La Région Basse-Normandie adopte son budget 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Région Basse-Normandie adopte son budget 2012

Message par Steinn le Lun 19 Déc 2011 - 8:14


Les conseillers régionaux de Basse-Normandie ont examiné, aujourd’hui, à l’Abbaye-aux-Dames, à Caen, le budget 2012 de la Région d’un montant de 708 millions d'euros contre 646 millions d’euros en 2011 (hors opérations financières).



Le budget de la Région, présenté par Gaëlle Pioline, Vice-Présidente de la Région en charge des finances, prévoit 246 millions d’euros d’investissements, 425 millions d'euros de fonctionnement (hors opérations financières). « La progression des dépenses de fonctionnement est limitée à 0,86 %. La collectivité réalise aussi des économies de dépenses de gestion (- 4 %). En investissement, nous consacrons 41 millions d’euros supplémentaires par rapport à l’année dernière, soit une augmentation de 20 %. Nous conservons une épargne brute significative, grâce aux efforts de maîtrise des dépenses de fonctionnement et à la majoration du tarif de la carte grise de 5,27 euros par CV (soit 35 euros par cheval fiscal, la moyenne nationale étant de 37,47 euros). D’autre part, la Région est peu endettée. Elle occupe le 5ème rang des Régions françaises les moins endettées » a précisé Gaëlle Pioline.



« Développement des investissements et maîtrise du fonctionnement sont les maîtres mots du budget 2012. Investir en temps de crise est un devoir. Contrôle des dépenses et investissement publics ne s’opposent pas. Notre budget 2012 en fait la preuve. Nous investissons massivement dans trois secteurs : l’économie, l’enseignement-formation et le ferroviaire » a déclaré Laurent Beauvais. « Le nouveau lycée des métiers de bouche d’Ifs, le pôle de formation de santé de Caen, le centre de formation d’Alençon, Spiral 2 au GANIL de Caen, le projet d’hadronthérapie … en sont des exemples concrets » a-t-il poursuivi.



Les 3 priorités : l’action économique, l’éducation-formation, le ferroviaire



I- L’action économique : reconquête industrielle et transition énergétique

(budget 2012 : 65 millions d’euros en hausse de 4,8 %)

1- Aujourd’hui, le soutien de la Région à l’action économique se fonde sur piliers suivants :

- La veille et l’accompagnement des entreprises en difficulté ou en surveillance



- Un cadre d’intervention économique innovant : la CRIDES



- Des outils d’accompagnement des entreprises, concrets, simples, adaptés à leurs besoins : Dispositif des Investissements Aidés et Garantis (DIAG), Appel à Projets Pour l'EXportation (APPEX), Avance Remboursable aux Entreprises (ARE), Normandie Capital Investissement (Fonds capital)…



- Une poursuite de l’investissement dans l’économie régionale et notamment le soutien au BTP (construction du lycée hôtelier d’Ifs, projet Archade d’hadronthérapie, rétablissement du caractère maritime du Mont Saint Michel …)



- Le fonds d’amorçage interrégional : la Région Basse-Normandie a lancé l’initiative de constituer un fonds d’amorçage en association avec les Régions Haute-Normandie, Bretagne et Pays de la Loire. Son objectif est d’investir dans des entreprises innovantes comme celles accompagnées par Normandie Incubation, pour renforcer leur capital et faciliter ainsi l’accès au crédit bancaire. Ce qui donnera naissance au fonds d’investissement « Grand Ouest Capital Amorçage ». Le fonds « Grand Ouest Capital Amorçage » pourrait bénéficier des « Investissements d’Avenir » au titre du Fonds National d’Amorçage. En janvier 2012, il serait ainsi le premier fonds d’amorçage interrégional opérationnel. Il devrait être doté d’environ 40 millions d’euros



2- Demain, la grande bataille : faire de la Normandie, LA région des Energies Marines Renouvelables (EMR)



- Le projet d’Alstom, dans le cadre de l’appel à projets sur l’éolien offshore lancé en juillet 2011 par le gouvernement français, d’implanter deux sites dédiés à la production des composants et à l’assemblage d’éoliennes offshore de 6 Mégawatts dans les zones portuaires de Saint-Nazaire et de Cherbourg, permettra à terme la création de 500 emplois directs par site et de 4 000 emplois induits.



- Ecovia : la Région lance une marque régionale des politiques et des actions qu’elle et ses partenaires engagent. Il s’agit d’accompagner l’innovation verte des entreprises, de renforcer les liens entre les territoires, les citoyens et l’innovation verte. 230 millions d’euros du budget régional y seront consacrés d’ici 2020.

- La Charte Régionale pour l’Innovation et le Développement de l’Economie Stratégique (CRIDES) : la Région Basse-Normandie entreprend une double démarche. Elle a lancé un Plan Stratégique Régional « Normandie 2020 », destiné à identifier et à répondre aux grands enjeux. Dans un contexte de crise économique et financière, la Région a souhaité améliorer la lisibilité de l’ensemble des dispositifs de soutien à l’économie, développés en Basse-Normandie. C’est pourquoi, elle a proposé aux Départements et aux principales Intercommunalités bas-normands de s’engager sur une Charte Régionale pour l’Innovation et le Développement de l’Économie Stratégique

Harmoniser les critères d’éco-conditionnalité des aides, encourager l’innovation verte (démarche ECOVIA), privilégier le système des avances remboursables... sont les principaux objectifs.



- La Région va étudier la possibilité de la création d’un emprunt participatif comme dans les Pays de Loire ou la Bretagne, pour financer les grands projets des EMR, d’ECOVIA, d’hadronthérapie …





II- L’éducation et la formation

Budget 2012 : Enseignement : 171 millions d’euros (+ 26 millions d’euros, soit + 18%) - Formation professionnelle et apprentissage : 158 millions d’euros (stable)



1- « Aujourd’hui, pendant que l’Etat « brade » le service public, nous conjuguons « maîtrise budgétaire » et « investissement ». Nous pratiquons le renforcement de la qualité de prestation du service public. Nous allons lancer « un pacte territorial éducation-formation » en février, avec le Schéma Régional de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Par ailleurs, nous développons les dispositifs d’aides aux jeunes et à leurs familles » a déclaré Laurent Beauvais.



- L’extension de la Cart’@too aux 15-25 ans : déjà plus de 22 500 adhérents à ce jour, (+ 3 000 par rapport à 2011, soit + 17,5 %. 20 % de ces adhérents sont issus de la nouvelle tranche d’âge 20-25 ans).



- La mise en place du plan alimentation dans les lycées : 80 % de repas contenant des produits issus de circuits courts d’ici 2014.



- L’extension de l’expérimentation de l’éducation aux écrans : En 2010, 220 jeunes y sont formés, en 2011, 600. Une généralisation de ce dispositif est envisagée à l’horizon 2013-2014. La Région a d’ailleurs reçu, le 24 novembre dernier, 1er Prix du trophée des technologies éducatives lors du Salon Educatec-Educatice des professionnels de l’éducation à Paris.

- Formation : la Région se recentre sur l’aide apportée aux entreprises en difficulté :

- « Former plutôt que chômer ». Le rapport du Conseil Economique et Social Environnemental Régional souligne positivement « la volonté de la Région de développer toutes les voies de la formation (initiale, continue et apprentissage) et, dans cette optique, de mobiliser tous les acteurs concernés. ».



- La Région met en place un Service public régional de la formation, elle a créé un numéro vert de la formation professionnelle, fusionné Place aux Métiers et le salon de l’étudiant …



- Le soutien aux formations industrielles :

- « N’y-a-t-il pas là une incohérence entre le discours de l’Etat qui parle de la nécessiter de réindustrialiser la France et qui envisage dans le même temps de fermer des formations industrielles dans une pure logique d’économie ? C’est LE secteur sur lequel il faut porter nos efforts d’orientation » a déclaré Laurent Beauvais. « Nous venons pourtant de signer le CPRDFP qui affirme ce soutien aux formations industrielles. L’encre à peine sèche, l’Etat est revenu hier sur ce qu’il vient de signer, annonçant des projets de fermetures » a-t-il poursuivi.

2- Demain, les projets phare de la Région en matière d’éducation et de formation sont, entre autres, le Pôle de Formation Santé, le lycée d’Ifs et le CFA d’Alençon.

- « Dans le cadre du Schéma Régional de l’’Enseignement Supérieur et de la Recherche, nous allons développer encore plus l’accès à l’enseignement supérieur, maintenir le maillage territorial avec pour sites secondaires Cherbourg et Alençon et renforcer le lien entre l’enseignement supérieur, la recherche et les entreprises. Il sera proposé à la session de février prochain.» a précisé Laurent Beauvais.



III- Le ferroviaire : « l’urgence » !

Budget 2012 : 130 millions d’euros (+ 12 %)



1- « Aujourd’hui, les usagers nous le disent quotidiennement, la situation est insupportable. Il y a un an, le 26 Janvier 2010, le PDG de la SNCF, Guillaume Pépy annonçait un plan pour 12 lignes Trains d’Equilibre du Territoire (TET) dont Paris-Caen-Cherbourg. Il faut le dire, les résultats ne sont pas là. Bien-sûr, nous sommes totalement mobilisés sur la LNPN. Le débat public se poursuit jusqu’à la fin du mois de janvier et nous saurons ce que la Commission Nationale du Débat Public, et Réseau Ferré de France proposeront au printemps sur ce sujet. Le problème, aujourd’hui, ce n’est pas cela ! Le problème, c’est le quotidien » a déclaré Laurent Beauvais.



2- Dès à présent, nos 2 priorités sont d’informer les usagers et d’investir massivement et rapidement, avant 2014, bien avant la Ligne Nouvelle Paris Normandie :

- La Région organise régulièrement des comités de ligne, invite les associations à sa commission transports et va redemander à Guillaume Pépy et à Réseau Ferré de France de venir faire le point sur le plan des 12 lignes TET

- La Région augmente de 7 millions son investissement pour le ferroviaire. Cela concerne :

- les gares : Flers, Lison, Audrieu, Le Grand Jardin, Avranches, Bayeux, l’accessibilité de la gare de Caen

- les passages à niveau : Nonant le Pin, Entre Saint-Lô et Pontorson

- le système dédié à l’exploitation ferroviaire de Paris-Granville

- les matériels

- l’atelier de Granville

- 3ème aller retour Caen-Rennes




Le budget 2012 a été adopté par la majorité régionale. Les groupes UMP et centre ont voté contre.

L’assemblée régionale reprendra l’examen de l’ordre du jour, demain, vendredi 16 décembre à 9h30.

Contact presse : Emmanuelle Tirilly – tel : 02-31-06-98-85


Source :arrow: Cr-basse-normandie.fr
avatar
Steinn


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum