Les centrales nucléaires de Normandie

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

EPR et éolien offshore : les Grands Chantiers

Message par Virginie le Ven 19 Nov 2010 - 8:01

Drakkaronline
19/11/2010
:arrow: http://www.drakkaronline.com/article99528.html

EPR et éolien offshore :
le littoral est appelé à mieux coopérer pour accueillir les “grands chantiers“ à venir




L’appel à la coopération entre les intercommunalités et leur fusion ont traversé en filigrane la première “Conférence des Grands chantiers“ organisée mardi à Saint-Martin en Campagne à deux pas de la centrale EDF de Penly qui se prépare à accueillir un réacteur EPR. Située sur le littoral, la petite commune siège de la communauté de communes du Petit-Caux est aussi à quelques dizaines de kilomètres du projet de parc éolien des Deux Côtes qui pourrait être d’ici cinq ans la plus grande ferme offshore de France. D’ici 2018, si les aléas juridiques et techniques ne contrarient pas le calendrier, plus de 6 milliards d’euros seront investis sur la bande littorale Dieppe – Le Tréport.

Les deux débats organisés par la Commission nationale du débat public ont déjà polarisé l’attention en 2010. Les élus locaux et les acteurs économiques ont repris la main pour saisir l’opportunité des milliards d’euros qui seront investis. Daniel Joffroy, président de la très riche communauté de communes du Petit-Caux créée en 1982 autour de la centrale de Penly, a pris l’initiative d’une conférence des grands chantiers « pour jouer collectif. L’erreur à ne pas commettre est celle de la division », insiste-t-il en évoquant les conditions dans lesquelles avaient été construits les deux premiers réacteurs de Penly. D’autant que l’époque est révolue où EDF prenait tout à sa charge pour l’organisation et l’accueil des personnels du chantier.

Devant 150 “décideurs“ du littoral, le directeur du projet d’EPR, Penly-3, Joseph Dupuis, a résumé une partie de l’enjeu en prenant l’exemple de Flamanville où le premier EPR est en construction, à savoir que 15% du montant des contrats sont revenus à des entreprises locales. Du côté de la Compagnie du Vent (groupe GDF-Suez) qui porte le projet des Deux Côtes, les estimations sont moins précises puisque les “Deux Côtes“ seront une première. On estime toutefois que pour Penly-3 le chantier va attirer quelque 3.000 personnes et l’exploitation 250 salariés permanents, alors que la construction des 140 éoliennes offshore va mobiliser environ 1.900 personnes pendant trois ans et 150 pour l’exploitation pendant trente ans. Il faudra donc accueillir, loger, soigner, mais aussi former pour être en capacité de répondre à la demande.

« Quand on écoute les deux entreprises (EDF et Cie du vent, ndlr), on se rend compte que les limites de nos collectivités sont dépassées », a observé Patrick Boulier, président de la communauté d’agglomération de Dieppe-Maritime, qui ne compte que 14 communes, y compris Dieppe. Il a souhaité que les grands chantiers qui s’annoncent soient l’occasion « d’élargir les communautés ». L’écho est plutôt favorable avec, lancinant, le sentiment de ces régions littorales d’être les “oubliés“, à l’écart d’une Basse Seine qui recueillerait seule les fruits de la croissance régionale. La méfiance est aussi de mise comme cette observation étonnante de Jean Mauger, maire de Criel-sur-Mer, inquiet de voir arriver entre Dieppe et Le Tréport « des gens d’ailleurs avec des compétences car Flamanville n’est qu’à quatre heures de route… ».


Tribune de la première “Conférence des Grands chantiers

Une cellule “Grand Chantier“ à la Région

La Région de Haute-Normandie sera présente pour accompagner les deux projets que son président Alain Le Vern a soutenus activement pendant les Débats publics. Il a annoncé la mise en place d’une cellule “Grand Chantier“ en coordination avec Dieppe-Maritime, les communautés de communes, la CCI de Dieppe et l’Etat.

L’Etat qui, officiellement, ne pouvait pas s’avancer sur le projet d’EPR tant que le Débat public n’était pas achevé, a assuré qu’il sera présent dans tous les domaines (formation, logement, infrastructures…). Le sous-préfet de Dieppe Christian Gueydan, a aussi averti que « les élus vont être gentiment mais fermement engagés à se repositionner sur les limites de leur territoire ».

Quant au projet de ferme éolienne, il dépendra de la décision que l’Etat prendra à la suite de l’appel d’offre national pour l’installation de 3.000 MW. La Compagnie du Vent sera bien évidemment candidate et possède une longueur d’avance. Rappelons, qu’un projet de taille plus modeste est également préparé par le groupe allemand WPD au large de Fécamp ?


Les métiers du nucléaire en forum…

Les métiers du nucléaire recrutent au forum de Rouen les 19 et 20 novembre 2010

Une trentaine d’entreprises, des lycées, un organisme de formation, l’association WIN dont l’objectif est de promouvoir les carrières du nucléaire au féminin et l’association GIPNO (Groupement des Industriels Prestataires Nord Ouest) seront présents à la Halle aux Toiles, les 19 et 20 novembre 2010 10h à 18h (17h le samedi).

Ils accueilleront le public et proposeront des conseils de formations, des informations sur la filière nucléaire et des opportunités d’emplois à des candidates et candidats de tous âges, diplômés du CAP au Bac + 2, ou simplement prêts à se former.

L’objectif du GIPNO est de préparer l’avenir en donnant envie à de futur(e)s salarié(e)s de rejoindre la filière nucléaire.

Dans cette optique, le GIPNO procèdera à la signature officielle d’une convention de partenariat, avec les Missions Locales « Dieppe Côte d’Albâtre » et « Rurale du Talou », à la suite de l’inauguration du forum le 19 novembre.

Dans les années à venir, les entreprises qui participent à la construction, à la maintenance et à la déconstruction des centrales nucléaires du parc exploité par EDF doivent recruter le personnel nécessaire pour faire face à leurs carnets de commandes. Ces besoins en compétence sont accentués par la relance du nucléaire dans le monde.

Certains métiers très spécialisés tels que chaudronniers, soudeurs, calorifugeurs, robinetiers, etc. sont fortement recherchés et souvent méconnus. Mais les peintres, électriciens, échafaudeurs, automaticiens, mécaniciens sur machine tournante, techniciens en charge des examens non destructifs et logisticiens (préparation d’intervention, logistique de magasins, nettoyage industriel) font également partie des métiers clés de l’industrie nucléaire, dont les entreprises ont besoin.

Plus d’infos… :arrow: http://www.le-nucleaire-recrute.com/#/home
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Jeu 13 Jan 2011 - 9:53

France 3 Nomandie
:arrow: http://haute-normandie.france3.fr/la-voix-est-libre-haute-normandie/index.php?page=article&numsite=6758&id_rubrique=7016&id_article=15878

La Voix Est Libre le samedi à 11h30
Emission spéciale EPR de Penly


Participez au débat en envoyant votre question !

France 3 Haute-Normandie diffusera sur son antenne le samedi 29 janvier un débat sur le thème :
"Le nucléaire en question(s)"


Cette émission spéciale de "La Voix Est Libre" sera réalisée à l’intérieur du centre électro-nucléaire de Penly près de Dieppe.
Elle sera le relais de vos questions et interrogations sur le thème de la construction du réacteur EPR.
La vidéo de ce débat sera en ligne sur Internet.




Envoyez sans tarder votre question :
Pour poser votre question (avant le mercredi 26 janvier) vous êtes invités à suivre la procédure suivante :
- Rédigez votre question dans un mail et envoyez-le à l’adresse suivante : LaVoixEstLibre-HauteNormandie@france3.fr
- Envoyez votre question au plus tard le mardi 25 janvier avant 20h00.
- Indiquez vos nom et prénom, ainsi que la commune où vous résidez (et le département).

Votre nom ne sera pas divulgué à l’antenne .. Seuls seront donnés votre prénom et votre commune.
Néanmoins, si vous souhaitez que soit divulgués à l’antenne votre identité, un statut ou une fonction dont vous souhaitez vous prévaloir (par exemple élu local, représentant d’un syndicat, retraité ... ),
merci de le préciser dans votre mail.


Sommaire de l’émission :

Le projet Penly 3 a été lancé et confirmé par EDF à la suite du débat public qui a eu lieu jusqu’au mois de septembre 2010. Ce projet prévoit la construction sur le site de Penly près de Dieppe d’un troisième réacteur de type EPR. Sa puissance sera de 1600 MégaWatts.


Principaux thèmes de l’émission :

- Quel est l’intérêt d’un tel projet ?

- Les difficultés rencontrées sur le site de Flamanville dans le nord Cotentin où un EPR est actuellement en construction peuvent-elles ou doivent-elles entraîner une remise en cause totale ou partielle du projet de Penly ?

- Y-a-t-il une alternative crédible à l’heure actuelle au nucléaire en France ?

- Quel équilibre, en termes de sources d’énergie convient-il de mettre en place dans notre pays pour rester compétitifs dans notre recherche d’indépendance énergétique ?

- A quel niveau se situe le débat politique sur ce dossier dont les conséquences économiques sont interprétées différemment selon le point de vue de chacun ?

Autant de questions qui seront développées au cours d’une émission exceptionnelle présentée par Philippe Goudé et enregistrée sur le site actuel de Penly en présence d’invités représentatifs des positions économiques et politiques qui font débat actuellement (la liste des invités sera prochainement publiée).

Différents reportages illustreront les questions liées aux retombées économiques et à la formation professionnelle des jeunes de la région dieppoise. Enfin, un reportage intitulé "EPR, mode d’emploi" présentera le principe de fonctionnement de ce type de réacteur.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

La centrale nucléaire immergée de DCNS

Message par Virginie le Jeu 20 Jan 2011 - 11:06

La Manche Libre
20/01/2011
:arrow: http://www.lamanchelibre.fr/DCNS-va-mettre-au-point-une-centrale-nucleaire-immergee,1.media?a=15929

DCNS va mettre au point une centrale nucléaire immergée

Le projet a été longtemps gardé secret. La centrale nucléaire immergée de DCNS, baptisée Flexblue, devrait être construite à Cherbourg (Manche) et créer des emplois.



Cherbourg devrait être le fer de lance du nouveau projet de DCNS. Il s'agit d'y construire en collaboration avec EDF et Areva des centrales nucléaires immergées! De quoi maintenir l'avance technologique du chantier naval et de la France en matière de construction navale et de nucléaire.On ignore encore combien d'emplois pourront être créés à Cherbourg mais la production pourrait débuter dès 2013.

De son côté, après plus de deux ans d’études, DCNS innove avec le concept Flexblue. Flexblue est une unité immergée de production d’énergie nucléaire de petite puissance (50 à 250 MWe) qui s'adresse aux pays disposant de façades maritimes.

Le conceptFlexblue :

* est fondé sur des technologies éprouvées. DCNS s’appuie en effet sur une expérience de 40 ans dans la maîtrise d’œuvre de sous-marins à propulsion nucléaire, dont les chaufferies sont réalisées sous la responsabilité d’AREVA-TA ;
* dispose des atouts propres aux réacteurs nucléaires de petite et moyenne puissances (progressivité de l’investissement, flexibilité d’adaptation à la demande…) ;
* est standardisé, entièrement construit en chantier naval et transporté sur les lieux d’exploitation.


EDF et AREVA ont marqué leur intérêt pour le caractère modulaire et standardisé du concept Flexblue.

Fiche technique de Flexblue

Forme Cylindrique

Longueur Une centaine de mètres

Diamètre Environ 12 à 15 mètres

Puissance 50 à 250 MWe

Composition Une petite chaudière nucléaire, un groupe turbo-alternateur, une usine électrique et des systèmes auxiliaires. Des câbles sous-marins achemineraient l’électricité produite par Flexblue vers la côte

Masse Environ 12 000 tonnes

Ancrage Par 60 à 100 mètres de fond et à quelques kilomètres des côtes
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Sam 19 Fév 2011 - 7:55

Nucléaire en Haute-Normandie : production en hausse à Paluel et chantier en vue pour Penly

Avec deux centrales nucléaires sur un même territoire, situées à moins de 50 kilomètres l’une de l’autre, la Haute-Normandie fait figure de poids lourd en matière de production électronucléaire. A l’heure de la publication des résultats annuels, il apparait que le site de Paluel a enregistré pour l’année 2010 une hausse de sa production, contrairement à Penly victime d’un « taux de disponibilité » inférieur aux prévisions. Penly dont le futur chantier de l’EPR se précise…

La centrale de Paluel a augmenté sa production en 2010

Le Centre Nucléaire de Production d’Electricité de Paluel (1.245 salariés, dont 94 embauchés en 2010) fait état d’une production de plus de 33 milliards de kWh en 2010 (29,5 milliards en 2009). Cette production a été assurée par les quatre réacteurs du site malgré un programme de maintenance lourd (190 jours d’arrêt). La centrale a déclaré huit anomalies de niveau 1 principalement dues à la prolongation des arrêts pour maintenance et à des phases de redémarrage.

L’année 2010 a été marquée par une très forte activité de maintenance lors de ses arrêts. Maintenance qui s’est traduite par 113 M€ de commandes auprès de prestataires. Côté environnement, le CNPE continue d’améliorer ses performances. Les rejets liquides, gazeux ou chimiques sont « nettement inférieurs à la limite annuelle autorisée et constituent, en 2010, le meilleur résultat enregistré par le site », précise-t-on. La sécurité a enregistré un seul Arrêt Automatique de Réacteur (AAR) en 2010 et deux départs de feu (contre 7 en 2009). Le bilan est également « positif » quant à la radioprotection des salariés. La dosimétrie collective a été divisée par 3 en 15 ans. Aucun salarié n’a été exposé à des rayonnements annuels supérieurs aux 16 milli sieverts réglementaires, indique la direction de l’établissement.

La centrale de Paluel comprend quatre réacteurs de 1.300 MW chacun mis en service entre 1984 et 1986.

Une décennale pour Penly-1 en 2011


Deux mille dix a été une année « en demi-teinte » pour le CPN de Penly et ses deux tranches de 1.300 MW. Un arrêt fortuit de 83 jours d’un des réacteurs a ramené le taux de disponibilité à 78,82% au lieu des 90% attendus. La défaillance concernait un alternateur et ne touchait pas la partie nucléaire du site. Penly a tout de même produit 16,6 milliards de Kwh, soit 4,5% de la production nucléaire française. Deux mille onze s’annonce comme une « année dense », prévient son directeur Jean-Jacques Létalon, avec un arrêt pour rechargement et la 2ème visite décennale de l’unité n°1. L’opération représente un investissement de l’ordre de 30 M€ et emploiera sur le site 800 personnes d’entreprises prestataires.

En période normale, le site de Penly emploie 660 agents EDF. Il a enregistré 47 embauches en 2010 (40 prévus pour 2011) qui sont pour l’essentiel, des renouvellements de personnels. La centrale a renouvelé en 2010 sa convention avec le lycée Emulation Dieppoise qui dispose d’un chantier-école avec une salle de commandes, « petit morceau de Penly », sur lequel les élèves peuvent apprendre le pilotage d’une centrale.



Le chantier préparatoire de Penly-3 va débuter au 2ème trimestre 2011


Les travaux préparatoires à la construction du réacteur EPR de 1.650 MW sur le site de Penly, débuteront au 1er trimestre 2011, vient d’indiquer le tout nouveau, directeur de l’aménagement de Penly-3, Pierre Rouelle. 2011 sera une année de mise en jambe pour le site de production nucléaire qui compte déjà deux réacteurs “traditionnels“ de 1.300 MW, mais pas encore décisive. C’est en effet au deuxième semestre de 2012 que l’Etat donnera son feu vert définitif.

D’ici là, « ce sera un slalom avec plusieurs portes à passer », illustre le patron de Penly-3. Les premières portes ont été franchies en 2010 avec notamment le Débat public qui a débouché, sans surprise, sur une décision de poursuite du projet par EDF désigné comme opérateur par l’Etat.

Avant l’enquête publique définitive prévue pendant l’été 2012, EDF ne va pas rester les bras croisés. Et commencer par déconstruire les fondations de ce qui devait être Penly-3 ancienne formule, un réacteur intermédiaire envisagé en 1994 entre les machines traditionnelles de deux premières tranches (1.300 MW) livrées en 1990 et 1992, et le réacteur EPR.

Au printemps 2011, une fois l’autorisation préfectorale en main, EDF va confier à une entreprise extérieure le démontage des anciennes fondations puis le terrassement des nouvelles fondations pour l’EPR. Ce chantier de travaux préparatoires devrait occuper 200 personnes et de 30 agents d’EDF. Mais d’ores et déjà ont été entrepris la rénovation de bâtiments, des portes d’accès, de clôtures, de réseaux ainsi que le recensement des espèces animales protégées (des batraciens).

D’ici 2012, l’opérateur va continuer son travail de dossier, notamment avec l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) et surtout à la lumière de la construction de l’EPR Flamanville qui a déjà accumulé un retard d’au moins deux ans, la mise en exploitation étant maintenant prévue pour 2014. Et surtout le prix du réacteur est passé de 3 à 5 milliards d’euros. Un “décalage dans le temps“ dont les équipes de Penly-3 disent tirer toutes les leçons.

En 2012 pourront débuter les travaux du génie civil (jusqu’en 2015). A part de 2014 commenceront les montages des parties électromécaniques. Les dossier de mise en service sera instruit par les autorités de octobre 2015 à octobre 2016. Les essais de démarrage pourraient débuter en 2016 pour une mise en service en 2017.

Sur la totalité du chantier, quelque trois mille personnes devraient intervenir sur le site de construction de Penly-3 pour plus de 12 millions d’heures de travail. Une procédure “Grand Chantier“ sera appliquée pour faciliter l’accueil de ce chantier sur son territoire (logements, formation, équipements urbains, voirie).

18/02/11
:arrow: Drakkaronline
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

EPR de Flamanville

Message par Steinn le Ven 15 Avr 2011 - 7:24

EPR de Flamanville : Bouygues nie avoir sous-déclaré des accidents du travail


Le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville.
Archives/Ouest-France

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) enquête sur une sous-déclaration des accidents du travail sur le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville (Manche). La CGT, en la personne de Jack Tord, a révélé qu' « en 2010, 25 % des accidents du travail ont été dissimulés ou minimisés ». Les dissimulations concerneraient quelque dix entreprises.

Simon Huffeteau, chef de la division de l’ASN de Caen, précise que « tous les éléments ne sont pas réunis. Ce chiffre est susceptible d’évoluer car il doit être recoupé ».

Bouygues Construction, nommément citée par la CGT dans cette affaire, se défend en invoquant « un très grand nombre d’actions préventives et correctives pour favoriser la culture de la sécurité sur l’ensemble de ses chantiers ».

D’ajouter : « Sur le chantier EPR, vingt personnes sont entièrement dédiées à la sécurité. Les non-déclarations d’accidents ne sont pas le fait de l’entreprise mais relèvent d’initiatives personnelles ».


:arrow: La Manche Libre

.
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Jeu 5 Mai 2011 - 7:20

Source : Challenges
Propos recueillis par Vincent Beaufils et Nicolas Stiel, directeur de la rédaction et grand reporter à Challenges, vendredi 29 avril 2011.

Margerie : "La réflexion sur Penly apparemment stoppée"

"Tout est lié." C'est l'antienne de Christophe de Margerie, P-DG de Total, aux avis iconoclastes: besoins énergétique et géopolitique, effet de serre et nucléaire, démocratie et gaz de schiste...

...
L'accident de Fukushima a-t-il condamné le nucléaire ?

- Avant même Fukushima, la situation n'était pas très encourageante. Les Allemands, les Italiens et les Britanniques étaient incertains. Il y avait une envie de faire, mais rien de concret, sauf en Chine, peut-être en Inde et à Abou Dhabi. Depuis l'accident japonais, l'hésitation de l'Allemagne s'est fixée sur le retrait du nucléaire. En Italie, c'est la même chose. Aux Etats-Unis, c'est pareil, malgré un discours très politique du président Obama, qui dit : "Aujourd'hui c'est non, mais la porte n'est pas fermée sur le long terme".

Allez-vous, vous aussi, abandonner ?

- Abandonner le nucléaire nous paraît difficile, mais pour l'instant nous ne voyons rien venir en ce qui nous concerne. Nous allons donc rester en veille active, maintenir le savoir-faire, sans beaucoup investir, à l'inverse de ce que nous faisons sur le solaire. Nous restons également comme investisseur en France sur l'EPR de Penly…

Mais où en est Penly, justement ?

- La réflexion sur le projet a été apparemment stoppée. Il y avait un calendrier, des dates potentielles, il n'y en a plus. La suite dépendra de décisions prises sur d'autres centrales nucléaires. Penly, c'est une question de besoin en énergie en France, c'est aussi une question politique : de quelle part d'électricité provenant du nucléaire veut-on disposer en France à l'horizon 2020-2030 ?
...

l'article complet ici :arrow: Challenges.fr
04/05/11

Pour Besson, le projet d'EPR de Penly n'est "absolument pas bloqué"
Le ministre de l'Industrie Eric Besson reconnaît toutefois une "incertitude" sur le calendrier.


Le projet de construction d'un réacteur de 3e génération EPR à Penly, en Seine-Maritime, n'est "absolument pas bloqué", a déclaré le ministre de l'Energie Eric Besson mercredi 4 mai à l'AFP, tout en reconnaissant une "incertitude" sur le calendrier, réagissant aux propos de Christophe de Margerie, le P-DG de Total, dans Challenges.
"Ce n'est pas parce qu'il y a pu y avoir une modification ou une incertitude sur le calendrier que nous sommes en train de préparer qu'il faut en conclure que le dossier serait bloqué, qu'il aurait été volontairement stoppé", a déclaré le ministre de l'Energie.
...

:arrow: Challenges.fr
04/05/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Virginie le Jeu 23 Juin 2011 - 8:16

EDF dément les rumeurs de fuite à la centrale de Paluel


La centrale de Paluel
JEAN-MARIE THUILLIER

EDF a démenti mercredi des informations de presse faisant état de fuites radioactives dans l'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime).

"Il n'y a pas de fuite", a déclaré à Reuters un porte-parole d'EDF, qui a fait état d'un problème d'étanchéité sur un réacteur suite à un incident au mois d'avril.

"Il y a une légère inétanchéité sur l'un des ensembles combustibles du réacteur 3 de la centrale de Paluel", a-t-il ajouté. "La situation est stabilisée, sans impact sur la sûreté du site et sur l'environnement."

Le site d'information Mediapart fait état d'incidents en série depuis un mois à la centrale normande et mentionne notamment une fuite de gaz radioactif dans le bâtiment du réacteur numéro 3.

L'union locale de la CGT de la région dieppoise fait mention dans un communiqué d'une fuite d'iode radioactif depuis plusieurs mois dans l'une des tranches de la centrale.

Un incident sans gravité a également été signalé à la centrale de Gravelines, dans le Nord.

"Il y a eu un arrêt automatique sur la tranche 3. C'est une petite panne du système de régulation liée au système de vapeur", a déclaré un porte-parole de la centrale. "En aucun cas il n'y a eu une fuite". Le réacteur devait être de nouveau connecté au réseau mercredi en fin d'après-midi.

Après avoir perdu jusqu'à 2,3% en début d'après-midi, le titre EDF a réduit ses pertes en Bourse à 0,78% et terminé la journée à 26,09 euros.

La France et les instances européennes ont décidé de procéder d'ici à la fin de l'année à un diagnostic de sûreté des centrales nucléaires pour tenir compte des enseignements de l'accident de Fukushima au Japon.

:arrow: Paris Normandie
Publié le mercredi 22 juin 2011


ils nous prennent vraiment pour des cons : "Il n'y a pas de fuite", "Il y a une légère inétanchéité"
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Steinn le Jeu 23 Juin 2011 - 9:11

On voit bien que les tests de sécurité sont bâclés... voire corrompus dans le seul et unique but de faire du profit au détriment de la sécurité.
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires de Normandie

Message par Berthon37 le Jeu 23 Juin 2011 - 12:40

ça fait un peu peur quand même !!! :pale:
avatar
Berthon37


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum