitier.


François Chedru
« Je me suis lancé dans cette affaire en 2007, à une période où l’exploitation atteignait une taille critique », explique le propriétaire de la Ferme des Peupliers. Après d’importants investissements sur la partie exploitation laitière, « destinés à garantir un produit de qualité », l’entreprise développe de nouveaux produits. De nouvelles saveurs qui viennent compléter une gamme classique dont la simple évocation aboutit immanquablement au même effet que la madeleine de Proust.

« Ces deux récompenses sonnent pour nous comme une consécration. Une médaille d’or pour notre yaourt aux agrumes et une médaille d’argent pour un lait gélifié au café, cela revient à dire que nous sommes dans la continuité de qualité qui a toujours été associée à la Ferme des Peupliers du temps des anciens propriétaires et qui se poursuit aujourd’hui avec notre équipe. C’est vraiment un message très fort, à la fois pour les clients et pour nos salariés », exulte François Chédru, dont l’objectif est de pouvoir un jour transmettre aux siens une entreprise jouissant d’une excellente renommée. Un bol d’air après une année difficile particulièrement propice au découragement et à l’angoisse, du fait d’une année 2009 marquée par l’effondrement des prix du secteur laitier.

Bien qu’un peu confidentielle, la marque Ferme des Peupliers est présente sur l’ensemble du territoire, mais également à l’export. « Nous commercialisons nos produits aussi bien localement (30 %) que sur Paris et les grandes régions (40 %) ainsi qu’à l’export (30 % en 2008) ». Une part à l’export qui cette année devrait chuter, essentiellement en raison de la baisse des cours de la livre… Véritable PME, l’entreprise se compose d’une exploitation laitière et d’un espace de transformation du lait pour la préparation des yaourts, soit une vingtaine de salariés. Chaque année 700 000 litres de lait permettent à l’entreprise de produire près de 6 millions de yaourts.

Aujourd’hui, l’entreprise compte bien profiter de ces deux récompenses pour communiquer et mieux faire connaître cette marque et sa gamme complète aux 25 parfums, mais aussi pour réorganiser son circuit de distribution. « C’est le nouveau chantier que nous nous sommes fixés. Sur le Salon de l’agriculture, nous avons procédé à plus de 1 000 dégustations en une journée. Les gens voulaient savoir où ils pouvaient se procurer nos produits et nous n’étions pas forcément en mesure de leur répondre »
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum