Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Steinn le Ven 6 Jan 2012 - 9:42


PETROPLUS : PASSAGE OBLIGÉ DES CANDIDATS

François Hollande jeudi, Jean-Luc Mélanchon et Hervé Morin vendredi, Nathalie Arthaud plus tard, Nicolas Dupont-Aignan et Philippe Poutou plus tôt : la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne devient le point de passage obligé des candidats à l’élection présidentielle. C’est que, bien avant l’arrêt de la production, l’intersyndicale (CGT-CFDT-CFE-CGC) avait appelé tous les candidats à l’élection présidentielle à venir s’exprimer devant les salariés, “à part Le Pen, qu’on ne veut pas voir ici”, a précisé au Monde Yvon Scornet (CGT). Ne manque que Nicolas Sarkozy. Revue de liens pour revivre les événements de ces derniers jours, et comprendre les enjeux.

Source :arrow: Grand Rouen



Dernière édition par Steinn le Jeu 12 Jan 2012 - 7:46, édité 1 fois
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Steinn le Ven 6 Jan 2012 - 9:58


Petroplus : le PDG cherche une "solution alternative"

Le PDG de Petroplus, Jean-Paul Vettier, a indiqué jeudi chercher une "solution alternative" auprès de sociétés pouvant fournir "le produit et les lignes de crédit", alors que son entreprise qui doit fermer temporairement trois sites de raffinage dont celui de Petit-Couronne.

:arrow: Bfmtv.com

avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Steinn le Jeu 12 Jan 2012 - 7:44


Petroplus : un accord synonyme de répit

Aujourd'hui à 07h05

- Le raffineur en difficultés Petroplus a obtenu un peu de répit de ses créanciers, avec la signature hier soir d'une "entente provisoire" avec ses prêteurs dans le cadre de sa facilité de crédit renouvelable.

Cet accord prévoit de fournir les ressources financières nécessaires pour couvrir les dépenses essentielles, maintenir une exploitation sûre et continue des raffineries de Coryton et d'Ingolstadt et permettre à la société et à ses prêteurs de négocier un amendement à la facilité de crédit qui devrait être conclue au cours de la deuxième quinzaine de janvier 2012.

La société a également annoncé être en pourparler avec une tierce partie pour l'approvisionnement en pétrole brut et en matière première des raffineries de Coryton et d'Ingolstadt.

Petroplus précise que les raffineries de Petit-Couronne et d'Anvers ont été arrêtées "en toute sécurité", comme prévu, mais que les actions ouvrières à Petit-Couronne continuent de bloquer l'expédition des produits finis. La raffinerie de Cressier devrait écouler ses stocks de brut et entreprendre une mise à l'arrêt sûre la semaine prochaine.

Source :arrow: Boursier.com

avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Steinn le Mer 25 Jan 2012 - 18:48


Salaires impayés pour les employés de Pétroplus

Petroplus n’a pas payé les salaires de janvier. Selon plusieurs sources, les employés de la raffinerie de Cressier ont pourtant reçu une fiche de paie. Mais, rien n’a encore été versé sur leur compte.

La secrétaire du syndicat Unia Neuchâtel, Catherine Laubscher, précise que ce n'est pas rare qu'une entreprise en difficulté ait quelques retards dans les paiements. Et selon elle, tant que le mois n'est pas achevé, on ne peut pas formellement parler de salaires impayés.
Pour le conseiller d’Etat Thierry Grosjean, les salaires impayés ne constituent pas une surprise. Les avoirs de Petroplus ont été gelés dès le moment où le groupe a demandé le sursis concordataire, mardi. Le conseiller d'Etat espère que les salaires seront payés d'ici jeudi.



L’affaire Petroplus a rebondi mercredi au Grand Conseil. Les groupes socialiste et PopVertSol ont interpellé le Conseil d’Etat sur sa stratégie pour l’emploi. Ils ont l’impression que le Gouvernement agit toujours avec un temps de retard et ne fait que limiter les dégâts lorsqu’une entreprise ferme ses portes. Le cas de Petroplus est un exemple parmi d’autres, selon les députés de gauche.

De son côté, Thierry Grosjean soutient que le Canton fait tout son possible pour maintenir et développer les emplois. /jha-mvr

Source :arrow: rtn.ch
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Steinn le Ven 27 Jan 2012 - 8:16


Petroplus : soupçons de faillite frauduleuse, la police enquête


Une enquête préliminaire pour faillite frauduleuse est ouverte concernant la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime). Le raffineur suisse a pour sa part démenti ces allégations.

La police a ouvert une enquête préliminaire en France à l'encontre du groupe suisse Petroplus soupçonné de faillite frauduleuse à la suite de la vente de sa raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime). La procédure, ouverte par le parquet de Nanterre (Hauts-de-Seine) et confiée à la Brigade financière, repose sur des soupçons portant sur la filiale française basée dans les Hauts-de-Seine, a-t-on ajouté, confirmant une information d'Europe 1. La police a perquisitionné mercredi au siège de cette filiale, dans le quartier d'affaires de la Défense, et à la Deutsche Bank à Paris, où elle a ses comptes bancaires, ajoute-t-on. La maison-mère est soupçonnée d'avoir ponctionné les comptes de la filiale française.

De son côté, le raffineur a démenti en déclarant dans un communiqué : "Petroplus Holding réfute (...) toutes les allégations de faillite frauduleuse en France". Il a également détaillé des mouvements de fonds sur les comptes de sa société en France. "A l'ouverture des affaires le 23 janvier 2012, le total des soldes sur les comptes bancaires détenus par la filiale française de Petroplus, Petroplus Marketing France SAS, à la Deutsche Bank était de 124 millions d'euros et de 59 millions de dollars", explique-t-il. "Durant cette journée, la Deutsche Bank, l'un des prêteurs de la facilité de crédit renouvelable (FCR), a retiré 122 millions d'euros et 59 millions de dollars de la somme qui était détenue sur des comptes" en rapport avec "la FCR", précise Petroplus, sans indiquer où est désormais l'argent. "Aucune entité juridique de Petroplus n'a donné d'instruction ni pris de mesure pour transférer ces fonds de ces comptes français", souligne l'exploitant de raffineries.

Incapable de faire face à des engagements financiers de 1,75 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) faute d'accord avec ses banques, Petroplus a annoncé mardi le déclenchement d'une procédure d'insolvabilité. Cette annonce menace plus de 2.000 emplois en Europe.

Il a lancé par ailleurs la semaine dernière un processus de vente de son site français de Petit-Couronne, qui emploie 550 personnes, et a fait savoir qu'il examinait des "alternatives stratégiques" pour ses raffineries d'Anvers, en Belgique, et de Cressier, en Suisse.

Le gouvernement français dit chercher un repreneur pour la raffinerie normande, et les salariés menacent de mener des actions violentes si rien n'est fait pour sauver leur emploi.

L'opération de revente s'annonce compliquée dans un contexte de diminution du nombre de raffineries en fonction, Petit-Couronne étant qui plus est considérée comme une des moins profitables de France par les experts du secteur.

Comme les autres raffineries françaises, le site produit principalement de l'essence, alors que trois quarts des automobilistes français utilisent du diesel.

Source :arrow: Latribune.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Steinn le Jeu 8 Mar 2012 - 16:27


Petroplus, toujours dans l’attente de fonds

Les sommes promises par les pouvoirs publics pour réaliser les travaux indispensables à un redémarrage de la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime) tardent à venir.

C’est un homme épuisé par des semaines de lutte qui confirme par téléphone la validation, hier, par le comité d’entreprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, de l’offre de Shell de relance provisoire de l’activité. « Bien sûr que nous avons validé, nous y avions tout intérêt », commente Yvon Scornet porte-parole CGT de l’intersyndicale (CGT, CFDT, CFE-CGC). « Il manque cependant encore divers documents de l’État pour que soient débloqués les 20 millions d’euros actuellement placés sur un compte de la Caisse des dépôts », poursuit le syndicaliste.

Ces fonds doivent servir à la remise en état de l’équipement, à l’arrêt depuis la fin du mois de janvier. « En particulier, nous avons un catalyseur à changer et les tubes d’un de nos fours doivent absolument être remplacés, mais les entreprises qui doivent effectuer les travaux exigent des garanties et souvent d’être payées à hauteur de 50 % avant d’effectuer tout travail », précise encore Yvon Scornet, dans l’espoir de redémarrer le raffinage en mai : « Il faut redémarrer au plus vite, chaque semaine qui passe représente un manque à gagner de deux millions et demi d’euros, et de toute façon un redémarrage au-delà du 1er juin rendrait caduc le contrat conclu avec Shell. » Ce contrat devrait garantir une activité durant six mois au maximum. « C’est le premier mois de la reprise qui coûtera le plus, si nous le faisons avec Shell, le plus gros sera fait...» Six mois, ou moins. Six mois ou le temps de trouver un repreneur solide. C’est du moins ce qu’espèrent les salariés. Les syndicats rencontrent aujourd’hui le groupe helvétique Klesch, l’un des candidats à la reprise. Jeudi, une réunion aura lieu au ministère de l’Industrie pour étudier toutes les offres connues. « Il faut que nous perdions le moins de temps possible. Cela nous permettrait de pouvoir choisir entre les meilleurs plutôt que d’avoir à choisir parmi les moins mauvais », explique Yvon Scornet qui se refuse néanmoins à soutenir nominativement telle ou telle offre, tout en estimant que l’arrivée d’un industriel serait plus rassurante que celle d’un fonds d’investissement.

Tous les enjeux de la lutte, toutes les revendications restent d’actualité. Elles seront à nouveau popularisées lors du meeting de Jean-Luc Mélenchon prévu demain soir à Rouen. Les salariés et les syndicalistes de la raffinerie, portant « chacun leur couleur », tiendront un stand dans le hall du parc des expositions du Madrillet à partir de 18 h 30. Les salariés de la papeterie M-Real ou encore les cheminots d’une gare de triage menacée seront également présents.

Laurence Mauriaucourt

Source :arrow: Humanite.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétroplus Raffinage de Petit Couronne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum