Énigme n°95 - Georges-René Le Pelley

Aller en bas

Énigme n°95 - Georges-René Le Pelley

Message par Steinn le Mar 31 Jan 2012 - 11:48

Qui est représenté sur cette statue ? Où peut-on la voir ?



Dernière édition par Steinn le Mar 31 Jan 2012 - 19:55, édité 1 fois
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Énigme n°95 - Georges-René Le Pelley

Message par Asulf le Mar 31 Jan 2012 - 16:27

il s'agit de Georges-René Le Pelley, seigneur de Pléville, la statue est à Granville, sa ville natale
avatar
Asulf


Revenir en haut Aller en bas

Re: Énigme n°95 - Georges-René Le Pelley

Message par Steinn le Mar 31 Jan 2012 - 19:55


Bravo Asulf !

Après bien des combats en mer, le rebelle granvillais
à la jambe de bois est devenu ministre de la Marine.
Ado, Georges-René n’aime que la mer. Sa famille, membre de la bourgeoisie granvillaise, le destine à l’Église. Alors qu’il vient de perdre son père, elle l’autorise du bout des lèvres à embarquer comme mousse à bord du Taurigny pour aller pêcher la morue en Gaspésie. De retour à Granville, « on me parla encore de séminaire », écrit-il dans les Mémoires d’un marin granvillais. Georges-René file au Havre, embarque à bord du Ville-de-Québec. Mais se révolte contre le capitaine, « un barbare ». Mis aux arrêts, le marin réussit à s’échapper. Après cinquante jours d’errance à travers le Québec, il est recueilli par les Dubuisson, des émigrés normands. À 18 ans, en pleine guerre francoanglaise, l’intrépide Pléville s’engage à bord de La Françoise du Lac. « Un boulet nous arrive, me coupe la jambe droite… La scie fut employée. L’opération fut cruelle. » De nouveau prisonnier de guerre, il s’échappe des geôles anglaises. Puis, retourne au combat. Et ricane « d’un boulet qui s’est trompé. Il n’a donné de besogne qu’au charpentier… » La jambe de bois est à changer. Capitaine de port à la Martinique puis à Marseille où son sang-froid lui permet de sauver un navire anglais battu par la tempête, il part combattre pour l’indépendance américaine aux côtés de l’amiral d’Estaing. Arrive la Révolution française. Le Directoire nomme ministre de la Marine et des Colonies ce travailleur acharné connu pour ses idées républicaines. Il y restera du 15 juillet 1797 au 27 avril 1798. Son opposition à l’expédition d’Égypte lui vaut de démissionner. Durant la fin de sa vie, Pléville Le Pelley sera couvert d’honneurs. Le rebelle granvillais meurt sénateur nommé par Napoléon et Grand Officier de la Légion d’honneur.

Source :arrow: Illustres-normands.crbn.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum