La Bénédictine

Aller en bas

La Bénédictine

Message par Virginie le Dim 7 Nov 2010 - 9:14

Bénédictine : de l'élixir de santé à la liqueur

Ouest France
samedi 06 novembre 2010
:arrow: http://www.ouest-france.fr/region/normandie_detail_-Benedictine-de-l-elixir-de-sante-a-la-liqueur-_8618-1577141_actu.Htm



Le palais-usine de Bénédictine, néogothique flamboyant construit en 1888, en impose à ses quelque 130 000 visiteurs par an.


Dans la salle des alambics où la bénédictine est distillée.

1510-2010 : un élixir de santé pour les maux d'estomac élaboré par un moine bénédictin est devenu la Bénédictine qui fête ses 500 ans à Fécamp. Asiatiques et Américains sont de grands amateurs.

L'histoire

En 1863, le Fécampois Alexandre Le Grand, homonymie lourde à porter, met un an à décrypter les formules en latin d'un vieux grimoire de 1510. Alexandre Le Grand y trouve la recette d'un élixir à base de plantes médicinales élaborée par Dom Bernardo Vincelli, moine de l'abbaye de Fécamp et... la fortune. Le négociant en vin, issu d'une grande famille fécampoise, vient d'inventer la célèbre liqueur appelée Bénédictine en hommage au moine bénédictin.

Aujourd'hui à Fécamp, port haut-normand des terre-neuvas, le palais-usine de Bénédictine néogothique flamboyant, construit en 1888, en impose à ses quelque 130 000 visiteurs par an. « L'un des sites privés les plus visités en France », confirme fièrement Colette, la guide.

Le visiteur, d'abord venu pour la liqueur, se fera longuement expliquer, à la fin du parcours, les quatre préparations et la distillation des 27 plantes et épices du monde entier : mélisse, angélique, hysope, thym, muscade d'Indonésie, cannelle de Ceylan, thé noir, safran, vanille, clou de girofle, vanille de Madagascar, écorces de citron... au gramme près. Elles infusent et massèrent dans un alcool de betterave pour son goût neutre ou de pommes de terre. Quatre alcools vieillissent séparément en fut de chêne, avant d'être assemblés huit mois puis mélangés quatre autres mois à du miel et à l'infusion de safran. Après deux ans de fût, la Bénédictine, troisième liqueur française, est mise en bouteille à Beaucaire (Bouches-du-Rhône).

3,5 millions de bouteilles sortent des caves chaque année pour... 75 % à l'export. « Nos plus gros marchés sont les États-Unis (40 % du marché mondial de la liqueur) et l'Asie : Chine, Malaisie, Singapour... » Différentes variétés, mélangées au cognac, plus ou moins alcoolisées et sucrées ont été créées et le barman présente une gamme de cocktails à base de Bénédictine.

Warhol et Dali

Avant de sentir les vapeurs d'alcool dans la salle des alambics, il faut emprunter un dédale de grandes salles du palais, vrai musée constitué par cinq générations de Le Grand. Avec sa fortune, Alexandre, grand amateur d'art, a fait des acquisitions étonnantes comme ces ferronneries, poignées de porte et clés à l'effigie des rois de France dont la salamandre de François 1er ou le porc-épic de Louis XII provenant du château de Blois ; des malles de voyage ou de mariage du XVIIIe pesant 70 kg... vides, des tapisseries flamandes du XVIIe, livres de prières des moines, manuscrits du XIIIe siècle écrit en gothique à la main, objets et statues religieuses sculptées dans des défenses d'éléphants de l'époque où Fécamp était sur la route de l'ivoire et des épices...

L'immense salle des Abbés rend hommage à 13 des 45 moines abbés de l'abbaye de Fécamp avec leur statue. La charpente construite par des charpentiers de marine a tout d'une coque de bateau renversée. Rachetée par Martini, puis Bacardi, Bénédictine a conservé cette appétence pour l'art avec l'ouverture attenante au palais d'une galerie qui donne sa chance à de jeunes artistes aux côtés des oeuvres de stars comme Warhol, Dali ou Niki de Saint-Phalle.

Xavier ORIOT.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bénédictine

Message par Yfig le Dim 20 Nov 2011 - 12:06

Bravo pour la pub et l'enthousiasme, mais l'envers du décor n'est pas si clinquant !

Je ne vais pas parler de la construction roccoco qui dénote d'une propension inquiétante à la mégalomanie du sieur Le Grand ..... mais seulement de l'alcool produit par cette distillerie, alcool que personnellement je ne comprends pas qu'il puisse avoir le droit de commercialisation.

C'est de l'alcool de betteraves, betteraves arrachées aux vaches qui en font consommation par temps de vaches maigres .....

Blague à part, c'est de l'alcool de betteraves qui n'est pas vieilli, il est vendu dans l'année, c'est ce qu'on appelle de la gnôle !
Gnôle dans laquelle on ajoute des épices et beaucoup de mélasse pour faire passer le goût d'alcool à brûler !!!!!

En tout cas, si vous en buvez, vous risquez de vous retrouver avec un trou comme ça dans l'estomac !

avatar
Yfig


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum