Nicolas Sarkozy ce matin au Pôle de santé d'Orbec

Aller en bas

Nicolas Sarkozy ce matin au Pôle de santé d'Orbec

Message par Steinn le Mer 1 Déc 2010 - 7:35


L'accueil du pôle de santé dans le bâtiment neuf construit dans la cour de récréation
de l'ancienne école maternelle avec trois secrétaires à temps partiel.


Dans le pays d'Auge, Orbec a ouvert, en septembre, un des premiers pôles de santé bas-normands. Une bonne formule pour attirer de jeunes médecins qui rechignent à s'installer seuls.

Reportage

Le mariage du moderne et du bâtiment en briques du XIXe est plutôt réussi. Le nouveau Pôle de santé d'Orbec a ouvert en septembre dans l'ancienne école maternelle, qui accueillait encore les enfants il y a deux ans. À deux pas de la mairie. Nicolas Sarkozy entrera ce matin par le hall principal éclairé d'une verrière. À l'entrée, les cabinets de la diététicienne et des infirmiers. Puis du médecin du travail, présent un jour par semaine. Enfin des généralistes et du kinésithérapeute, lequel accueillera bientôt un confrère.

« Nous sommes quatre médecins, dont deux sont à mi-temps. Nous souhaitons arriver à cinq plein-temps », explique le docteur Anni Pithon, président de l'association de tous les occupants « qui ont établi un règlement intérieur en bonne entente ». Et une charte pour des relations amicales de non-concurrence avec l'autre cabinet en ville, privé celui-là, de kinés, infirmiers et orthophoniste. Le pôle, lui, est une structure publique. « Nous payons loyer et charges à la communauté de commune, propriétaire. Par rapport à mon cabinet en ville à mon domicile, cela me coûte 1 000 € de plus par mois », ne regrette pas le docteur Pithon qui s'est installé seul à Orbec en 1992. Il effectue en moyenne 30 à 40 consultations et visites par jour. De 8 h à parfois 20 h. Le pôle d'Orbec, un des premiers en Basse-Normandie, est parti d'un constat : « Les jeunes ne veulent plus travailler seuls. On a même du mal à trouver des remplaçants ».

« Sûr d'avoir un médecin ! »

Les patients sont plutôt ravis. « On est sûr d'avoir un médecin », dit ce retraité jovial. « Les attentes sont encore trop longues », regrette une patiente. Travailler en équipe permet d'accueillir en stage des internes des hôpitaux et confronter les avis entre praticiens. « Généraliste et médecin du travail adressent leur diagnostic ensemble à l'employeur. C'est plus rapide. » Une salle est réservée aux petites urgences et sutures. L'équipe du pôle pourrait même s'étoffer d'un chirurgien orthopédiste pour le suivi des malades, qui ne peuvent pas toujours se déplacer.

« Deux médecins partaient en retraite, un troisième, deux ans plus tard. On ne voulait pas d'un désert médical à Orbec », rappelle Roger Lepage, vice-président de la communauté de seize communes (7 500 habitants dont 2 500 à Orbec). L'investissement de 1,4 million d'euros a bénéficié de subventions de l'État (450 000 €) de la Région et du Département (150 000 € chacun), de l'Europe et de la caisse d'assurance-maladie : plus de 70 % d'aides publiques. De son côté, Laurent Sodini, conseiller régional socialiste en chargé de la santé, y voit « la bonne réponse à la désertification médicale dans les trois départements. Le projet de la Région est d'arriver à vingt pôles de santé d'ici 2014, à raison de quatre ou cinq par an ».

Xavier ORIOT.

:arrow: www.ouest-france.fr/region/normandie_detail_-Nicolas-Sarkozy-ce-matin-au-Pole-de-sante-d-Orbec-_8618-1605732_actu.Htm


.
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum