Cotentin-Maine, une ligne électrique sous très haute tension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

100 manifestants dévissent un pylône haute tension

Message par Steinn le Dim 26 Sep 2010 - 7:57

Une centaine de militants ont manifesté ce samedi après-midi à Isigny-le-Buat (Manche) et plus particulièrement dans un champ du Mesnil-Thébault, commune associée. Ils ont symboliquement dévissé trois boulons d’un pylône à haute-tension. Les gendarmes, une trentaine, présents ne sont pas intervenus. Les manifestants entendaient, par cet acte de désobéissance, répondre de façon symbolique mais concrète à : « la violence avec laquelle la déclaration d’utilité publique de la ligne très haute tension Normandie-Maine, a été prise, au mépris des élus comme de la population et des commissaires enquêteurs ».

Source :lien: http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-100-manifestants-30-gendarmes-et-3-boulons-devisses-au-Mesnil-Thebault-sur-un-pylone-a-tres-haute-tension_42314-1524716-pere-bno_filDMA.Htm
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine

Message par Virginie le Mar 17 Jan 2012 - 22:39

Normandie : une ligne à très haute tension qui fait des étincelles

La construction de la ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine, qui doit notamment acheminer l'électricité produite par le réacteur EPR en construction à Flamanville (Manche), a démarré, malgré des recours devant le Conseil d'Etat, a indiqué ce mardi 17 janvier RTE, filiale d'EDF.

"Les travaux d'aménagement des accès ont démarré fin décembre. Là, nous sommes dans les fondations des pylônes. Le premier pylône va être levé aux alentours du 15 février", a expliqué à l'AFP Jean-Michel Ehlinger, directeur de l'aménagement de la ligne THT chez RTE, la filiale d'EDF qui gère les lignes.

Avec un budget de 350 millions d'euros, 163 km de lignes, 420 pylônes, jusqu'à 40 entreprises et 800 à 900 salariés mobilisés au plus fort de l'activité, il s'agit d'"un des plus gros chantiers", si ce n'est le plus gros, jamais mené par RTE (Réseau transport d'électricité), selon M. Ehlinger.

Une quarantaine de chantiers sont en cours dans trois des départements concernés (Manche, Calvados, Mayenne). Le permis de construire est imminent en Ille-et-Vilaine, selon RTE.

Pour la ligne Cotentin-Maine, RTE proposait, pour la première fois en France, de racheter les maisons des riverains se trouvant dans la bande des 100 mètres de part et d'autre de la THT. Sur 135 habitations concernées, une soixantaine ont été rachetées ou sont en cours de rachat, pour des montants de 20/25.000 euros à 700.000 euros (pour un petit manoir), selon RTE.

"85% des propriétaires concernés par les pylônes ou les surplombs ont signé un accord à l'amiable. Dans les 15% restant, il y a ceux qui ne veulent pas, ceux qu'on ne trouve pas, ou des terrains en cours de remembrement", a souligné M. Ehlinger. En cas de refus, une mise en servitude est de toute façon décidée par le préfet.

Pour Jean-Claude Bossard, maire du Chesfrene (Manche), coordinateur interrégional d'un collectif d'élus opposés à la THT, ces chiffres sont faux.

"Depuis l'automne, j'ai trois à quatre appels par semaine de gens qui veulent savoir comment réagir face aux pressions de RTE pour les faire signer", a affirmé l'ancien candidat Europe Ecologie-Les Verts (EELV) aux élections régionales. RTE dément toute pression.

Une retraitée de Saint-Martin d'Aubigny (Manche) a porté plainte contre RTE pour extorsion de signature à personne vulnérable et une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet d'Alençon, selon le parquet.

Après de multiples et vains recours en justice, la THT fait encore l'objet de six recours devant le Conseil d'Etat, selon RTE. L'un d'entre eux a été déposé par le député UMP Pierre Méhaignerie au nom de la communauté de communes de Vitré (Ille-et-Vilaine) que préside l'ancien garde des Sceaux.

Les opposants à la THT réclament une étude épidémiologique sur les effets sur la santé des ondes émises par ses lignes, avant sa mise en service prévue fin 2012.

M. Bossard a annoncé d'autres recours dans les prochains jours contre les permis de construire, devant le tribunal administratif de Caen

:arrow: Paris Normandie
17/01/12
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Cotentin-Maine, une ligne électrique sous très haute tension

Message par Virginie le Mar 6 Mar 2012 - 21:11

Cotentin-Maine, une ligne électrique sous très haute tension



MANCHE, ENVOYÉE SPÉCIALE - A perte de vue, ce sont des champs délicatement vallonnés, des vaches et moutons qui pâturent paisiblement, et de coquettes maisons aux toitures en ardoises et façades de pierres. Mais en plein cœur du bocage normand, des pelleteuses et foreuses sont aussi à pied d'œuvre, depuis plus de deux mois, sur une centaine de chantiers. Car le massif armoricain va accueillir, à partir de début 2013, la ligne à très haute tension (THT) Cotentin-Maine, qui doit relier le futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville au réseau électrique national.
Avec 414 pylônes et 163 km de ligne courant sur 64 communes de quatre départements (Calvados, Normandie, Ille-et-Vilaine et Mayenne), le chantier pour acheminer ces deux circuits de 400 000 volts est colossal, mobilisant 40 entreprises, jusqu'à 900 salariés au plus fort de l'activité, pour un budget global de 350 millions d'euros.

la suite de l'article ici : :arrow: Le Monde
06/03/2012

extraits :

"BALAFRE" SUPPLÉMENTAIRE

Les adversaires au projet, RTE les connaît bien. Le combat qui oppose certains riverains au distributeur d'électricité ne remonte pas à hier : dès son lancement, en 2006, la ligne THT a été mal reçue. Pourtant, ce n'est pas faute pour RTE d'avoir redoublé d'arguments : au-delà d'acheminer l'électricité du futur EPR, dont la mise en service est prévue en 2016 – avec quatre ans de retard –, "la ligne THT raccordera aussi au réseau les éoliennes offshore en construction en Bretagne, sécurisera l'alimentation du grand Ouest, connu pour sa fragilité en cas de grand froid, et enfin anticipera l'augmentation régulière de la consommation", égrenne le directeur du projet, Philippe Rémy, tout en assurant que le groupe a mené 4 000 réunions de concertation en six ans.

Mais rien n'y fait, le scepticisme reste de mise dans la région. Elle semble bien loin, l'époque où l'arrivée d'un pylône, symbole du rattachement au réseau électrique, était fêté dans les campagnes, et où l'annonce de nouvelles infrastructures nucléaires dans la région (deux réacteurs, le futur EPR, un centre de retraitement des déchets) était perçue comme une garantie de développement économique. Aujourd'hui, les habitants voient dans le projet une "balafre" de plus dans un paysage déjà meurtri par deux autres lignes de 400 000 volts, une de 225 000 V et huit de 90 000 V.

CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES ET SANITAIRES

"On craint les conséquences économiques, en raison de la dévaluation immobilière et de la perte d'attractivité touristique, livre Jean-Claude Bossard, maire du Chefresne, qui refuse de voir son village de 310 âmes, au centre de la Manche, hérissé de six imposants pylônes – entre 45 et 65 mètres de hauteur. Mais ce qui nous inquiète le plus, ce sont les conséquences sur la santé pour les hommes et les animaux, d'autant que la Normandie est une région au sol humide, qui favorise la circulation de l'électricité."

Depuis trente ans qu'il est traversé de nord en sud par une ligne de 400 000 volts, le Cotentin foisonne en effet de témoignages autour de la nocivité supposée des lignes électriques. En cause : les champs magnétiques de fréquence extrêmement basse (50 Hz), générés par le passage du courant dans les câbles, qui ont ont été classés "cancérogènes possibles pour l'homme" en 2002 par l'Organisation mondiale de la santé. Si aucun lien de causalité n'a pu être prouvé entre l'exposition à une ligne THT et l'augmentation des cas de leucémie infantile observée, les riverains se plaignent régulièrement de stress, nervosité, irritabilité et insomnies.

"ARROSAGE" DES COMMUNES

A l'issue d'un marathon administratif de cinq ans, c'est l'argent de RTE qui a achevé de convaincre les plus récalcitrants. L'entreprise a d'abord déboursé 20 millions d'euros au titre du plan d'accompagnement du projet (PAP), de l'argent versé aux communes pour qu'elles puissent mener des projets en contrepartie du passage de la ligne sur leur territoire. L'effet persuasif est immédiat : sur les 35 communes qui étaient fermement opposées à la ligne, seules cinq ont refusé le PAP et continuent aujourd'hui à résister – le Chefresne, Chèvreville, Buais, Boisyvon et Heussé.

AIDES AUX AGRICULTEURS

Mais ceux que RTE choie le plus, ce sont les agriculteurs. Alors que les lignes passent le plus souvent au-dessus de leurs champs, il est fréquent qu'il y ait des problèmes. C'est le cas de Thierry Charuel et Dominique Vauprès, deux éleveurs situés dans la commune d'Isigny-le-Buat, tout près de l'un des pylônes de la ligne de 400 000 volts existante. "Depuis que je me suis installé ici, mes 60 vaches laitières sont stressées et ont développé 150 à 200 cas de mammites par an, alors que la norme est de 30. Le lait, de mauvaise qualité, nous est payé moins cher, témoigne Thierry Charuel, sous le regard approbateur de son voisin, affecté par les mêmes problèmes. Entre les frais vétérinaires et d'antibiotiques et le manque à gagner sur le lait, mes pertes s'élèvent à 20 000 euros par an."
Seulement, jusqu'à il y a quelques années, ces frais n'ont pas été à la charge des agriculteurs mais... de RTE. L'entreprise a en effet créé, en 1999, le Groupe permanent de sécurité électrique (GPSE), destiné à résoudre "un certain nombre de problèmes pathologiques vétérinaires pouvant être liés aux manifestations électriques", comme l'indique son site Internet. "On a appelé RTE, qui nous a proposé de souscrire le protocole et de signer une clause de confidentialité. Des agents ont alors réalisé des travaux dans nos installations, et ont pris en charge différents frais, comme les dépenses vétérinaires ou le contrôle de la performance du troupeau. Nos résultats se sont un peu améliorés, mais restent néanmoins inférieurs à la moyenne", raconte Dominique Vauprès.

Au total, ce sont des "centaines de milliers d'euros" indirectement versés par RTE pour chaque agriculteur pendant plusieurs années. "Pourquoi nous ont-ils donné autant d'argent s'ils ne se sentent pas responsables ?", s'interrogent les deux éleveurs qui, après avoir résilié le protocole, comptent porter plainte contre l'entreprise, qui selon eux, "maintient sous perfusion beaucoup d'agriculteurs en échange de leur silence"...

RECOURS DEVANT LE CONSEIL D'ÉTAT

Aujourd'hui, avec le début des travaux de la ligne Cotentin-Maine, le mouvement d'opposition s'est certes durci, mais aussi essouflé, reconnaissent les associations de riverains. "Beaucoup d'habitants pensent qu'il ne sert plus à rien de se battre, puisque RTE nous a prouvé qu'elle avait de l'argent pour acheter tout le monde", regrette Géraldine Tallec, vice-présidente de l'association Percy-sous-tension.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Manche : des opposants à la THT s'attachent dans les arbres...!!!

Message par JPL27 le Ven 30 Mar 2012 - 10:16

Dès 6 heures du matin ce jeudi 29 mars 2012, les habitants du Chefresne, commune du centre Manche non loin de Percy, ont vu arriver une escouade de gardes mobiles.... l'article ici...
avatar
JPL27


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cotentin-Maine, une ligne électrique sous très haute tension

Message par Virginie le Ven 11 Mai 2012 - 8:43

THT : la mortalité des veaux de Gilles Hébert

:arrow: lamanchelibre.fr
Publié par F.C le 10/05/12

La construction en cours de la ligne à très haute tension Cotentin-Maine continue de susciter de fortes résistances.

A l’occasion de l’entrée en fonctions, le 1er juin 2011, de Philippe Rémy, nouveau directeur du projet de ligne THT Cotentin-Maine, RTE, son maître d’ouvrage, vantait la bonne ambiance qui selon lui accompagne l’évolution de ce projet.

Ainsi, l’équipe en charge du projet "allait continuer à oeuvrer pour que la construction de cette ligne se déroule dans un esprit d’écoute, de dialogue et de concertation, dans le respect de chacun." Des propos qui résonnent aujourd’hui d’une façon ironique au vu de l’attitude de RTE à l’égard aussi bien des élus que des riverains de l a future ligne THT.

Une forte mortalité des veaux

Le Conseil général de la Manche attend toujours que l’étude épidémiologique sur les effets de la THT sur la santé humaine et animale soit engagée. Une demande, exprimée et votée à l’unanimité, qui devait être satisfaite avant que les travaux de construction de la ligne ne commencent… De son côté, la commission d’enquête publique avait assorti son avis favorable concernant le projet de ligne aérienne THT, de la levée de certaines réserves, dont l’une portait sur la réalisation de la fameuse étude.

A ce propos, Gilles Hébert, un producteur laitier de Planquery, dans le Calvados, continue à croiser le fer par tribunal interposé avec RTE à cause des graves problèmes sanitaires que rencontre son cheptel, sous forme de mammites et de fortes mortalités des veaux. Précision : une ligne THT de 400.000 volts passe à 150 mètres de ses bâtiments d’élevage.

De mystérieux randonneurs

Sur le terrain, la décision de RTE d’achever coûte que coûte la ligne THT d’ici à la fin de cette année apparaît peu en accord avec sa volonté affichée de dialogue et d’écoute. C’est pourquoi elle se heurte à de fortes résistances. En Mayenne comme dans le sud- Manche, la perspective de voir les paysages balafrés par la ligne, qui aurait pu être enfouie, et ses pylônes a conduit de mystérieux "randonneurs" à organiser des opérations de déboulonnage, mais aussi de blocage de chantier, comme en avril dernier à Fleury, près de Villedieu-les-Poêles.

Parfois, des actions prennent un tour particulièrement spectaculaire. Au Chefresne, commune du centre-Manche proche de Percy, depuis plus de sept semaines maintenant, RTE est empêché d’effectuer des travaux préparatoires au passage de la ligne. Le bois qu’elle doit traverser est investi par des opposants qui se relaient pour l’occuper, en s’installant en haut des arbres. Propriétaire du bois et maire de la commune, Jean-Claude Bossard observe que cette action suscite un mouvement de soutien et prend même une tournure festive. Mais il redoute que les occupants des arbres ne soient délogés une fois les élections passées...
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cotentin-Maine, une ligne électrique sous très haute tension

Message par Virginie le Ven 14 Sep 2012 - 7:44

Ligne à très haute tension de l'EPR: RTE (EDF) condamné à arrêter des travaux

:arrow: paris-normandie.fr

CAEN, 13 sept 2012 (AFP) - La société RTE, filiale d'EDF, a été condamnée jeudi en référé à Coutances (Manche) à cesser sur la parcelle d'un agriculteur, placé en garde à vue en juillet, les travaux de construction de la ligne à très haute tension (THT) liée au réacteur EPR en chantier à Flamanville (Manche).

"RTE a commis une voie de fait en n'ayant pas obtenu un arrêté préfectoral d'occupation temporaire de la propriété et en entrant sur la propriété sans avoir obtenu l'accord préalable des propriétaires et à défaut l'autorisation d'un juge", a dit à l'AFP Eric Minnegheer, juge des référés à Coutances.

Le juge était saisi par les propriétaires des terres Sylvie Hubert et Yves Larsonneur, qui avaient passé une dizaine d'heures en garde à vue le 31 juillet pour avoir "bloqué physiquement un chantier déclaré d'utilité publique", selon la préfecture de la Manche. M. Larsonneur dit avoir juste labouré son champ.

M. Minnegheer, qui est aussi président du tribunal de grande instance de Coutances, a ordonné à RTE de quitter les lieux et d'arrêter les travaux sur cette exploitation située à Montabot (Manche), sous peine d'une astreinte de 5.000 euros par jour de retard.

RTE a fini de construire deux pylônes sur cette exploitation mais doit encore installer les câbles.

La THT dite Cotentin Maine, qui doit sur 163 km acheminer l'électricité du futur réacteur EPR de Flamanville, doit entrer en service en 2013. Elle est vivement contestée car des soupçons pèsent sur les répercussions des THT sur la santé.
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum