Chass'Fantômes, le jeu ornais à succès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chass'Fantômes, le jeu ornais à succès

Message par Virginie le Mer 30 Nov 2011 - 20:19

Chass'Fantômes, le jeu ornais à succès


Pascal Esnol a gagné avec « Chass'Fantômes » le trophée du grand prix national du jouet en 2011 (au premier plan).
Ouest-France

Un éditeur de Randonnai, dans l'Orne, a remporté pour la deuxième année consécutive le grand prix du jouet. Pascal Esnol ne sait plus où donner de la tête avec son « Chass'Fantômes ».

« Je n'en reviens pas. On ne parle que de cela. Chass'Fantômes est devenu le numéro 1 des ventes, le top 30 de tous les jouets ». Même si l'éditeur ornais se frotte les mains face à un tel succès, celui-ci a son revers. « Je suis déçu de ne pas pouvoir satisfaire toutes les mamans qui souhaitaient offrir ce jeu pour Noël à leurs enfants ».

Les grandes surfaces ont vendu dès octobre ce qu'elles avaient prévu de commercialiser jusqu'en fin décembre, les parents s'arrachent les cheveux face à la demande des enfants qui ne pourra être exaucée pour Noël. On promet même sur Internet de livrer le jouet et de ne payer qu'à la livraison.

Avec un pistolet laser

La boîte du jeu est noire. C'est aussi dans le noir que l'on joue à « Chass'Fantômes ». Pablo Crâno, petit personnage plutôt vilain avec son oeil magique torve et rouge, tourne la tête dans tous les sens et projette des fantômes sur le mur. L'objectif des enfants, avec un pistolet laser, est de les détourner. Pour gagner, il faut éliminer le plus de fantômes possibles.

Succès assuré. Jouer à se faire peur a toujours fait partie des grands frissons des enfants. Le talent de Pascal Esnol ? Il réside dans cette faculté d'être réceptif à tout ce qui peut séduire les petits au-dessus de 5 ans. Est-il lui-même encore un peu un enfant ? Si on lui pose la question, il sourit et se tait. Il explique toutefois qu'il possède un gros atout dans son jeu. Toutes ses innovations sont soumises à ses deux jeunes fils. « Je leur ai fait tester la chasse aux fantômes. Ils ont joué comme des fous ».

Désormais, on peut rencontrer Pablo Crâno un peu partout : sur les écrans de télé, dans les radios ou les journaux. Le bouche à oreille constitue désormais pour le chef d'entreprise la meilleure ou la pire rançon du succès. « Le prix est raisonnable, le Grand prix du jouet a constitué une reconnaissance. Je ne m'attendais pas toutefois à un tel succès qui, à l'heure actuelle, doit se gérer en prévision de l'année prochaine ». C'est la deuxième année que Megableu remporte le Grand prix du jouet. En 2010, « Glagla le Pingouin », jeu d'adresse, s'était déjà distingué avec le même prix.

Installé à Randonnai, dans l'Orne, depuis dix ans, employant une quinzaine de personnes au total, Megableu, éditeur de jeux de société pour enfants, créé en 1994 à Paris, propose 35 références. Toutes les générations sont concernées. On connaît déjà « Ni oui ni non », « Vocabulon », « Tourn'Main », « Grand Galop », avec toutes sortes de thèmes. On peut même découvrir des jeux culturels pour jeunes et adultes tel que « Class'Cinq ». Quelle sera l'inspiration pour l'année prochaine ? Pascal Esnol, 50 ans, ne révèle rien de ses secrets, mais on peut être sûr qu'il a déjà son idée...

Megableu, route de Bresolettes, 61190 Randonnai, tél. 02 33 85 25 00. Site internet : megableu.com

:arrow: Ouest France
Loisirs mercredi 30 novembre 2011
avatar
Virginie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum