À la découverte de Bayeux la médiévale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

À la découverte de Bayeux la médiévale

Message par Virginie le Lun 2 Avr 2012 - 7:57

Patrimoine. À la découverte de Bayeux la médiévale
:arrow: Côté Caen.fr

Bayeux est célèbre pour sa tapisserie classée par l’Unesco, qui retrace la conquête de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant. La cité abrite également la cathédrale Notre-Dame.



Capitale du Bessin, située à 30 kilomètres à l’ouest de Caen et à deux pas des plages du Débarquement, Bayeux a été la première ville que l’opération Overlord a libérée.
Mais cette commune de 13 000 habitants n’a pas attendu la Seconde Guerre mondiale pour faire parler d’elle. Cette cité fut en effet fondée à l’époque gallo-romaine, il y a 2 000 ans ! Et elle est l’une des rares en Normandie à être restée intacte après les combats de la Bataille de Normandie, conservant ainsi un riche patrimoine architectural et culturel.

La cathédrale, un chef d’œuvre d’architecture

De nos jours, elle doit sa renommée à sa fameuse tapisserie qui raconte la conquête de l’Angleterre par le duc Guillaume. Cette broderie longue de 68 mètres a une valeur documentaire inestimable pour la connaissance du XIe siècle normand et anglais. Depuis 2007, elle est inscrite au registre Mémoire du monde par l’Unesco.


Le patrimoine bayeusain peut aussi s’enorgueillir de la cathédrale Notre-Dame. Ce chef d’œuvre de l’architecture romane et gothique a été consacrée le 14 juillet 1077 et fait partie intégrante d’un ensemble épiscopal remarquablement préservé. C’est pour elle que fut réalisée la célèbre tapisserie.


La vieille ville, notamment les bâtiments qui longent l’Aure, vaut également le coup d’œil. Avec ses nombreux recoins, vieilles pierres et portes, et son moulin à eau, elle offre une agréable balade.
Mathieu Girard
Pratique.
Le musée de la Tapisserie de Bayeux, situé 13 rue de Nesmond,
est ouvert tous les jours de 9h à 17h45. Tarifs : de 3,80 à 7,80 euros. Tél : 02 31 51 25 58.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

La plus ancienne cloche à inscription conservée en France est à Bayeux

Message par Virginie le Ven 6 Avr 2012 - 22:16

La plus ancienne cloche à inscription conservée en France est à Bayeux


On doit sa conservation à deux érudits bayeusains du XIXe siècle, éminents membres de la Société française d'archéologie : Arcisse de Caumont et Georges Villers.


La cloche est un des symboles de la fête de Pâques et les collections du musée Baron Gérard peuvent s'enorgueillir de posséder la plus ancienne cloche à inscription conservée en France : la cloche de Fontenailles.

Fondue en 1202, elle est dite “de Fontenailles”, nom du hameau situé sur la commune de Longues-sur-mer, et provient de son église paroissiale dont il ne reste plus aujourd'hui que le clocher.

Avant d'entrer au musée en 1859, elle a connu bien des péripéties...

Vraisemblablement fondue pour l'abbaye de Longues au début du XIIIe siècle, elle porte, sous la forme d'un bandeau placé dans sa partie supérieure, l'inscription coulée en relief : “? XVXRXIPAT MCCII”, que l'on peut restituer ainsi : “? Christus Vincit, Christus Regnat, Christus ImPerAT, 1202” (“? Christ est vainqueur, Christ règne, Christ commande, 1202”).

Cette formule constitue les premiers mots des laudes gallicanes que l'on récite, à partir du VIIIe siècle, pour les fêtes religieuses de Noël, de Pâques ou de Pentecôte, ou encore pour l'anniversaire d'un évêque, la consécration d'une église ou le couronnement impérial. On trouve l'expression à partir du XIIe siècle sur des monnaies, mais ce n'est qu'à partir du XIIIe siècle qu'elle commence à apparaître sur des cloches.

En 1781, notre cloche est déplacée dans la petite église de Fontenailles, qui dépendait de l'abbaye de Longues, et dans laquelle deux autres cloches étaient déjà installées. Elles rythment alors la vie de la paroisse, appelant à la prière et accompagnant la célébration des offices, les joies et les peines. Le nombre de cloches utilisé et le type de sonneries sont un véritable langage qui donne à la population diverses informations sur les événements religieux ou de tous les jours. Elles permettent de connaître l'heure et sont aussi une alerte pour rassembler les habitants en cas d'incendie, d'arrivée d'ennemis, d'orage et de toutes sortes de périls.

Durant la période révolutionnaire, plus de 100 000 cloches sont fondues pour être transformées en monnaies ou en canons. C'est ce qui arrive aux deux soeurs de notre doyenne, qui, elle, garde la vie sauve en raison de son poids de 230 kilos, jugé trop médiocre.

En 1858, le mauvais état du beffroi entraîne sa chute, qui provoque une fêlure altérant le son naguère harmonieux de l'instrument. Georges Villers tente alors de la sauver de la refonte en alertant le public et en ouvrant une souscription pour rassembler les fonds nécessaires à son rachat.

C'est chose faite en 1859 et notre vénérable cloche entre ainsi dans les collections du musée.


:arrow: La Manche Libre
Publié par F.O le 06/04/2012
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum