Renaissance du Norrois ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Invité le Mar 27 Sep 2011 - 16:46

A croire que ça ne sert à rien d'écrire, les gens ne lisent pas et se servent comme mauvais argument, des mêmes idées reçues éculées, créées par les historiens révisionnistes capétiens. La Normandie En 911 fut reçue en donation, donc n'était pas vassale du roi de France, et ne devait pas rendre hommage de vassalité. Un diplôme de 918 confirme cette assertion; lisez l'historien Philippe Maurice, auteur de Guillaume le Conquérant..., et arrêtez d'ânonner les mêmes billevesées par pitié...

Pour ce qui est du guernesiais de Georges Métivier, à l’époque de sa notation, il y avait longtemps que la langue normande n’existait plus qu’en l’état de traces, noyées dans la langue française des réfugiés de la révolution et de l’empire, laquelle langue déformée et moribonde fut ressuscitée et orthographiée par le francophile Métivier avec l’aide du philologue français Louis Lucien Bonaparte lui-même, venu aux îles en 1862 pour étudier les variétés insulaires de ce qu’il croyait être du normand. Le Dictionnaire Franco-Normand (1870) de Métivier, est le premier concernant le normand insulaire. Son orthographe (modifiée depuis) devient standard pour l'écriture guernesiaise, et a fortement influencée les travaux de Fernand Lechanteur (modifiés depuis, par soucis de simplification) dans la standardisation de l'orthographe du normand continental. C’est ce genre de franco-normand latinisé et/ou francisé, que l’on rencontre sur Wikipédia et Forum Babel, différents blogs et dans les revues patoisantes, avec la complaisance, sinon l’aval de l’état français ethnocide et de ses historiens révisionnistes.

Pour ce qui est du pseudo cauchois, popularisé par Mensire, Le Pôvremoyne etc., et qui fait l’objet de petits articles dans le Courrier Cauchois, voici ce qu’en dit Etude Normande N° 3 – 1982 p. 31 :

Qui sont les conteurs cauchois ?

Il n’existe pas vraiment d’archétype du conteur cauchois, les styles sont variés et les motivations divers. Presque tous ont néanmoins des points communs, une solide connaissance du français due le plus souvent à des études classiques et une profession en rapport direct avec l’écriture du public. Ils sont ou étaient journalistes, enseignants, employés de bureau.

La majorité d’entre eux n’est pas originaire du Pays de Caux. Ils sont le plus souvent, issus de familles bourgeoises dans lesquelles on ne parlait pas « patois ». Le parler local est donc pour eux un langage qu’ils ont acquis au contact de domestiques, de camarades d’école, ou en observant les habitants du lieu. Ce n’est pas leur moyen d’expression habituel etc.

… Un autre excès consiste à déformer de façon outrancière certains termes employés. Cette manière de procéder manque de pertinence, elle ne rend pas exactement la prononciation locale et risque de désorienter le lecteur.

Je rajoute : Un auteur actuel, qui se fait appeler Bruce, dit lui-même qu’il n’est même pas Normand et écrit en cauchois, depuis qu’il s’est aperçu qu’il comprenait le patois sans l’avoir appris (sic)… Preuve s’il en est, que ce langage là, n’est que du français déformé, un parler de bouseux, comme se le représentent les gens de la ville, c’est tout sauf du cauchois. Je suis cauchois né dans le Pays de Caux, j'ai appris par mes Grands-Parents le dialecte cauchois du XIXème siècle, et cela n'a rien à voir avec ce franco-patois normand ou cauchois qu'on nous présente faussement comme authentique. Tout autre assertion ne peut-être que mensongère, quand bien même cela viendrait d'un éditeur de revue patoisante moderne!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Lachouque le Mer 28 Sep 2011 - 12:06

En ce qui concerne le cauchois, je vous conseille d'aller faire un tour à l'université rurale cauchoise. Vous y entendrez du normand dans sa version cauchoise la plus pure (actuelle). Les locuteurs sont tous des cauchois, ou des dieppois, yportais etc. pur jus. plusieurs versions locales du normand en un lieu, sympa, 'pas?
La richesse de la langue normande ne s'arrête pas à Le Povremoyne bien heureusement.

Pour la donation de la province, elle n'empêche pas la vassalité et l'hommage rendu par les ducs de Normandie au roi de France. Con fere, la bataille de Val-es-dunes et l'appel du duc à son suzerain. Il est courant en droit féodal qu'un suzerain "donne" une possession. Ce qui implique l'entretien de ladite propriété, et les devoirs vis-à-vis du suzerain par les commensaux, et vice et versa.
La confiscation de 1204 le montre également dans tous les textes de l'époque. Le bris de l'anneau ducal en 1450 encore. Etc., etc. L'Université attend votre thèse avec impatience!

Ensuite, votre méthode est intéressante mais malheureusement il est difficile d'opposer un ouvrage d'un universitaire, qui plus est qui n'est pas spécialiste du sujet (la "bête du Gévaudan" et" famille, religion et pouvoir au Moyen-Age", ne sont pas la Duché de Guillaume II de Normandie), à toute la littérature, y compris celle de l'époque! Après cela peut très bien apporter un éclairage intéressant, voyons ce que l’université en dira ; mais que je sache cet ouvrage n'a pas suscité de controverse extraordinaire ou de révision des théories actuelles.

Remarquez, je viens de voir vos magnifiques quétoneries (oups un néologisme normand!) à propos de notre blason. Comment peut-on encore en sortir des comme celle-là?... Les deux chats nous ont été donnés comme blason de l'Université de Caen par les Anglais (Anglo-normands de la guerre de 100 ans ; pour couper court : il y avait itou des Franco-normands). Puis il a été érigé en blason de la province. Point. Les trois chats, c'est très beau en Angleterre, et pour certains copains un peu mytho à la suite de Louis Beuve. C'est du folklore de régionalistes (ceci écrit sans aucun mépris, ni moquerie).


P.S.: pourriez-vous être plaisant dans votre façon de vous exprimez? Un peu de galanterie et de courtoisie bien normandes seraient fort appréciées.
avatar
Lachouque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Invité le Ven 30 Sep 2011 - 18:12

« La culture, c'est ce qui reste quand on a tout oublié. » disait Édouard Herriot, mais beaucoup sont trop jeunes pour en avoir, ou trop vieux pour faire des efforts et savoir en juger...
Et de celle-ci, mieux vaux en rire qu’en pleurer, que mes postes sur le blason normand et la Normandie non vassale du roi de France, soient qualifié d’âneries (par néologisme, c.-à-d. par phénomène de création de nouveaux mots, comme les franco-patoisants modernes sont coutumier, par acculturation obligée, ayant oublié le vrai dialecte cauchois) ; et ceci par quelqu’un qui porte au pinacle des historiens qui ne sont rien d’autre que des copistes, reprenant sans esprit critique la propagande capétienne, alors que Philippe Maurice (et d’autres historiens…), a fait preuve de recherche lui, concernant le diplôme de 918 entre-autre (papier officiel, qu’il n’a pas inventé). Car le plus risible, ce sont les arguments bateau, avancés comme des vérités incontournables. Je cite : « Pour la donation de la province… », ce sont les Français qui emploient ce terme, car en fait la Normandie fut conquise ! Soyons logique, on ne peut pas donner ce qui ne nous appartient pas ou plus…, quant à l’appel du duc au roi de France, c’était un prêté pour un rendu, d’égal à égal, car les ducs normands ont plusieurs fois aidés le roi de France à se maintenir en place. Le reste sur la confiscation, propagande franco-parisienne, tant capétienne que jacobine, pour légitimer un pays centralisateur, ne vaux même pas qu’on s’y arrête…
Pour ce qui est de faire un tour à l’université rurale cauchoise…, non merci, car s’il s’y « parle » du patois cauchois, c’est un langage franco-patoisé acquis par introduction récente, de quelques pécores (du latin Pecora : « mouton ») qui se donnent de l’importance. Pour exemple, l’hébreu (langue religieuse), et l’israélien (mélange d’hébreu et de mots modernes issu de diverses langues)…, qui avant 1945 n’étaient pas des langues nationales, s’apprennent et se parlent de nos jours. Dans la Grèce de 1830 le katharevousa langue savant épurée artificiellement fut officiel et apprise à l’école, mais le peuple parlait démotique, reconnu officiel seulement en 1976. Le nombre de locuteurs Cauchois est statistiquement très variable: entre 0,3 % (Données INSEE/INED, 1999) et 19,1 % (in : La Langue vivante, Thierry Bulot, Universitaire Sociolinguiste, 2006, mais ce chiffre n’a rien d’officiel) des habitants de Seine-Maritime interrogés s'identifient comme parlant cauchois..., entre les deux dates, certains locuteurs ont-eut 6 ans pour apprendre le nouveau franco-patois du Pays de Caux, institutionnalisé dans la pseudo Université cauchoise…
Pour le blason normand, révisez votre histoire…, Henri I Beauclerc (fils cadet de Guillaume le Conquérant), dit Lion de Justice, portera un blason : de gueules aux deux léopards d'or.
Jean Sans-terre prit pour sien le blason de Mortain (qui à cette époque était à 2 lions-léopardés d’or sur fond rouge), pour être celui de l’Angleterre de son règne, Richard y adjoint le lion-léopardé de la ville de Rouen, retrouvant par ce faire, le blason d’origine créé pour Guillaume le Conquérant (rappelons que Rabelais aimait à dire que : le blason parle par seul peinture... et sa traduction légitime grandement ce que j’ai dis). Et si le blason d’origine de la Normandie avait 3 meubles, c'est parce que c'était le chiffre de la trinité sacrée óðinnique, plus que celui de la trinité chrétienne. Cool
L'Université de Caen, fut créée en 1432, par le Duc de Bedford, régent de Normandie, qui lui donna, non pas le blason des ducs-rois de Normandie, mais symboliquement celui d’Henri Beauclerc.
Le blason à 2 lions-léopardés est aussi une usurpation française de Septembre 1465 à Novembre 1469, du roi Louis XI faisant fi de la trinité óðinnique (en retirant un des meubles), & n'eut que 4 années éphémères d'existence.
La clef secrète du blason est phonétique, en françois: ancien français (langue internationale de l’époque). Sa règle, rappelée par François Rabelais est: "Qu’il faut deviser (parler) par seule peinture". Savez-vous traduire l'énoncé de ce blason, selon la symbolique du XIème siècle ?
Quant au Post-Scriptum : « pourriez-vous être plaisant dans votre façon de vous exprimez? Un peu de galanterie et de courtoisie bien normandes seraient fort appréciées ». ..; désolé, mais je n’ai pas été élevé pour faire des mièvreries, je suis entier et m’exprime à ma manière, et si inventer des néologismes blessant (quétoneries / âneries) est une forme de galanterie courtoise, bien normande selon vous (j’en doute), alors je m’abstiendrais de cette affectation, car je préfère garder mon intégrité. C’est peut-être pour cela que je fais mes propres recherches historiques, en me méfiant de l’histoire officiel française, arrangée pour la propagande royale.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Lachouque le Lun 3 Oct 2011 - 17:29

Cher mormon odiniste, je jette l'éponge... et vous laisse à la vraie recherche de la vraie histoire, avec la vraie langue normande, le vrai blason, et tout ce qui est est vrai d'après vous. Cela sera plus simple.

Thorvald Fitz-Arnaud, l'expérience de la revue Heimdal est intéressant dans ce domaine. Bien qu'ayant échouée. Je ne sais que vous conseiller, sinon de vous appuyer sur ce qu'ils avaient mis en place.
Voir avec les études scandinaves de l'Université de Caen, ou de celle de Paris peut également donner des idées.
avatar
Lachouque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Invité le Lun 3 Oct 2011 - 19:37

Enfin lucide..., mais pour Heimdal je connais depuis le début (j'ai même la collection en double exemplaires), et je suis allé à la Sorbonne, où j'ai eu comme profs, Régis Boyer et Ainars Johnsson.

Parlons du français, dont le spectre acoustique est restreint:

Le français, compte plus de 20 000 mots et termes gaulois (dit parfois et faussement pré-romans), quelques centaines de substrats pré-celtiques, 3 000 substantifs germano-francisque, pour seulement 2 000 racines et lexèmes gréco-latins (dont beaucoup ne datent que du XVème s., début de la latinisation forc[en]ée du français).
Selon certains linguistes, le Vannetais, serait une survivance celtique moderne de la langue gauloise employée en Armorique.

Regardez le Dictionnaire d’ancien français de Larousse (1947 de Grandsaignes d’Hauterive), et le Larousse ancien français (1980 de A. J. Greimas). Vous vous apercevrez que la majorité des exemples qui y sont donné, sont tirés d’auteurs Normands, quid de la langue des François et Franciliens ? Puisque les exemples sont normands !

Dans Parler & Tradition Populaire de Normandie (de 1971/1972 tome 4 p. 6), il est dit:

- « Si l'on veut un jour sauver les dialectes (ou ce qu'il en reste), de la disparition qui les menaces, c'est en rétablissant, artificiellement sans doute, mais il en va ainsi de toute langue de culture, pour chaque dialecte un idiome relativement homogène, tout au moins dans l'écriture, permettant ainsi une littérature accessible à une communauté suffisamment étendue. »

Le françois (ancien français) nous doit tout..., franciser notre langue (c'est la latiniser), ce n'est pas un retour aux sources, c'est une allégeance à une France franco-parisienne et ethnocide!

Parlons maintenant du normand, langue que je me targue de connaître, et qui possède un spectre acoustique plus étendu.

Lisez le Dictionnaire du patois normand d’Edélestand & A. Duméril (1849), et si vous retirez les doublons ou désinence et autres mots de même famille ayant une origine commune, vous-vous apercevrez que les exemples et origines linguistiques sont en majorité norrois, anglais, allemands, bretons et celtiques.

Ma grand-mère est née en 1890, mon grand-père en 1884, ce n'est donc pas du pseudo franco-patois dénaturé à la mode Courrier-Cauchois que j'ai appris, mais un dialecte du XIXème siècle. Mon grand-père parlait directement avec des gens originaires du Dorset dans les tranchées (on le surnommait l'Anglais, alors qu'il n'avait jamais appris cette langue), allez faire la même chose de nos jours, avec votre faux franco-patois normand..., ce parler paysan à la mode franco-parisienne, tel qu'on le retranscrit dans vos "prechi normaun...", ici, sur le Courrier-Cauchois, à Wikipédia, (faux Rome) Babel ou ailleurs..., avec des paysans britanniques (ils vous regarderons comme si vous étiez un extra-terrestre) !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Norrois

Message par Thorvald Àrnaldsòn le Ven 7 Oct 2011 - 17:01

lachouque , savez vous ou je pourrais me procuré ces revue Heimdal ?
avatar
Thorvald Àrnaldsòn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Lachouque le Ven 7 Oct 2011 - 20:27

Il faut essayer :
De contacter les éditions Heimdal de Bayeux directement et voir si ils n'ont pas une collection plus ou moins complète à vendre.
Ou bien essayer chez des bouquinistes, voir avec la librairie L'Echo des Vagues à Rouen si le patron n'a pas une idée où se procurer la collection, ou du moins les numéros qui en causent.
Ou bien encore, prendre RV avec l'O.D.I.N. (branche culturelle du Mouvement normand) ; mais là ce ne sera que pour une consultation sur place à la documentation (et les photocopies éventuelles). En passant par mon intermédiaire cela ira rapidement.

Voilà, comme cela je n'ai pas d'autres idées...



avatar
Lachouque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Invité le Sam 8 Oct 2011 - 10:45

@Thorvald Àrnaldsòn a écrit:lachouque , savez vous ou je pourrais me procuré ces revue Heimdal ?

Allez voir sur Priceminister, il y a une petite série de Collector 1977 : N° 23, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 36, 38, 46, (pour 100€...)

La revue est recherchée!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Renaissance du Norrois ?

Message par Halfsven le Dim 13 Oct 2013 - 8:25

j'ai beau faire des recherches sur google, je ne trouve pas ton : "Etudes Normandes n° 3 - 1982 sous-titré Linguistique et société... du Cauchois au Normand"
Tu n'as pas bien cherché, grace à Google j'ai trouvé un exemplaire sur priceminister.

avatar
Halfsven


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum