Les centrales nucléaires de Normandie

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Ven 24 Juin 2011 - 10:30

Bouygues serait mis en cause sur la sécurité à Flamanville

PARIS (Reuters) - Bouygues et plusieurs filiales et sous-traitants du groupe sont soupçonnés d'avoir dissimulé des accidents du travail sur le chantier du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche), rapporte vendredi L'Humanité, qui publie des extraits d'un rapport de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Bouygues est responsable du génie civil de ce chantier, qui emploie plus de 3.000 personnes et dont EDF est maître d'ouvrage.

Le rapport de l'ASN cité par L'Humanité constate 42 infractions à la réglementation du travail et de la sécurité, passibles d'amendes, et un "délit d'obstacle aux missions de l'inspecteur du travail" passible d'un an d'emprisonnement et de 3.750 euros d'amende.

Il explique que, pour l'année 2010, sur 112 accidents recensés sur le chantier, 38 n'ont pas fait l'objet d'une déclaration ou d'une inscription au registre des accidents du travail.

Il constate que le directeur de projet de Bouygues interrogé sur ces faits "semble reporter toute la responsabilité des défauts de déclaration sur le corps infirmier qui n'aurait pas correctement rempli sa mission".

Mais l'ASN ajoute que ce responsable "reconnaît explicitement que la direction de la société Bouygues sur le chantier a été informée de façon globale de la dissimulation des accidents du travail dès août 2010".

Plusieurs syndicats d'EDF ont accusé l'entreprise de faire pression sur des salariés pour que des accidents du travail ne soient pas déclarés, ajoute le quotidien.

Aucun commentaire sur ces informations n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès du groupe Bouygues.

Le chantier de Flamanville, le premier d'un EPR en France, a déjà pris deux ans de retard sur le calendrier initial et EDF a démenti l'an dernier des informations selon lesquelles il envisageait un retard supplémentaire de 18 à 24 mois.

Marc Angrand et Gilles Guillaume, édité par Patrick Vignal

(c) Copyright Thomson Reuters 2011

:arrow: Paris Normandie
Publié le vendredi 24 juin 2011
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Jeu 30 Juin 2011 - 8:09

trouvé sur blog.surf-prevention.com


Paluel, une centrale nucléaire près de ton spot normand


Centrale nucléaire de Paluel, Normandie. A 10Km à l’Est, le spot de Veules-les-Roses, à 35 Km à l’Ouest celui de Yport, ou la plus longue gauche de Normandie. A 1 Km au large, l’eau de mer préalablement pompée pour le circuit de refroidissement de la centrale y est rejetée.

Une centrale dépendante de l’eau de mer
Pour cette centrale, il a fallu déplacer près de 10 millions de m3 de terre et utiliser 1 million de m3 de béton. Si Paluel a été retenu dans les années soixante-dix pour accueillir la centrale, c’est bien parce que le site borde la mer. La présence d’eau froide à proximité des centrales est indispensable pour refroidir le combustible. La centrale dispose de 4 réacteurs produisant à eux seuls 33 milliard de kWh, soit 8% de l’électricité nationale. Afin de produire cette précieuse, l’uranium 235 prend le rôle de combustible. Grâce à la chaleur libérée de la fission de l’uranium, l’eau est chauffée à 300°C. Elle circule dans un circuit étanche dit « primaire » et alimente des générateurs de vapeur. Au contact des tubes des générateurs, l’eau d’un deuxième circuit, dit secondaire, se vaporise faisant tourner une turbine permettant de produire de l’électricité. Cette vapeur atteint ensuite le circuit de refroidissement où sa température est abaissée grâce à l’eau de mer, pompée à proximité de la centrale. Une fois l’opération terminée, l’eau de mer est rejetée à 1km de la côte via des galeries sous-marines creusées à une soixantaine de mètres en dessous de la mer.

Fuites furtives de radioactivité
Afin d’isoler les produits radioactifs de l’environnement et préserver la santé des travailleurs, trois barrières physiques existent. La première, c’est la gaine entourant le combustible, réalisée avec un alliage à haute résistance. La seconde, c’est la cuve en acier du réacteur enfermant les assemblages combustibles et la dernière, c’est l’enceinte de confinement du bâtiment réacteur, comportant une double paroi en béton. Avec tout ça, on pouvait dormir tranquille. Jusqu’à ce que la CGT ne révèle que la centrale était victime depuis plusieurs mois de fuites chroniques d’iode radioactif. Depuis cet hiver, une tranche de la centrale aurait besoin d’être arrêtée et réparée pour enrayer les fuites. Selon les employés, la gaine du combustible serait endommagée et l’eau du circuit primaire contaminée. Pour des raisons financières cette opération est programmée pour l’automne prochain, soit un an après le début de la fuite. Selon EDF « il n’y a pas de fuite, il y a une légère inétanchéité sur l’un des ensembles combustibles du réacteur n°3 de la centrale de Paluel.» En attendant, des salariés ont dû s’exposer à de fortes doses de radioactivités pour décrire l’origine et l’ampleur de cette « inétanchéité ».

Paluel : des dégâts sur la faune, une aubaine pour les bactéries
A priori, il resterait deux barrières physiques isolant les matières radioactives de l’environnement. Les fuites accidentelles ne seraient dangereuses uniquement pour les employés de la centrale. Cependant d’une manière générale, l’IFREMER a constaté des baisses de productivité phytoplanctoniques et une augmentation de la mortalité chez les espèces de zooplancton et les œufs ou larves de poisson. Ceci est observé directement près du rejet de l’eau de mer, en raison du chlore utilisé pour nettoyer les canalisations et de l’élévation de température du milieu. A près de 30°C à la sortie du rejet, l’eau rejetée favorise la prolifération de bactéries du genre Vibrio, responsables du choléra, de gastro-entérites, d’infections de la peau et des tissus mous, de septicémies et de diverses infections comme les otites, suivant les espèces. En général, ces infections surviennent par un contact direct avec l’eau de mer ou la consommation de produits de la mer. Mieux vaut donc éviter de se mettre à l’eau à côté du rejet ! D’autre part, les centrales rejètent constamment en mer des éléments radioactifs comme du tritium, du carbone 14 ou de l’iode. Toujours, selon EDF, à des doses des milliers de fois inférieures aux seuils autorisés. Autrement dit, ils y a sûrement de meilleurs spots plus loin pour se caler une session…

:arrow: Surf Prévention.com
29/06/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Steinn le Sam 30 Juil 2011 - 11:52

.

Pourquoi faut-il défigurer la région ?


Nouveau retard annoncé pour l’EPR, la facture s’alourdit. L’enfouissement était, paraît-il, trop cher et trop long.

Le calendrier de l'EPR à Flamanville, prévoyait son achèvement... en 2012. Inséparable de ce projet, la construction de la ligne à très haute tension de 400 000 volts 'Cotentin-Maine”, destinée à transporter l'électricité produite par l'EPR vers la Bretagne, avait donc été prévue pour être opérationnelle l'année prochaine. Etre dans les temps était une des raisons avancées par le maître d'ouvrage RTE, filiale de EDF, pour refuser d'enfouir la ligne. Mais depuis, les deux calendriers n'ont cessé de s'écarter, au point que quatre années les séparent désormais. EDF a en effet annoncé mercredi 20 juillet que le chantier de Flamanville ne devrait s'achever qu'en 2016. Un retard considérable dû à une série de carences.

“330 pylônes prévus sur 163 kilomètres”
Le pire, c’est que ce retard pourrait encore s’amplifier si l’inspection approfondie du chantier demandée par le gouvernement après Fukushima révèle d’autres problèmes. L’Autorité de sûreté nucléaire avait d’ailleurs sérieusement envisagé la possibilité d’un moratoire pour l’EPR. Financièrement, cette situation a des conséquences très lourdes puisque la facture de l’EPR, estimée à 3,3 milliards d’euros à l’origine, est passée aujourd’hui à 6 milliards. En dépit de tout, RTE, poursuit imperturbablement son chemin. Après la construction de deux postes électriques à chacune des extrémités de la ligne, le premier des 330 pylônes prévus devrait être installé en septembre prochain. A ce rythme, les 163 kilomètres de cette ligne entièrement aérienne seront terminés avant la fin de l’an prochain.

Quel énorme gâchis !
Les paysages de la Manche, de l’Ille-et-Vilaine et de la Mayenne seront donc balafrés dès cette date pour rien, tandis que les riverains de la ligne auront - au moins - quatre ans de répit avant d’être exposés aux nuisances diverses, sur la santé en particulier, que leur réserve la THT… Cette affaire aboutit à un gâchis désolant et absurde. Car la raison essentielle avancée par RTE pour refuser d’envisager l’enfouisse-ment, même partiel, de la ligne THT, est son coût, supérieur à celui de l’aérien, et le temps nécessaire à sa mise en œuvre. Pour éviter toute contestation de grande ampleur contre la réalisation de l’ouvrage, RTE a distribué aux communautés de communes et aux communes riveraines de la ligne 20 millions d’euros au titre du FAP (Fonds d’accompagnement de projet). Quant aux agriculteurs qui verront la ligne traverser leurs exploitations, ils bénéficieront eux aussi d’une indemnisation impor-tante. Enfin, la filiale d’EDF ignore ostensiblement la délibération d’avril 2009 du conseil général de la Manche lui enjoignant, avant d’engager les travaux, de procéder à une enquête épidémiologique auprès des riverains de la ligne portant sur les effets de la THT sur leur santé. Il faut dire que depuis, les responsables du Département font preuve d’une indifférence consternante par rapport à ce très important dossier. Si cette attitude de RTE est déplorable du point de vue sanitaire, elle l’est aussi au plan économique. L’enfouissement de la THT permettrait ainsi aux industriels français, en pointe en ce domaine, de disposer d’une vitrine commerciale exceptionnelle et à notre région de ne pas subir un réel préjudice durable.

Fabrice Constensoux

:arrow: La Manche Libre
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par BigJambo le Lun 1 Aoû 2011 - 10:35

Peut-être serait-il temps que les citoyens demandent des comptes à leurs élus ? :vieux:

Nous ne pouvons plus nous contenter d'aller aux urnes pour aller voter. Il est grand temps que lorsqu'un élu ne fait pas ce pour quoi il a été élu rende des comptes jusqu'à sa démission, s'il le faut. Les élus (c'est leur nom) sont là pour représenter ceux qui les ont élus. Rire

Remettons la Démocratie là d'où elle n'aurait jamais du sortir : sur le droit chemin ! :cheers:

:idea: Dès qu'un élu se déplace, apostrophons-le sur le ou les sujets qui nous tiennent à cœur et demandons lui des comptes. Encore, mieux s'il se déplace avec la presse. N'oublions pas que c'est au peuple qu'appartient le pays et plus encore quand il s'agit de la région, le département, le commune.

Vive la France, vive la Normandie Libre ! lol!

avatar
BigJambo


Revenir en haut Aller en bas

EPR de Flamanville

Message par Carente50 le Mar 2 Aoû 2011 - 11:46

Je cois bien qu'il ne fonctionnera jamais car il y a trop de défaut dans la structure de béton d'après un ami qui y travaille (merci monsieur Bouygue copain de qui vous savez)
avatar
Carente50


Revenir en haut Aller en bas

EPR de Flamanville : "écarts" et "faiblesses" constatés par l'ASN

Message par Erik le Lun 29 Aoû 2011 - 12:51

EPR de Flamanville : "écarts" et "faiblesses" constatés par l'ASN

Des "écarts" et "faiblesses". Voilà ce qu'a constaté, lors d'une inspection du site de construction du réacteur EPR de Flamanville, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui a demandé à EDF de "faire des efforts importants pour démontrer la qualité de la construction".

Dans son édition du mercredi 24 août, Le Canard Enchaîné fait état d'une "inspection explosive". A l'issue de "l'inspection de revue", permettant un examen approfondi, effectuée entre le 1er mars et le 13 mai, Jean-Luc Lachaume, le directeur général adjoint de l'ASN, fait état de "treize constats d'écart", dans une lettre adressée à la direction d'EDF.

APPORTER DES GARANTIES DE LA QUALITÉ DES MATÉRIELS

Les "principales faiblesses relevées par les inspecteurs" portent sur des filtres de la piscine de réserve d'alimentation en eau borée en cas de situation accidentelle, sur des limitateurs de débit du système d'alimentation des générateurs de vapeur et sur des accumulateurs du système d'injection de sécurité en cas de perte du système de refroidissement.

Sur ces systèmes, "l'ASN a demandé à EDF qu'aucune action irréversible ne soit engagée avant que la qualité de la fabrication de ces matériels n'ait été démontrée, assure Thomas Houdré, directeur des centrales nucléaires au sein de l'ASN. EDF ne peut pas monter ces systèmes-là sur le chantier de Flamanville avant d'avoir apporté l'ensemble des garanties que la qualité était assurée."

"ÉCHANGES RÉGULIERS ENTRE L'ASN ET EDF"

Sans avoir jusqu'à présent répondu complètement à la "lettre de suite" de l'ASN, EDF, maître d'ouvrage, a déjà "apporté des réponses partielles" notamment en "démontrant la qualité" de la réalisation des accumulateurs du système d'injection de sécurité, a précisé M. Houdré.

EDF a évoqué des échanges "réguliers" avec l'ASN et indiqué qu'il avait en partie répondu à l'autorité le mois dernier "sur certains points clés" de la lettre et s'apprêtait à compléter sa réponse d'"ici la fin de semaine". "L'EPR est un chantier particulièrement contrôlé par l'ASN", a déclaré une porte-parole du premier producteur d'électricité mondial.

Annoncé en juillet, le retard de deux ans supplémentaires pour la mise en service de l'EPR de Flamanville – désormais prévue pour 2016 – est dû à la conjonction des audits décidés après la catastrophe de Fukushima, de deux accidents mortels sur le chantier et du mauvais temps qui a ralenti la construction cet hiver, a expliqué cette porte-parole. La lettre de l'ASN n'a joué aucun rôle dans ces retards, a-t-elle insisté. Le mois dernier, EDF avait revu en nette hausse la facture de son premier EPR, dont il estime désormais le coût à 6 milliards d'euros, près du double des estimations initiales.

source: LEMONDE.FR avec AFP
http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/08/24/epr-de-flamanville-ecarts-et-faiblesses-constates-par-l-asn_1562729_3244.html#ens_id=1504462
avatar
Erik


Revenir en haut Aller en bas

Malfaçons sur le chantier EPR à Flamanville : des réactions

Message par Steinn le Jeu 1 Sep 2011 - 7:42


La construction des deux réacteurs EPR n’a pas fini de faire parler d’elle. Après les malfaçons relevées par l’Autorité de sûreté nucléaire, certains réclament l’arrêt du chantier. Jack Tord de la CGT de l’EPR rappelle que « la qualité du travail est directement liée à de bonnes conditions de travail… »

« Ce sont des défauts connus et fréquents sur des chantiers de construction, minimise le service de Presse à Paris d’EDF France. Tandis que Didier Anger, du Crilan (Comité de Réflexion d’Information et de Lutte Anti Nucléaire) appelle à l’abandon du chantier. Et pour Europe écologie Les Verts Basse-Normandie : au final, le prix de l’énergie nucléaire est plus cher que celui produit par les énergies renouvelables. »

Autant de réactions à retrouver ce jeudi matin dans les colonnes de Ouest-France.

:arrow: Ouest-france
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Yfig le Ven 2 Sep 2011 - 15:32

Il y a aussi des photos dans "le canard enchaîné" et ça, ça va faire plus de bruit que O-F , je crois !
avatar
Yfig


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Ven 2 Sep 2011 - 20:21

@Yfig a écrit:Il y a aussi des photos dans "le canard enchaîné" et ça, ça va faire plus de bruit que O-F , je crois !

oui, c'est sûr, si vous voulez je peux vous taper l'article du canard

en attendant je vous mets la photo illustrant l'article, vraiment édifiant !

avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Steinn le Ven 2 Sep 2011 - 21:47


Après ont te dit que les centrales nucléaire son sur en France, qu'ont a un savoir faire !
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum