Les riverains du Mont sont inquiets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Virginie le Ven 12 Nov 2010 - 20:08

Les riverains du Mont sont inquiets



Les riverains du Mont n'ont que les réunions publiques pour exprimer leurs craintes. Et ils ne s'en privent pas. Un vent d'inquiétude s'est engouffré dans la petite tente installée à quelques mètres de l'imposant chantier des futurs parkings du Mont-Saint-Michel.

Quelques centaines de Montois, salariés de la Merveille, riverains des communes alentours, professionnels du tourisme et élus s'étaient massés pour "On en parle jeudi", réunion publique d'information et d'échange à propos du projet de rétablissement du caractère maritime du Mont.
De l'usage de la tangue arrachée du Couesnon aux navettes, les langues se sont déliées. Face à eux, François-Xavier de Beaulaincourt, directeur du Syndicat mixte, et son équipe, ont tenté d'apaiser les ardeurs.

Quand le Mont sera une île
Sujet principal de préoccupation : l'accès au Mont. Le projet prévoit la construction d'un gué, aux portes du monument, où viendra finir la fameuse passerelle. Jusque-là, rien d'angoissant, sauf que les grandes marées, aux coefficients supérieurs à 110, le recouvriront plusieurs fois par an. Le Mont deviendra alors une véritable île. "Quand la mer sera haute, comment rentrera-t-on chez nous ?", a lancé un salarié. "Vous nous offrirez les cuissardes ?", a renchéri, un brin moqueur, un autre. "Pourquoi ne pas avoir fait un gué hydraulique qui se soulèverait en cas de grandes marées ?", a parachevé avec ironie un troisième. Le public présent a dénoncé un accès au Mont plus contraignant. Comment feront les artisans qui livrent, les taxis, les dépanneurs ? François-Xavier de Beaulaincourt a tenu à calmer le jeu : "Sur autorisation, ils pourront stationner au pied du Mont".
Les salariés, eux, bénéficieront d'un parking réservé et d'une navette spéciale, "La Montoise", "disposant de 20 places, marchant 24 h sur 24 à la demande, jusqu'au pied du Mont", a précisé Regina Dutacq, responsable du projet pour Veolia.

Et les touristes ?
Davantage de contraintes, oui, mais seulement pour les touristes. "Vous êtes des privilégiés et le but n'est pas de vous embêter", a martelé François-Xavier de Beaulaincourt. Réaction dans le public. "Je viens de Bretagne où je travaille dans le tourisme, et je suis là pour défendre les visiteurs". "On ne pense pas à eux, ni aux vieux. Et puis il arrive qu'il pleuve en Normandie...". Yannick Duval, patron des Tricots Saint-James et fer de lance de l'opposition aux côtés de Jean-Yves Vételé, tape là où ça fait mal : "Voilà le talon d'Achille du projet. Le visiteur sera le plus mal traité. Ça ne marchera jamais !" Le directeur du Syndicat mixte a reconnu que l'emplacement du départ des navettes, assez loin des parkings, a été "le seul sujet qui n'a pas fait consensus parmi les élus.
Mais notre projet est un prototype", a-t-il relativisé. "Un contrat a été signé. Cela ne veut pas dire que tout est scellé dans le marbre. Il faut rester humble et garder des souplesses.
On a pris des dispositions pour". Traduisez : le projet ira à son terme et si modifications il y a, elles n'interviendront qu'après coup.
Pour autant, plusieurs professionnels se sont montrés inquiets de l'impact touristique du projet. Avec un accès plus difficile, "est-ce que les visiteurs reviendront plusieurs fois ? Je ne pense pas. Une grosse partie de ces gens va disparaître", a estimé un gérant d'hôtel. Selon un autocariste, "le ralentissement de l'acheminement des touristes va créer des difficultés pour les chauffeurs qui ont un temps de conduite à respecter. Notre recette va diminuer".
Face aux inquiétudes, la fermeté. "Nous sommes des exécutants, pas des décideurs", a précisé FrançoisXavier de Beaulaincourt, présent pour informer et pas pour modifier un projet déjà sur les rails. "Les décisions ont été prises avec l'ambition de trouver le plus grand dénominateur commun...". Beaucoup le cherchent encore.

Thomas Blachère

La Manche Libre
12/11/10
:arrow: http://www.lamanchelibre.fr/Les-riverains-du-Mont-sont-inquiets,1.media?a=14393
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Steinn le Sam 13 Nov 2010 - 7:51

...sauf que les grandes marées, aux coefficients supérieurs à 110, le recouvriront plusieurs fois par an. Le Mont deviendra alors une véritable île. "Quand la mer sera haute, comment rentrera-t-on chez nous ?"

Une solution, c'est de mettre en place une desserte maritime pour les grandes marées
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Asulf le Sam 13 Nov 2010 - 10:13

jamais content, le mont s'ensable tous le monde dit " il faut faire quelques choses" et arrivé là, c'est plus tôt "en fait c'est mieux comme c'était avant" faut savoir
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Virginie le Ven 11 Mar 2011 - 10:11

"On se fiche des commerçants et des habitants du Mont !"

Alain Conan, le président de l'office de tourisme du Mont Saint-Michel lance un pavé dans la (future) mare du Mont-Saint-Michel.




C'est un homme "très inquiet"et "écoeuré" qui a décidé de rompre le silence. Le sien, mais pas uniquement. "Depuis la première maquette du projet, qui remonte au début des années 70, jusqu'à la construction du barrage, et malgré les réunions publiques, les commerçants et les habitants du Mont-Saint-Michel n'ont jamais été écoutés", regrette-t-il.

Président de l'office de tourisme du Mont depuis 20 ans et ancien commerçant sur le rocher, Alain Conan n'est pas opposé au projet qui vise à redonner au Mont-Saint-Michel son caractère maritime, au contraire. "Ce que je regrette, c'est la façon dont ce projet est mis en oeuvre, en particulier le fait d'obliger les touristes à parcourir plus d'un kilomètre à pied entre le parking et le départ des navettes, puis surtout entre leur point d'arrivée et l'entrée du Mont. Un pont passerelle arrivant directement au pied des remparts aurait été plus judicieux", tempête-t-il.

"Le Mont est une ville, pas un château fort !"

Au premier plan de ses revendications : un abri pour les touristes. "Une fois arrivés, ils devront parcourir 400 mètres à pied et aucun abri n'a été prévu. Je regrette que les présidents de région Basse-Normandie et de Bretagne, Messieurs Beauvais et Le Drian, grands patrons du Syndicat Mixte, ne viennent pas plus souvent à pied et par mauvais temps au Mont -Saint-Michel !", s'emporte Alain Conan, qui craint une diminution du nombre de visiteurs de l'ordre de 20 à 25 %.

"Certains parcourent des centaines de kilomètres pour venir ici. Ils arrivent fatigués et on va dépenser 200 millions d'euros pour qu'ils finissent à pied ? Je pense notamment aux Japonnais, qui n'ont pas plus d'une heure pour visiter le Mont...", assène celui qui a vécu sur le Mont pendant 13 ans. "L'été, 20 000 visiteurs arrivent chaque jour entre 10 h et 18 h. La capacité des navettes sera de 100 personnes, soit 25 bus à l'heure pour transporter ces touristes. C'est sûr, il va y avoir de l'attente. Les gens se bousculeront pour monter dans les navettes. C'étaient déjà le cas il y a quarante ans lors des grandes marées. J'ai vu des gens se battre pour avoir une place dans les canots !", se souvient le patron de l'office de tourisme.

Cher et inefficace

Il craint aussi les grands coefficients. "Environ deux fois par mois, le Mont sera entièrement entouré d'eau. Il faudra attendre 1h45 pour que la mer redescende et 45 minutes avant que la plateforme ne soit nettoyée. Il sera alors impossible d'entrer et ou de sortir du Mont. Or le Mont-Saint-Michel est une ville, pas un château fort ! C'est inconcevable, on n'a jamais vu en Europe une ville fermée au public. Cela va poser de graves problèmes de sécurité", s'inquiète Alain Conan. "J'ai été pompier au Mont durant 32 ans. En cas d'incendie pendant une grande marée, que vont faire tous ces gens coincés ici ? On a évoqué un bateau amphibie. Cet engin coute 300 000 euros et personne n'a les moyens de l'acheter ! Je ne suis même pas sûr qu'il serait efficace".

Parmi les autres problèmes évoqués par le professionnel du tourisme : l'arrivée et le départ des commerçants et salariés, ou encore le cas des animaux de compagnie. "Les chiens ne seront pas autorisés dans les navettes. Il faudra donc payer un chenil alors que toutes les infrastructures touristiques du Mont accueillent les animaux, c'est scandaleux !".

"On peut encore bousculer ce projet. Il faut prendre la parole, c'est notre dernière carte !", conclut-il.

Bonus vidéo / la réaction d'Alain Conan, président de l'office du tourisme du Mont.
[dailymotion]
Il conteste les travaux du Mont Saint-Michel par MancheLibre[/dailymotion]

:arrow: La Manche Libre
11/03/11
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Erik le Ven 11 Mar 2011 - 22:07

Ce qui l'emmerde, c'est de perdre quelques touristes ne voulant pas marcher, et surtout quelques journées ou demi-journées d'ouverture. Un de mes oncles, qui s'est occupé de l'enquête public sur la restauration du caractère maritime du Mont, dit toujours qu'il faut chasser les marchands du Temple. Bien d'accord, restaurons le caractère spirituel du Mont et merde au doux commerce :bom:
avatar
Erik


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Berthon37 le Sam 12 Mar 2011 - 9:01

éternelle contradiction ce sujet !! ................ :study: :study: :study: :ordi:
avatar
Berthon37


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les riverains du Mont sont inquiets

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum