A Rouen, un projet pour l’Aître Saint-Maclou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A Rouen, un projet pour l’Aître Saint-Maclou

Message par Virginie le Dim 15 Mar 2015 - 21:35

A Rouen, un projet pour l’Aître Saint-Maclou

paris-normandie

Patrimoine. Déserté depuis septembre et le départ des étudiants des Beaux-Arts,l’Aître Saint-Maclou rouennais va être rénové pour devenir notamment un lieu de valorisation des métiers d’art.


La Métropole veut faire de l’aître Saint-Maclou une « vitrine des savoir-faire traditionnels normands et de l’économie créative »




Un site touristique aujourd’hui sous-utilisé. Demain, il pourrait devenir un lieu d’exposition des artisans d’art à l’image de ce qui se fait à Hanovre ou à Desvres (Pas-de-Calais)



Un site unique et pourtant délaissé. Au cœur du centre-ville historique de la capitale haut-normande, l’Aître Saint-Maclou, un des rares ossuaires de ce type subsistant en Europe, sonne tristement vide. Crée en 1348 avec la Peste noire, il prend une grande part de sa configuration actuelle, avec ses galeries et leurs combles destinés à contenir les ossements, lors d’une nouvelle épidémie au XVIe siècle.

Depuis septembre, et le départ finalement apaisé des 160 étudiants de l’École régionale des Beaux-Arts vers d’autres lieux plus sécurisés (lire ci-contre), l’ancien cimetière, transformé également dans sa longue histoire en école de charité et en pensionnat de jeunes filles, cherche une nouvelle fois sa vocation.


« UNE VITRINE DES SAVOIR-FAIRE TRADITIONNELS »

Bonne nouvelle, son horizon semble s’éclaircir. Le financement de sa rénovation est inscrit noir sur blanc sur le contrat de métropole 2014/2020 : dix millions d’euros (*) pour en faire « une vitrine des savoir-faire traditionnels normands et de l’économie créative ». Bizarrement, au sein de la collectivité intercommunale, on reste très discret sur les grandes lignes du projet. Pourtant, c’est bien elle qui s’apprête à bénéficier du transfert de la propriété des lieux que la Ville avait acquis en 1927. Bien elle qui assurera la maîtrise d’ouvrage du dossier.

Du côté de la Chambre des métiers de Seine-Maritime, on est largement plus prolixe. On ne cache pas faire du lobbying auprès de la Métropole pour faire aboutir l’idée d’implanter dans l’Aître un lieu d’exposition permanente de réalisations d’artisans d’art de la région. « Ce qui est important c’est que politiquement désormais c’est fléché. Maintenant il faut le dimensionner », se réjouit son directeur du développement, Stéphane Bordier. « Un des problèmes de l’artisanat, c’est l’immobilier. Ce n’est pas facile pour les artisans d’art de montrer leur savoir-faire, leurs produits, d’accueillir du public. L’Aître Saint-Maclou sera une vitrine idéale pour eux », plaide le président de la Chambre, Dominique Moulard. D’autant que le projet d’espace de présentation pourrait irriguer l’ensemble du « quartier des antiquaires » en encourageant l’implantation de nouvelles boutiques de création en pied d’immeuble.

Le joaillier rouennais Franck Margueron, habitué des marchés asiatiques, y voit une précieuse opportunité pour ses confrères artisans d’art de toucher un public nouveau. « Il existe une clientèle qui veut se différencier, qui veut épater ses amis avec un produit qui a une histoire, qu’elle a trouvé dans un endroit insolite. Après il faut faire connaître ces lieux. De toute façon, il faut à tout prix que les artisans s’ouvrent au monde extérieur ».

Dans cet esprit, vingt-trois ateliers normands - avec leurs chapeaux, accessoires de mode, céramique, bijoux, meubles, luminaires - ont emprunté du 31 janvier au 28 février dernier le chemin de Hanovre. Ils y ont exposé pour la première fois dans la galerie Honawersform de la Chambre de métiers locale.... Résultat : 5000€ de chiffre d’affaires et une expérience à l’international unique.

Cette initiative a été regardée de près par la Métropole Rouen Normandie et par les villes de Rouen et du Havre qui ont envoyé en Allemagne techniciens et élus.

DES EXEMPLES À SUIVRE
Et cette volonté de défricher de nouveaux marchés ne s’arrête pas là. Le 3 avril prochain, une mission fera découvrir à des représentants de la métropole rouennaise et du Pays dieppois terroir de Caux le Village des métiers d’art de Desvres, dans le Pas-de-Calais. Sur cette terre de faïences, une sorte de pépinière d’entreprises qui au-delà des activités de production a été conçue pour accueillir du public, avec visites guidées, exposition permanente, boutiques. De quoi donner des idées... Au-delà de la renaissance de l’Aître Saint-Maclou, c’est ainsi toute une ambition de valorisation commerciale et touristique de l’excellence artisanale de la région qui s’affirme.

THIERRY DELACOURT

(*) Dont 6 millions d’euros pris en charge par la Métropole et 4 millions par le conseil régional de Haute-Normandie.


avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum