Parlez-vous le « viking » sans le savoir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parlez-vous le « viking » sans le savoir ?

Message par Steinn le Dim 13 Fév 2011 - 9:39


Dans le nord du Cotentin, en particulier dans La Hague, de nombreux noms de lieux ont des origines vikings.
C'est le cas du Nez de Jobourg (photo), dont l'appellation vient du mot scandinave nes (le cap).
Archives Ouest-France ¯ Jean-Yves Desfoux


150 mots. C'est ce qui reste dans notre langue de l'ancien scandinave que parlaient les Vikings. Leur influence est plus marquée dans le nom des lieux et le vocabulaire technique des navires.


Entretien

Elisabeth Ridel, docteur en sciences du langage et ingénieure au CNRS, au Centre de recherche d'histoire quantitative (CRHQ) à l'université de Caen.

Comment êtes-vous venue à étudier l'ancien scandinave que parlaient les Vikings ?

Par la mer. Étudiante en Lettres modernes, je participais à un séminaire sur les traces des Vikings sur le littoral avec mon professeur d'histoire René Lepelley. Ça a été une révélation. L'année d'après, je partais en séjour Erasmus en Écosse, à l'université de Saint Andrews. Là, je tombe sur un travail sur les Vikings du nord de l'Écosse installés dans le Cotentin. J'ai commencé une étude comparative de la toponymie scandinave dans le Cotentin et dans l'archipel d'Écosse. J'ai fait mon mémoire de DEA sur La Hague et soutenu ma thèse « Les Vikings et les mots en Europe ».

Parle-t-on le « viking » sans le savoir ? Combien de mots d'origine viking dans notre langue ?

Pas tant que cela : 150 tout au plus. Ce qui montre qu'il y a vraiment eu une acculturation des Vikings dans le royaume franc. Ils ont abandonné leur langue au Xe siècle. Et encore ! Parmi ces 150 mots, plus de la moitié est un vocabulaire technique maritime : quille, hauban, carlingue (le pied de mât), étrave, hune, bouline, flotte... Varech a deux sens. Warec ou werec c'est l'épave de bateau mais aussi le rejet de la vague, qui se transforme au fil du temps en rejet des algues par la mer : le varech d'aujourd'hui. Le raz (courant de marée) ou la mare (petit étang) sont aussi d'origine scandinave. Le chien de mer, que l'on trouve sur les étals des poissonniers, se nomme aussi hâ, petit requin en scandinave.

L'influence viking est plus visible dans la toponymie des villes et lieux.

Principalement les noms qui se terminent par ville, nombreux en Normandie surtout en Haute-Normandie. Ville vient du latin villa : le domaine rural. Les Vikings ont souvent renommé des lieux qui tiraient leur nom d'une paroisse. Omonville-la-Petite, dans La Hague, vient d'Osmund ou Osmundus, un chef viking. Mais aujourd'hui encore des habitants continuent de parler de Saint-Martin (du nom du patron de la paroisse), pour citer Omonville. Gonulfr a donné Gonneville ; on retrouve là le nom d'un Viking associé à ville.

Il y a surtout les noms se terminant par fleur, comme Honfleur ou Barfleur.

Fleur est la traduction de marée montante. Ce qui correspond bien à Honfleur et Barfleur ou Harfleur. Les noms en Bec viennent de bekk, ruisseau en danois. Bricquebec est « le ruisseau dans la colline ». Le substantif tôt (Yvetot, Putot...), de topt : parcelle bâtie ou à bâtir. Quettehou est formé avec le substantif scandinave holmr : l'îlot entouré d'eau. Le substantif « tuit » est issu de thveit : défrichement. Quant au Nez de Jobourg, il vient du mot scandinave « nes » (le cap).

Propos recueillis parXavier ORIOT.

:arrow: Ouest-france.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum