le Clos Lupin - Etretat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le Clos Lupin - Etretat

Message par Virginie le Dim 6 Fév 2011 - 13:55

Paris Normandie
6/02/2011
:arrow: http://www.paris-normandie.fr/article/societe/etretat-recupere-le-tresor-darsene-lupin

Etretat récupère le trésor d'Arsène Lupin

PATRIMOINE. La Ville d'Etretat va acquérir le Clos Lupin, la maison où Maurice Leblanc a écrit quelques-unes des aventures du gentleman-cambrioleur.


Depuis 1998, la maison de villégiature de Maurice Leblanc à Etretat est un musée à la gloire d'Arsène Lupin

«Il y a encore des visiteurs qui parlent de l'Aiguille creuse comme si la légende était plus vraie que la réalité », explique avec malice Frank Cottard, le maire d'Etretat. Cette aventure, la plus célèbre d'Arsène Lupin où le gentleman-cambrioleur découvre le trésor des rois de France à l'intérieur de l'aiguille qui affronte la falaise d'aval, a été écrite par Maurice Leblanc dans sa villa située au cœur de la cité balnéaire. Aujourd'hui, cette maison de maître qui mêle le style cauchois et l'anglo-normand est un petit musée interactif à la gloire du bel Arsène et de son créateur. C'est Florence Boespflug-Leblanc, petite-fille de Maurice Leblanc et héritière de son œuvre, qui a racheté cette maison en 1998 afin d'y créer ce Clos Lupin géré par elle par le biais d'une société de droit privé. Selon les années, le lieu accueille entre 22 000 et 27 000 visiteurs.

Recentrer sa communication

Mais alors que la municipalité d'Etretat lorgne sur La Guillette, une villa ayant appartenu à Guy de Maupassant pour en faire une maison d'écrivain, Florence Boespflug-Leblanc contacte la mairie, désireuse de vendre le Clos Lupin. « Le projet Maupassant étant dans l'impasse, nous avons étudié la proposition de Madame Boespflug-Leblanc », raconte Frank Cottard. Le maire, nouvellement élu en 2008, souhaite justement recentrer la communication touristique d'Etretat autour des nombreux créateurs qui y ont séjourné (Leblanc, Maupassant, Offenbach, Monet, Corot…). « On ne peut plus se contenter de notre site naturel et de nos activités balnéaires. Aujourd'hui, nous avons besoin de trouver de nouveaux vecteurs de communication. Dans ce cadre, Lupin, personnage populaire et sympathique, est tout indiqué… » Le maire prend son bâton de pèlerin pour convaincre d'autres partenaires institutionnels pour acquérir le Clos Lupin. Très vite, la Région Haute-Normandie se montre enthousiaste ; le Département de Seine-Maritime, après mûre réflexion, accepte de mettre au pot. La propriété, mais aussi son mobilier et des objets ayant appartenu à Maurice Leblanc, est estimée entre 600 000 et 700 000 €. Le prix d'achat devrait donc se situer dans cette fourchette, réparti à 45 % chacun à la Région et au Département, les 10 % restants à la charge de la commune d'Etretat.

Dans le domaine public en... 2011

« Mais c'est la ville d'Etretat qui en devient propriétaire », précise Frank Cottard. Pour en faire quoi ? Le Clos Lupin restera avant tout un lieu dédié à la mémoire de Maurice Leblanc et de son célèbre personnage. « Mais le jardin pourra servir pour des expositions, des concerts ou autres animations pendant la saison estivale. » Reste encore de nombreux points juridiques à régler, notamment le cahier des charges de la future délégation de service public, moyen choisi pour gérer le Clos Lupin, mais aussi étudier la manière d'exploiter l'œuvre de Leblanc qui, coïncidence ou pas, tombe dans le domaine public en 2011. « Les services du Département et de la Région vont nous apporter leurs connaissances. » Car, avec un tel filou comme Arsène Lupin, il vaut mieux toujours se garantir de toute faille

Florence Boespflug-Leblanc satisfaite

Satisfaite. Florence Boespflug-Leblanc, jointe par téléphone confirme sa satisfaction sur la volonté des collectivités locales de perpétuer l'œuvre de son grand-père et de son personnage emblêmatique. « C'est pour moi l'essentiel. J'ai créé le Clos Lupin pour cette raison. Je suis confiant dans la volonté du maire d'Etretat de mettre en valeur ce patrimoine de la littérature qui participe de l'image de la commune. »
Continuité. Mme Boespflug-Leblanc, par le biais de sa société Le Clos Lupin Promotion et de ses trois salariés, assure l'activité de cette saison estivale. La Ville prendra le relais à partir de l'année 2012.
Visite cantonale. Dans le cadre d'une visite électorale dans le canton de Criquetot-L'Esneval, Didier Marie, président du Département et Alain Le Vern, président de la Région, seront présents au Clos Lupin, mardi matin pour présenter cette acquisition du musée.

Visites : Ouvert tous les week-ends de 11 h à 16 h 45 et tous les jours pendant les vacances scolaires de février (zone A, B et C) aux mêmes horaires. Du 1er avril au 30 septembre : tous les jours de 10 h à 17 h 45. Tarif adulte : 6,75 €. Tarif enfant (6/16 ans) : 4,25 €. Le Clos Lupin, 15, rue Guy-de-Maupassant à Etretat. Informations, réservations au 02.35.10.59.53.
Philippe Lenoir
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: le Clos Lupin - Etretat

Message par Virginie le Dim 6 Fév 2011 - 13:58

Paris Normandie
Publié le dimanche 06 février 2011
:arrow: http://www.paris-normandie.fr/article/societe/un-personnage-vraiment-normand

Un personnage vraiment normand

Maurice Leblanc qui a grandi à Rouen avant de monter à Paris pour ses études de droit, a fait évoluer son personnage de gentleman-cambrioleur entre la capitale et le pays de Caux. L'écrivain, adoubé par Guy de Maupassant, s'installe même à Etretat dans cette villa connue aujourd'hui sous le nom de Clos Lupin où il écrit plusieurs aventures du bel Arsène. Dont L'Aiguille creuse, celle que Leblanc préférait entre toutes, où l'écrivain imagina que le trésor des rois de France était dissimulé à l'intérieur de l'aiguille d'Etretat. D'autres romans se déroulent dans le pays de Caux ou dans la vallée de Seine comme la Barre-y-va, non donné au fameux mascaret de l'estuaire ou la fabuleuse aventure de La comtesse de Cagliostro où le jeune Lupin déchiffre le mystère des sept abbayes (Fécamp, Montivilliers, Gruchet-le-Valasse, Valmont, Saint-Wandrille, Jumièges et Saint-Georges-de-Boscherville). Dans toutes les aventures cauchoises d'Arsène Lupin, Maurice Leblanc fait preuve d'une grande précision dans la description des lieux. Du château de Tancarville à Varengeville en passant par Rouen, Caudebec-en-Caux ou Etretat, chaque étape des exploits du gentleman-cambrioleur sur le sol normand est inscrite dans la mémoire des lupinophiles du monde entier.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum