Les candidats à l'élection présidentielle et la NORMANDIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les candidats à l'élection présidentielle et la NORMANDIE

Message par Steinn le Sam 7 Avr 2012 - 9:14


Soumis par florestan le 6 avril, 2012 - 20:45

Quel rapport, me diront tous les jacobins, entre l’élection présidentielle et …la Normandie ?

Réponse : la volonté ou non des candidats en lice d’aborder des « sujets de fond ».

Mais y-a-t-il en Normandie un sujet de fond ayant un enjeu national ?


Si l’on s’en tient au parti pris parisiano-centriste habituel des grands médias nationaux, la réponse est bien entendue négative :la Seine, c’est bien connu, disparaît totalement en aval du pont de Puteaux…

Et lorsque France-Culture dans un louable effort nous propose depuis plusieurs semaines un « inventaire de la campagne présidentielle » avec décrochage « en régions » de son antenne quotidienne, les micros s’installent à Lille et à … Rennes pour couvrir l’ensemble du Nord dela France…

Manifestement, de l’axe Seine, on n’en parle qu’au Havre, à peine à Rouen et pour ainsi dire, pas du tout à Paris : le reste du pays qui n’en a pas connaissance, n’en a cure, à commencer par nos concitoyens normands !

Et pourtant en voilà une « belle question de fond » :

Veut-on garder en France le premier port français ou la région parisienne doit-elle s’approvisionner définitivement du côté d’Anvers et de Rotterdam ?

Veut-on doter la France d’une politique maritime ambitieuse et efficace ?

Veut-on mettre en place en Normandie qui en a tout le potentiel, l’avant-port européen sur la mer la plus fréquentée du monde


Qui nous a fait respirer l’air du large dans la campagne ?

On respire plutôt les fragrances du lisier des petites phrases et on prend les Français pour des veaux…

LA NORMANDIE, PREMIER POTENTIEL MARITIME FRANÇAIS EST UN ENJEU NATIONAL …

Osons regarder la chose de plus près, dans les déclarations et les programmes des dix candidats en lice… On trouvera peut-être quelque chose ! Sur l’estran du débat public quand la marée est vraiment basse, la pêche se fait à pied !





Nicolas SARKOZY (UMP) président de la République sortant :


Quoiqu’on pourra penser de l’action globale du président sortant au cours d’un mandat de réformes aussi brutales que brouillonnes, il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que si la Normandie a retrouvé un surcroît d’intérêt national depuis 2009, nous le devons largement à Nicolas Sarkozy conseillé étroitement par un certain Antoine Rufenacht qui défend l’idée d’un Axe Seine enjeu national depuis … 1985. Le Grand Paris maritime imaginé par l’urbaniste Antoine Grumbach c’est Rufenacht tout comme la première idée d’un TGV normand annoncé par le président Sarkozy en avril 2009 qui, déjà travaillé au corps par le lobby havrais, déclarait en novembre 2008 devant l’assemblée générale des maires : « les Normandie tout le monde les aime mais pourquoi en faudrait-il deux ? » laissant accroire que le président Sarkozy avec les relais de Rufenacht au Havre et de Bruno Lemaire à la région Haute-Normandie ou au ministère de l’Agriculture, allaient se mobiliser pour enfin solutionner le cas d’école normand.

Au bilan de cette action qu’il faut bien évidemment nuancer :

l’Axe Seine et le Grand Paris Maritime

la Ligne Nouvelle Paris Normandie (projet heureusement corrigé grâce à la mobilisation des élus bas-normands et eurois)

le bassin laitier normand

la chambre régionale des comptes normande et peut-être, prochainement, le choix des ports normands pour les éoliennes marines…

Jusqu’au bout, le lobby havrais a eu l’oreille attentive de la Sarkozye (souvenirs d’enfance présidentielle du côté de Houlgate ?) Toute la question est de savoir si l’action du lobby havrais peut correspondre à la défense générale des intérêts de la Normandie, faute par exemple d’un inter-groupe d’élus normands organisant un lobby normand…





François HOLLANDE candidat PS à la présidence de la République :


Ne préjugeons de rien ! Le bilan normand de François Hollande qui se prépare à la magistrature suprême, n’est pas le bilan normand d’un Laurent Fabius qui avait, localement, grâce aux victoires de la gauche aux élections régionales de 2004 et municipales de 2008, toutes les cartes politiques en main pour résoudre enfin la question régionale normande en lançant la grande politique de coopération et de solidarité entre les deux régions administratives normandes que les forces vives normandes attendent de leurs vœux depuis des années.

Le magnifique succès populaire du festival « Normandie Impressionniste » en 2010 ne doit pas masquer l’échec de Laurent Fabius et des autres grands élus locaux normands du Parti socialiste sur des sujets stratégiques aussi essentiels pour l’avenir de notre région que la coopération métropolitaine entre Caen Rouen et Le Havre ou la présentation d’un projet régional normand pour justifier avec la Ligne Nouvelle Paris Normandie, la meilleure sortie ferroviaire de la région parisienne… Obnubilée par l’action du lobby havrais au cœur de la Sarkozye, la Fabiusie en a oublié la défense de la Normandie…

Mais Hollande n’est pas Fabius. Il s’est d’abord souvenu qu’il avait eu une enfance rouennaise et a souhaité finir à Rouen son parcours réussi dans les primaires socialistes de l’automne dernier : on se souviendra aussi qu’il fut fort mal reçu par une Fabiusie entièrement acquise à Martine Aubry… Il faut donc dorénavant bien comprendre, notamment du côté de Rouen, qu’Hollande n’est pas Fabius.

Hollande a-t-il compris l’enjeu national posé par la question normande ? Il n’en dit mot pour l’instant : esprit de synthèse es-tu là ?

Dans ses déplacements entre Rouen et Caen en décembre 2011, le candidat PS a évoqué l’urgence d’une « modernisation » ferroviaire en Normandie sans en dire davantage : manque d’ambition ? Le candidat a déçu d’autant que la tentation est forte du côté de la Fabiusie de remettre totalement à plat le dossier de la LNPN dans la perspective d’une procrastination de plus, à la grande fureur des Havrais et à l’inquiétude des élus bas-normands qui se sentent toujours marginalisés…

Hollande n’est pas Fabius. C’est une certitude. On la confirmera par le rôle joué en toute discrétion par l’excellent Bernard Cazeneuve, le député-maire PS de Cherbourg, porte parole du candidat qui n’a jamais fait mystère de son souhait d’agir pour la « réunification » de la Normandie pour en faire la grande région d’économie maritime qui manque à la France : ça tombe bien ! Dans un futur gouvernement socialiste, Bernard Cazeneuve pourrait être en charge de la « réindustrialisation » de la France.





Jean-Luc MELENCHON, candidat Front de Gauche à la présidence de la République :


Objectivement, on peut dire que Jean-Luc Mélenchon, ancien sénateur socialiste et ancien secrétaire d’état à l’enseignement professionnel, fait la meilleure campagne présidentielle tant sur la forme (un formidable tribun qui écrit ses discours et qui enchante les foules) que sur le fond (de solides références historiques et idéologiques sur le principe même de la République) : avouons que cela fait plaisir, intellectuellement et moralement, que le phénomène Mélanchon puisse encore exister même s’il faudra, dans l’isoloir, choisir entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité…

Jean-Luc Mélanchon évoque toutes les vraies questions de fond, notamment celle de la souveraineté économique et sociale du peuple français rassemblé par les valeurs républicaines de solidarité et d’égalité… Depuis peu, le candidat du Front de Gauche a mis du vert dans son verre de rouge pour intégrer au logiciel marxiste classique, les préoccupations écologistes sur l’urgence nécessité de mettre des bornes à la croissance illimitée… Mais du côté du Front de Gauche, on reste très attaché à la République de Robespierre, de Marat ou de Saint-Just alors que nous sommes ici plutôt attachés à la République de Charlotte Corday et des autres députés girondins ou « fédéralistes » guillotinés en 1793 pour avoir pensé trop tôt que la France ce n’est pas que Paris ! Un petit effort camarade pour abandonner, non pas le bonnet phrygien, mais la défroque jacobine (du nom du couvent de Saint Dominique de Paris, les ci-devant moines « chiens du Seigneur » garants du dogme de la Sainte Eglise catholique romaine, couvent où se réunissaient les révolutionnaires partisans d’une République absolue centrée sur Paris au nom de la défense de l’intérêt national…)

En effet, il faudra bien que le Front de Gauche s’intéresse davantage à la notion de Région sachant que les principaux tenants et soutiens du Front de Gauche en Normandie sont pour la réunification de la Normandie (Sébastien Jumel, le maire de Dieppe ou Pierre Mouraret, maire de Dives sur Mer et vice-président du CRBN) ou la vivent déjà (la CGT organisée en fédération normande depuis 1982).





Marine LE PEN, candidate du Front National à la présidence de la République:


Marine LE PEN voudrait sauver la France en la sortant de l’Europe : une mise au sec pour un grand carénage, une inspection générale de la coque nationale pour la débarrasser de toute présence de germes étrangers ou non participant de la pourriture générale… Que la France prenne l’eau c’est une chose mais nous retirer en nous-mêmes hors de l’Europe ou du Monde c’en est une autre. Les Français sont inquiets, à la fois, sur l’avenir du pays et sur leur avenir personnel : le pessimisme culturel ambiant conduit certains à vouloir savoir pourquoi nous serions moins français qu’avant. Voilà l’illusion dangereuse qui ne permet pas de répondre au problème véritablement posé par l’intégration de notre vieil état nation centralisé et autoritaire dans une Europe qui l’est finalement moins mais qui refuse surtout de protéger ses citoyens comme le ferait l’Etat providence ou des services publics à la française.

La question du protectionnisme est donc une bonne question mais doit-on y répondre en fantasmant avec nostalgie sur une France qui, finalement, n’a jamais existé ? Inutile de dire que la France du Front National est aussi massivement française qu’un socle de granite pouvant porter une statue de Jeanne d’Arc. Le fait régional et la présence d’identités régionales co-habitant et dialoguant avec l’identité nationale française est inadmissible pour un Front National parti à la recherche de la« francité » comme on part à la quête du Saint Graal.

La France du Front National est avant tout une caserne : les drapeaux aux blasons des provinces françaises que l’on voit brandis par des militants extrêmes dans leur nostalgie ne sont qu’illusions. Au-delà d’un folklore historique qui n’a jamais existé, les identités régionales françaises existent dans leur diversité culturelle et linguistique… Pour des raisons folkloriques, le Front National est certainement pour la réunification de la Normandie (même si Marine Le Pen n’a strictement rien dit sur la Normandie lors de son meeting à Rouen) mais pas sûr qu’il soit favorable à l’émergence d’un pouvoir régional normand dans une France décentralisée… puisque le Front National remet en cause l'acquis de 30 années de décentralisation sous prétexte de lutter contre les soi-disant gaspillages des collectivités territoriales.





François BAYROU, candidat du Modem à la présidence de la République:


En lien avec ses amis centristes de l’association pour la réunification dela Normandie, François Bayrou s’est clairement positionné en faveur de la réunification dela Normandie (ainsi que celle dela Bretagne d’ailleurs). Bayrou se définit lui-même d’ailleurs comme un républicain « girondin » paysan du Sud –Ouest, fier de son identité béarnaise…

Concernant la Normandie, c’est Pierre Albertini, l’ancien maire de Rouen qui prépare les notes à partir desquelles François Bayrou écrit lui-même ses discours (un point commun avec Jean-Luc Mélanchon) : on connaît l’opinion plus que favorable de Pierre Albertini quant à l’idée d’unité normande. Pourtant, les représentants du Modem en Normandie ne sont finalement pas si au clair (au fait ?) de la question : le cas de Rodolphe Thomas par exemple, maire Modem d’Hérouville St Clair et vice-président de l’agglomération de Caen qui affirme être favorable à l’idée d’unité normande tout en refusant une coopération portuaire et maritime entre Caen et Le Havre… Etrange ! Il en va de même de François Bayrou lui-même : être à la fois favorable à l’émergence d’une vraie France des Régions tout en refusant la création d’un département « Pays basque » : cherchez l’erreur !





Eva JOLY, candidate Europe Ecologie Les Verts à la présidence de la République:


S’il y a un parti sur l’échiquier politique français qui assume totalement la refondation politique d’une France démocratique régionalisée c’est bien Europe Ecologie Les Verts qui se veulent les promoteurs du « vivre et travailler au pays » prenant au mot la célèbre injonction toujours à accomplir d’un certain Michel Rocard en 1966 : « il faut décoloniser la Province ».

Sans complexe, les militants écologistes ont participé depuis les années 1970 à la renaissance politique des identités régionales en France sur le mode d’une saine contestation anti-autoritaire de la France des préfets (on pensera à la mobilisation du Larzac contre l’armée ou de Plogoff contre le nucléaire). Dans les régions françaises ayant une forte identité linguistique (en Bretagne ou au Pays basque) les militants écologistes font alliance avec les militants régionalistes respectant le cadre républicain et démocratique (par exemple, l’alliance entre EELV et l’Union Démocratique Bretonne aux élections régionales de 2004).

Et en Normandie, qu’en est-il ? Les écologistes sont présents dans les majorités régionales de gauche qui co-gèrent la division normande : ils apportent un certain renouvellement des idées et des problématiques notamment en matière d’aménagement du territoire. Quant à l’idée de « réunification » de la Normandie, bien sûr qu’ils sont pour au point de proposer en 2010, lors des dernières élections régionales, la campagne électorale la plus stimulante pour penser l’avenir de la Normandie (on se souviendra d’une passionnante conférence du géographe rouennais Michel Bussi donnée à cette occasion…).

Voilà donc pour les idées et les beaux principes… Mais du côté de la mise en pratique, nous ne cacherons pas notre dépit ! Le projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie flingué et vidé de son contenu par des élus normands d’Europe Ecologie Les Verts plaquant leur regard critique du modèle français du tout TGV sur les réalités originales et spécifiques du projet normand, est en sursis aujourd’hui. On avait pourtant là une occasion historique d’expliquer à un vaste public l’intérêt de l’unité normande pour un développement du rail et durable : les militants écologistes en ont été les plus furieux fossoyeurs !





Nicolas DUPONT-AIGNAN, candidat de Debout la République à la présidence de la République:


Ce candidat qui se dit véritablement gaulliste pose, lui aussi, la grande question de la souveraineté d’un vieil état nation centralisé et intégré dans une Europe ouverte à tous les vents de la mondialisation néo-libérale. Nous ne savons pas si, en dehors de la Lorraine, et de sa croix qui symbolisa la Résistance française contre l’occupant allemand et fasciste, ce candidat s’intéresse davantage à la question de la décentralisation et de la régionalisation.





Nathalie ARTHAUD, candidate de Force Ouvrière à la présidence de la République:


On ne sait pas ce que Nathalie Artaud pense de la question régionale en France : illusions petites bourgeoises pourrait-elle dire… Mais en attendant le Grand soir ou que les travailleurs se révoltent massivement contre le patronat, les travailleurs de la Normandie basse ou de la Normandie pas si haute que cela sont moins bien payés que d’autres. Le désert médical rural qui progresse, le déclin industriel et métropolitain normand ou l’émigration massive des jeunes diplômés normands attendent des solutions urgentes ! Pas le temps d’attendre la Révolution…





Philippe POUTOU, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste à la présidence de la République:


Voir ci-dessus...





Jacques CHEMINADE, candidat de Jacques Cheminade à la présidence de la République:


Le débarquement du Six Juin 1944 est un complot américano-sioniste et la Réunification de la Normandie est à faire sur la planète Mars … MDR !!!

Source :arrow: Paris-normandie.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum