Granville nid de corsaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Granville nid de corsaires

Message par Asulf le Mar 16 Nov 2010 - 8:54



L’activité de Cherbourg dans le domaine de la guerre de course, ne fut pas négligeable, notamment pendant la révolution, le consulat et l’empire, ainsi qu’on vient de le voir.

Cependant le rôle de Granville, qui arma les corsaires dès 1592 fut incontestablement plus important comme le montrent de nombreux et précieux documents d’archives qui sont à l’origine des travaux de Charles de la MORANDIERE.

Pendant plus de 3 siècles, bricks, goélettes, lougres, sloops et autres fiers navires, armés jusquiame dents, si l’on peut dire hantèrent le port abrité par le fameux roc.

En 1591, le capitaine Jehan GAUCHET, s’empare d’un bâtiment JERSYAIS, mais la barque qu’il commandait était un navire du Roy et il serait faux de le considérer comme un corsaire. Il n’en n’est pas de même pour Jehan DUHAMEL, sieur de la BREHENCIERE. Possesseur d’une lettre de marque du 15 Juin 1592, en bonne et due forme, il arma successivement « LE ROYAL, un beau navire de 160 Tonneaux, puis deux autres unités plus petites « L’ORANGE » et « LE PETIT PASTRE » de 35 Tonneaux chacun

Parmi d’autres capitaines, François de GOURFALEUR, sieur de BONFOSSE, bourgeois et avitailleur, qui commandait « LE CHASTEAU D’OR), sur lequel, le 28 Mars 1620, Jacques SAINTE MARIE, d’Agneaux avait pris un intérêt de 400 livres. Ce bateau, porteur de 9 pièces de canon et de 25 boulets fut revendu l’année suivante à un armateur de ST MALO pour 3500 livres.La guerre contre l’Espagne commencée en 1635, vit une activité si grande et si prospère des corsaires Granvillais que ceux-ci donnèrent à la ville des moyens de faire de sa petite église une espèce de cathédrale.

En 1672, la France était en guerre contre la Hollande et l’Angleterre. Les corsaires français reprirent la mer et en firent voir « de cruelles » à leurs ennemis.








avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Re: Granville nid de corsaires

Message par Virginie le Sam 11 Déc 2010 - 16:04

La Manche Libre
10/12/12
:arrow: http://www.lamanchelibre.fr/Des-corsaires-granvillais-encore-trop-meconnus,1.media?a=15078

Des corsaires granvillais encore trop méconnus



“La renommée des corsaires granvillais reste bien anonyme,” écrit l’historienne Anne Cahierre.

"Granville n'honore guère leur mémoire, au moins dans la toponymie locale, alors qu'elle se pare pourtant fièrement de son titre de cité corsaire. (...) Une place et une rue dites des corsaires gardent encore timidement leur souvenir, mais celui-ci demeure somme toute bien fragile. Où sont-ils les Hugon, Daguenet, les Le Pelley et bien d'autres encore qui ont écrit cette glorieuse épopée dans leur sang, le fracas du canon et l'odeur de la poudre ?�

Une grande exposition
Pour répondre à cette interrogation, Michèle Chartrain, conservatrice du musée du Vieux-Granville, s’appuie déjà sur son travail. Elle en tirera des enseignements pour décrocher le label Ville d’art et d’histoire. Mais elle en conservera également toute la sève pour de prochaines expositions.
Car c’est bien de cela dont il s’agit : faire connaître au plus vite aux Granvillais la vie de leurs marins. Bien sûr, une exposition sur Pléville le Pelley, dans les années 2000, a déjà contribué à en savoir un peu plus. Mais convenons-le, à l’exception du livre de Georges Fleury qui retraçait la vie de Pléville le Pelley, il existe peu de “rendez-vous grand public” revenant sur cette glorieuse épopée. Les choses devraient peut-être changer dans les années à venir.
Preuve en est, le musée du Vieux-Granville recevra en dépôt les canons de l’Aimable Grenot, bateau granvillais armé par Léonor Couraye du Parc. Sorties du site de la Natière où elles gisaient devant Saint-Malo depuis 1749, ces deux bouches à feu subiront un traitement par hydrolyse et seront les pièces maîtresses d’une grande exposition. “Avec les Malouins, nous pensons organiser une rétrospective des fouilles archéologiques de la Natière en 2012. Si notre projet se réalise, cet événement sera montré à la fois au musée du Vieux-Granville et à Saint-Malo,” confie-t-elle.
Fini, les rivalités de naguère entre les deux cités, Granville et Saint-Malo se donnent désormais... la main. “Il faut montrer notre complémentarité,” convient la conservatrice. “C’était d’ailleurs le cas, à l’époque des courses granvillaises,” ajoute Anne Cahierre. “Malouins et Granvillais embarquaient à bord des mêmes bateaux.” Loin d’être un exemple unique, ce rapprochement entre Bretons et Normands pourraient également se traduire par l’organisation d’un prochain rendez-vous sur la Grande-Pêche en 2013.
Il restera également à prendre en compte le travail de tous ceux qui contribuent à l’essor des connaissances maritimes et granvillaises : historiens (Michel Aumont...) et associations. Ce qui est déjà plus ou moins entrepris.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Granville nid de corsaires

Message par Hrolf le Sam 11 Déc 2010 - 18:20

Voilà un sujet fort intéressant merci Very Happy

Est-ce que quelqu'un aurait des références de livres traitant de ce sujet car j'aimerais approfondir un peu mes connaissances sur ces corsaires qui semblent bien abandonnés. :study:
avatar
Hrolf


Revenir en haut Aller en bas

Re: Granville nid de corsaires

Message par Virginie le Sam 11 Déc 2010 - 18:39

j'ai trouvé ça :

la manche libre
:arrow: http://www.lamanchelibre.fr/Le-petit-Larousse-des-corsaires-granvillais,1158.media?a=6982

Le petit Larousse des corsaires granvillais

Anne Cahierre raconte la vie des capitaines et corsaires granvillais en 472 pages, dans un ouvrage réalisé sous l’égide des Archives départementales.
Le dictionnaire revient sur la période faste du port de Granville, époque durant laquelle les morutiers granvillais et malouins sillonnaient l'Atlantique.
Il évoque également la vie des terre-neuviers qui se transformaient en corsaires lorsque les guerres les empêchaient de partir vers leurs zones de pêche. Anne Cahierre, avec la rigueur et le talent qui la caractérisent, a retrouvé 184 de ces capitaines. L’ouvrage est disponible en librairies et bientôt dans toutes les bibliothèques.




avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum